Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Pfizer aurait «embelli» des études sur un médicament

Par Frédéric Perron

Le fabricant de médicaments Pfizer aurait publié dans des revues médicales des résultats d'études plus favorables à l'un de ses produits que ce qui avait été démontré dans ses recherches internes.

C'est ce que rapporte le New England Journal of Medicine. L'objectif de Pfizer: mousser les ventes du Neurontin, un médicament contre l'épilepsie. Le fabricant a suggéré des utilisations autres que celles prévues à l'origine (off-label), entre autres pour réduire la douleur, les migraines et la maniaco-dépression. Tant aux États-Unis qu'au Canada, les médecins peuvent prescrire des médicaments pour des usages non conformes, mais les compagnies pharmaceutiques ne peuvent pas en faire la promotion.

Elles peuvent toutefois publier des études sur ces usages et les diffuser par voie de communiqués de presse. En 2004, Pfizer avait dû payer une amende de 430 millions $US pour avoir fait la promotion du Neurontin pour des usages non conformes.

Des amendes importantes

Aux États-Unis, Pfizer, Eli Lilly, Bristol-Myers Squibb et quatre autres fabricants de médicaments ont payé pour un total de sept milliards de dollars US d'amendes depuis mai 2004 pour avoir contrevenu à la loi, selon Bloomberg. Le 2 septembre dernier, Pfizer s'est entendu avec la justice américaine en vue de payer  une amende record de 1,19 milliard $US pour avoir fait la promotion du médicament Bextra pour des douleurs aiguës alors qu'il avait été approuvé seulement pour des douleurs arthritiques et menstruelles.

Le même jour et pour cette même pratique, l'entreprise a dû payer un milliard de dollars US dans le cadre de poursuites civiles. Le Bextra s'était révélé tellement dangereux une fois sur le marché qu'il avait été retiré en 2005. Il pouvait notamment causer des réactions cutanées potentiellement mortelles.

Lire l'article
Depo-Provera : règlement de l’action collective pour 2 millions

La pharmaceutique Pfizer devra verser un peu plus de 2 millions de dollars dans le cadre d’une action collective portant sur l’utilisation de Depo-Provera, un contraceptif injectable, liée à la perte de densité minérale osseuse. Les femmes admissibles à une compensation ont jusqu’au 1er mars 2022 pour s’inscrire et faire une réclamation.

Lire l'article
Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

Lire l'article
Cinq questions sur le marketing d’influence

En parcourant les fils de vos réseaux sociaux, êtes-vous déjà tombé sur la publication d’un influenceur qui vantait les mérites d’un produit, sans préciser qu’il s’agissait en fait d’une publicité? Si oui, vous avez sans doute été la cible d’une stratégie de marketing d’influence.

Lire l'article
Vaccination des enfants contre la COVID-19: la décision revient aux parents

Plus de 20 mois après le début de la pandémie de COVID-19, c’est au tour des enfants de 5 à 11 ans d’être vaccinés. Si vous êtes parent d’un jeune de cet âge, vous devez décider s’il lèvera sa manche ou non.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.