Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Que pouvez-vous faire de plus une fois vacciné?

Par Marie-Eve Shaffer
vaccins.jpg

Plus d’un an après le début de la pandémie de COVID-19, vous vous lavez les mains à l’entrée et à la sortie des commerces, vous portez le masque chaque fois que vous quittez votre domicile et vous vous tenez à distance des personnes qui ne font pas partie de votre maisonnée. Ces habitudes peuvent-elles être délaissées une fois qu’on a reçu une première dose de vaccin?

Les règles en place demeurent

Pour le moment, les consignes sanitaires demeurent en vigueur, autant pour les personnes vaccinées que pour celles qui ne le sont pas, indique l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Pas question, donc, d’organiser un souper de famille ou de faire une accolade à vos proches après avoir reçu une dose de vaccin.

«Il faut voir [la vaccination] comme une mesure complémentaire, dans le sens qu’il faut continuer de réduire ses contacts et suivre les consignes sanitaires», explique le médecin-conseil de l’INSPQ, Nicholas Brousseau.

Même après avoir reçu une dose des sérums conçus par Pfizer-BioNtech, Moderna et AstraZeneca, les personnes vaccinées peuvent présenter des symptômes sévères de la maladie si elles contractent le virus. Et si elles présentent peu ou pas de symptômes, on ignore dans quelle mesure elles peuvent transmettre la COVID-19.

«On parle d’une efficacité de 80 % [après la première dose], explique le Dr Brousseau. C’est probablement plus élevé pour ce qui est du risque de se rendre à l’hôpital et de mourir de la COVID-19. Les risques de développer la maladie sont minimes pour les personnes vaccinées, mais ils sont encore là.»

Attendre l’immunité collective

Le médecin-conseil de l’INSPQ note que les effets de la vaccination se font déjà sentir. Dans les données rapportées quotidiennement, le nombre de décès survenus dans les résidences pour aînés a diminué depuis le début du mois de février.

Lorsque plus de 70 % de la population sera vaccinée, possiblement d’ici le début de l’été selon les plans du gouvernement du Québec, une immunité de groupe pourrait être atteinte. «Ça serait une masse critique, [mais] il y a encore beaucoup d’inconnu », soulève le Dr Brousseau.

Obstacles et incertitudes

Ce qu’on ignore, c’est notamment l’effet du prolongement de l’intervalle entre les deux doses. Les autorités de santé publique du Québec ont opté pour un délai de quatre mois entre les deux injections afin d’accélérer la campagne de vaccination. Les compagnies pharmaceutiques recommandaient plutôt de trois à quatre semaines.

«On est complètement hors-norme en offrant deux doses à quatre mois d’intervalle», souligne la professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal, Hélène Carabin. «Est-ce que ça veut dire que ça ne va pas marcher? Non. Est-ce que ça veut dire que ça va marcher? Non. On ne sait pas. Jusqu’à maintenant, les données préliminaires semblent positives. Mais c’est très préliminaire et très incertain», ajoute l’universitaire.

Les variants sont une source d’incertitude. Résisteront-ils aux vaccins? Dans quelle mesure l’efficacité des vaccins diminuera-t-elle?

Au Québec, le variant britannique semble davantage en circulation. «Ce n’est pas une bonne nouvelle, mais pour la vaccination, c’est moins inquiétant puisque l’efficacité des vaccins est maintenue contre ce variant», précise le Dr Nicholas Brousseau.

Les variants pourraient éventuellement nécessiter l’administration d’une nouvelle dose de vaccin, d’après le médecin-conseil de l’INSPQ. Il ne pense pas, pour le moment, qu’une vaccination annuelle soit un jour requise, comme pour l’influenza, puisque le coronavirus est beaucoup plus stable que le virus de la grippe.

