Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Place à la vaccination des jeunes de 12 à 17 ans

Par Marie-Eve Shaffer
Vaccination-12-17

Près de six mois après le début de la campagne de vaccination, c’est au tour des adolescents de 12 à 17 ans de relever leur manche. Ils pourront recevoir la première dose du vaccin de Pfizer-BioNTech à compter du 25 mai. Et la seconde d’ici la rentrée scolaire, espère Québec.

«Ça va nous permettre de commencer l’année scolaire 2021-2022 du bon pied», a affirmé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, qui espère que plus de 75 % des 530 000 jeunes de cet âge seront vaccinés.

Les essais cliniques ont démontré que, pour les adolescents de 12 à 15 ans, l’efficacité vaccinale atteint 100 % sept jours après l’administration de la deuxième dose du vaccin de Pfizer, rapporte un avis du Comité d’immunisation du Québec (CIQ). Il pourrait en être de même 11 jours après l’injection de la première dose, d’après des données devant être validées.

Le vaccin de Moderna ne sera pas donné à cette tranche de la population puisque les données des derniers essais n’ont pas inclus de jeunes de moins de 18 ans.

Rendez-vous individuel ou vaccination de masse

La campagne de vaccination intensive des jeunes âgés de 12 à 17 ans s’étendra du 25 mai au 23 juin.

Ceux qui préfèrent se rendre au centre de vaccination avec leurs proches peuvent prendre un rendez-vous sur Clic Santé à partir du 25 mai. Des plages horaires leur seront réservées le soir et pendant les week-ends. Il est aussi possible de profiter des services de vaccination à l’auto et à vélo à l’aéroport Montréal-Trudeau et au circuit Gilles-Villeneuve, et ce, dès le 21 mai.

Les jeunes pourront aussi se faire vacciner à l’école. Une vaste opération de vaccination sera coordonnée par les centres de services scolaires et les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) dans les écoles primaires et secondaires durant les semaines du 7 et du 14 juin.

Autant dans le secteur public que privé, la majorité des élèves de sixième année du primaire et du secondaire se rendront en autobus scolaire dans un centre de vaccination. Des professionnels de la santé se déplaceront également dans les écoles pour injecter le vaccin, notamment dans les régions éloignées et dans les établissements qui accueillent des jeunes ayant des difficultés particulières.

Le directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré, a souligné que les jeunes qui ne pourront pas profiter du service de transport offert par les écoles, comme ceux qui fêteront leur 12e anniversaire au cours de l’été, devront prendre un rendez-vous sur Clic Santé.

Le consentement

Les jeunes âgés de 14 ans et plus doivent consentir de façon libre et éclairée à recevoir le vaccin, indique le ministère de la Santé et des Services sociaux. Pour ceux de 12 et 13 ans, un des parents ou tuteurs doit approuver l’administration du sérum, en signant un formulaire à cet effet. Celui-ci sera transmis par l’école.

Les effets secondaires

Les effets secondaires que peuvent ressentir les jeunes à la suite de l’injection de la première dose du vaccin sont similaires à ceux observés dans le reste de la population, c’est-à-dire douleur au bras, fatigue et fièvre, a rapporté M. Paré.

Le CIQ a toutefois indiqué dans son avis que les jeunes sont plus nombreux à faire de la fièvre après la première (10 %) et la deuxième dose (20 %), comparativement aux personnes âgées de 18 à 55 ans. Seulement 4 % d’entre elles ont vu leur température augmenter après la première injection, et 16 % après la deuxième.

La deuxième dose

La deuxième dose du vaccin de Pfizer-BioNTech sera administrée au cours du mois d’août. Sans donner de détails, le gouvernement du Québec a indiqué qu’il multipliera les occasions de vaccination.

« Avant la rentrée scolaire, il y a une semaine plus administrative. Cette fenêtre-là pourrait être utilisée pour la deuxième dose. Et on aura plein d’opportunités de vacciner nos jeunes, possiblement avec leur famille », indique Daniel Paré, en rappelant l’exemple du service à l’auto et à vélo offert au circuit Gilles-Villeneuve pendant les prochains week-ends.

La fin du masque sur les bancs d’école ?

Le gouvernement du Québec et les autorités de santé publique discutent de la possibilité d’abolir l’obligation de porter le masque à l’école en septembre ; le ministre de la Santé a mentionné l’envisager seulement si les deuxièmes doses sont données.

« On va donner des détails sur toutes les mesures [sanitaires] de la rentrée d’ici la fin de l’année scolaire actuelle », assure pour sa part le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

>> À lire aussi : Déconfinement estival : les nouvelles règles et Vaccins contre la COVID-19: 10 réponses à vos questions

Lire l'article
Dépistage de la COVID-19 : test moléculaire ou test antigénique ?

Si vous ressentez des symptômes de la COVID-19 ou si vous avez côtoyé une personne atteinte de la maladie, vous pouvez choisir entre deux types de test de dépistage : moléculaire ou antigénique. Le taux d’efficacité diffère de l’un à l’autre, tout comme le délai avant d’obtenir les résultats. Voici ce que vous devez savoir.

Lire l'article
Les arbres urbains souffrent aussi des changements climatiques

Les changements climatiques font la vie dure aux arbres qui se trouvent en milieu urbain, à un point tel que certains ont commencé à perdre leurs feuilles dès la fin de l’été.

Lire l'article
Ce qu’il faut savoir sur les nouveaux iPhone, iPad et Apple Watch

iPhone 13 avec une plus grande autonomie et de meilleures caméras, iPad mini doté d’un nouveau design, Apple Watch Series 7 avec un plus grand écran : si aucun des appareils dévoilés le 14 septembre par Apple ne change la donne, plusieurs améliorations pourraient être appréciées par les amateurs de la marque à la pomme.

Lire l'article
Partis fédéraux : achetez maintenant… payez plus tard ?

La campagne électorale fédérale a donné lieu jusqu’ici à des débats musclés et à quelques controverses, parfois au détriment de bonnes idées susceptibles d’affecter directement votre pouvoir d’achat et vos choix de consommation. Voyons quelques-unes de ces promesses vaguement évoquées ou sagement assoupies dans les programmes politiques.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.