Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Prix des médicaments : l’art de faire peur aux consommateurs

Par Stéphan Dussault
Prix des medicaments faire peur aux consommateurs

La baisse du prix des médicaments imposée au printemps en Ontario devait faire chuter les profits de Shoppers Drug Mart. Quatre mois plus tard, ils sont en hausse de plus de 6 %...

Photo: Réjean Poudrette

En avril, quand la chaîne de pharmacies (Pharmaprix, au Québec) avait appris que le gouvernement ontarien voulait imposer une baisse de 50 % du coût des médicaments génériques pour diminuer les abus, ses dirigeants étaient montés aux barricades.

Ils avaient menacé de réduire les services gratuits dans leurs succursales et de stopper la croissance à 600 pharmacies dans cette province devenue inhospitalière.


« Il faudra voir si cela a encore du sens d’ouvrir des magasins dans ce marché quand il y a des provinces plus propices pour nous », disait à l'époque à La Presse la porte-parole de la compagnie.

Comme le relate le quotidien, le jour de l’annonce des nouvelles mesures du gouvernement ontarien, l’action de Pharmaprix avait perdu 10 % de sa valeur à la Bourse de Toronto.

Plusieurs grands analystes du monde financier ont alors suggéré aux actionnaires de vendre le titre pendant qu’il en était encore temps. De leur côté, les dirigeants des grandes chaînes de pharmacies affirmaient voir dans leur boule de cristal de sévères baisses de profits.

La fin du monde est pour plus tard

Un gouvernement étant particulièrement sensible aux arguments de nature économique, plusieurs croyaient que l’Ontario ferait marche arrière. Mais Queen’s Park a traversé la tempête en restant sur ses positions.

Or, cinq mois plus tard, on apprend que durant cette période Shoppers Drug Mart a accru ses ventes de 5 %, et ses profits de plus de 6 % ! L’action de la compagnie, elle, frôle aujourd’hui la barre des 40 $, récupérant à peu près tout le terrain perdu depuis la déconfiture du mois d’avril.

La chaîne a également annoncé qu’elle comptait augmenter ses parts de marché et accroître ses profits, son président précisant au passage que les mesures ontariennes n’auront aucun impact à court terme...

Qui a dit que la Bourse était une science imperméable aux émotions ?

Pour en savoir plus

Comme nous l’écrivions en juillet, le Québec devrait profiter des nouvelles règles ontariennes.

L’enquête de Protégez-Vous sur le prix des médicaments au Québec

Lire l'article
Depo-Provera : règlement de l’action collective pour 2 millions

La pharmaceutique Pfizer devra verser un peu plus de 2 millions de dollars dans le cadre d’une action collective portant sur l’utilisation de Depo-Provera, un contraceptif injectable, liée à la perte de densité minérale osseuse. Les femmes admissibles à une compensation ont jusqu’au 1er mars 2022 pour s’inscrire et faire une réclamation.

Lire l'article
Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

Lire l'article
Cinq questions sur le marketing d’influence

En parcourant les fils de vos réseaux sociaux, êtes-vous déjà tombé sur la publication d’un influenceur qui vantait les mérites d’un produit, sans préciser qu’il s’agissait en fait d’une publicité? Si oui, vous avez sans doute été la cible d’une stratégie de marketing d’influence.

Lire l'article
Vaccination des enfants contre la COVID-19: la décision revient aux parents

Plus de 20 mois après le début de la pandémie de COVID-19, c’est au tour des enfants de 5 à 11 ans d’être vaccinés. Si vous êtes parent d’un jeune de cet âge, vous devez décider s’il lèvera sa manche ou non.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par CHARLES TALON
    05 Janvier 2012

    Le monde du médicament a autant de conscience sociale que les pétrolières...
    Chaque intervention tentée pour rendre un médicament ou un traitement plus accessible soulève des tollés: ils ne font plus leurs frais, la qualité va baisser etc... À quand une nationalisation?

    Charles Talon md

     1