Des visites permises ailleurs

D’après Mme Carabin, le Québec ne peut pas se référer à l’avis produit aux États-Unis par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), qui ont statué qu’une personne pleinement vaccinée peut visiter une autre personne pleinement vaccinée à l’intérieur, sans porter de masque et sans maintenir une distanciation physique. Elle peut faire de même avec une personne qui n’a pas reçu les deux doses, pourvu que celle-ci ne présente pas de risques de développer des complications si elle contracte la maladie, d’après l’agence fédérale.

«Les CDC sont relativement prudents dans la mesure où les vaccins ont été utilisés selon la façon dont ils ont été testés dans les essais cliniques», note la professeure de l’Université de Montréal.

Le Dr Nicholas Brousseau, de l’INSPQ, juge pour sa part que les CDC «ont été un peu rapides» dans la publication de cet avis. «Il faut être prudent dans le contexte où le virus est bien présent. Avec les variants, il est fort possible qu’il y ait une remontée des cas dans les prochaines semaines», dit-il.

Le retour à la vie normale

Dans ces circonstances, dans quel délai pouvez-vous espérer visiter vos amis et les membres de votre famille sans craindre d’être infecté ou de propager le virus?

«C’est difficile à dire en termes de mois, avance le Dr Brousseau. Certainement que l’opération de vaccination accélérera le retour à la vie normale. Les gens vont pouvoir revoir leurs proches plus rapidement que s’il n’y avait pas eu de vaccin.»

«Ça dépend. Il y a tellement d’éléments à considérer», mentionne pour sa part Hélène Carabin, en évoquant le taux de vaccination, la quantité de refus, l’imprévisibilité des variants, mais aussi la contribution des animaux dans la transmission du virus. «Si les animaux commencent à jouer un rôle, c’est certain qu’on ne se débarrassera pas de ce virus avant un bon bout de temps», souligne-t-elle.

Petite lueur d’espoir : en Israël, où plus de 50 % de la population a été vaccinée, le ministère de la Santé a permis les rassemblements de 20 personnes à l’intérieur et de 50 à l’extérieur pendant la fête juive de la Pessah, qui se déroule jusqu’au 4 avril. Il a également autorisé la tenue de cérémonies officielles dans la semaine du 11 avril, mais seules les personnes pleinement vaccinées pourront y assister.

>> À lire aussi : Vaccins contre la COVID-19 : 10 réponses à vos questions

Lire l'article
La haute vitesse en région ne sera pas une aubaine… pour le moment

Québec et Ottawa dépenseront 826 millions de dollars pour brancher à la haute vitesse les 148 000 foyers québécois qui n’y ont pas encore accès. Les consommateurs n’auront cependant pas le choix du fournisseur, puisqu’il n’y en aura qu’un seul par région. La haute vitesse sera donc accessible, mais pas nécessairement abordable.

Lire l'article
Cultiver les légumes qui se trouvent dans votre réfrigérateur

Vous souhaitez planter des semis pour repiquer les pousses qu’ils produiront dans votre potager dès que la température le permettra. Pourquoi ne pas profiter des légumes qui sont dans votre réfrigérateur? Voici comment vous y prendre.

Lire l'article
Fin des téléphones LG: ce que vous devez savoir

Le fabricant LG a annoncé cette semaine la fermeture de sa division mobile. Voici ce que cela signifie pour les propriétaires actuels d’un téléphone de l’entreprise, mais aussi pour ceux qui considèrent en acheter un au rabais pendant que LG écoule ses derniers inventaires.

Lire l'article
Vous voulez acheter des bitcoins? Gare à la plateforme que vous utilisez!

Vous voulez investir dans les cryptomonnaies? Facile: des centaines d'applications et de plateformes vous permettent de le faire à partir d'un navigateur web ou d'un téléphone intelligent. Par contre, ces plateformes – à l'exception d'une seule – ne sont pas inscrites auprès des autorités des marchés financiers au Canada. Vous n’avez donc aucun recours si votre investissement ne se déroule pas comme prévu.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.