Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Ottawa limite la quantité d’alcool dans les boissons sucrées

Par Mise en ligne : 20 décembre 2018

Shutterstock.com

Shutterstock.com

Santé Canada s’apprête à réduire la quantité d’alcool que pourront contenir les boissons sucrées alcoolisées comme FCKD UP, Rockstar, Palm Bay et Poppers, très populaires auprès des jeunes.

Ces modifications au Règlement sur les aliments et les drogues surviennent près de 10 mois après le décès d’Athena Gervais. La jeune fille de 14 ans a été retrouvée dans un ruisseau derrière l’école secondaire qu’elle fréquentait, à Laval.

L’enquête du coroner n’est pas terminée, mais, selon certains témoignages, elle avait consommé une ou plusieurs canettes de FCKD UP. Cette boisson vendue dans les dépanneurs contenait 11,9 % d’alcool dans un format de 568 ml.

Son fabricant, le groupe Geloso, avait rapidement annoncé le retrait du produit. Le fabricant Phusion Project avait suivi en suspendant la mise en marché de sa boisson similaire, la Four Loko.

Moins d’alcool par canette

Une canette individuelle de ces boissons sucrées peut actuellement contenir jusqu’à quatre fois plus d’alcool qu’une bière. Le problème, c’est qu’elles n’ont pas le goût de l’alcool, car la base est purifiée, aromatisée et souvent très sucrée, souligne Santé Canada. Leur surconsommation peut entraîner une intoxication alcoolique aiguë, ou même la mort.

Selon Santé Canada, «ces produits ont été mis en cause dans des hospitalisations et un décès au cours de la dernière année». L’Institut national de la santé publique du Québec rapporte pour sa part que 2300 jeunes de 12 à 24 ans ont été transportés à l’urgence pour une intoxication aiguë à l’alcool entre le 1er janvier et le 26 novembre 2017.

Santé Canada veut donc limiter la teneur en alcool des boissons sucrées alcoolisées vendues dans des contenants à portion unique à ce que contiendrait une consommation ordinaire et demie, c’est-à-dire ce qu’on pourrait retrouver dans 1,5 bouteille de bière ou 1,5 verre de vin. La teneur maximale serait celle-ci:

• 7,2 % d’alcool pour les contenants de 355 ml

• 5,4 % d’alcool pour les contenants de 473 ml

• 4,5 % d’alcool pour les contenants de 568 ml

• 3,6 % d’alcool pour les contenants de 710 ml

Ces limites sont similaires à celles qui sont imposées à d’autres types de boissons alcoolisées en portion individuelle, comme les «coolers» à base de vodka, la bière ou le cidre, indique Santé Canada.

À noter que les nouvelles règles ne concernent pas les boissons énergisantes contenant de la caféine (comme Red Bull ou Guru), car, de toute façon, ce type de boisson ne peut contenir d’alcool.

Les règles ne concernent pas non plus les boissons alcoolisées sucrées vendues dans des bouteilles qui contiennent plus d’une portion standard d’alcool, par exemple les bouteilles de vin en format de 750 ml ou plus.

>> À lire aussi: Boissons énergisantes alcoolisées: danger!

Trop peu pour Éduc’alcool

Pour Éduc’alcool, «c’est extrêmement décevant, insuffisant et incomplet». Le directeur général de l’organisme, Hubert Sacy, ne s’explique pas pourquoi Santé Canada limite le contenu des canettes de boissons alcoolisées sucrées à l’équivalent de 1,5 verre plutôt qu’à un seul verre.

«Ça ne tient pas compte du besoin de clarté qui s’impose lorsqu’il est question de boissons trompeuses qui camouflent le goût et l’effet de l’alcool. Pourquoi ne pas y aller simplement et dire qu’une canette équivaut à un verre, comme pour la bière? Ce serait beaucoup plus facile pour les consommateurs, particulièrement les jeunes, de mesurer leur consommation d’alcool», soutient Hubert Sacy.

>> À lire aussi: Quels sont les bienfaits du défi 28 jours sans alcool?

L’organisme demande également à Santé Canada de rendre l’emballage des boissons aromatisées alcoolisées moins attrayant. «On ne parle pas d’emballages laids ou d’images effrayantes comme sur les paquets de cigarettes, mais d’un design qui ne ciblerait pas les jeunes. Regardez à la SAQ: il y a des bouteilles avec de belles étiquettes, mais elles ne sont pas colorées et dessinées pour attirer les jeunes», souligne Hubert Sacy.

Donnez votre avis

Les modifications proposées par Santé Canada seront publiées dans la Gazette du Canada du 22 décembre 2018 et pourraient entrer en vigueur au printemps 2019. Mais avant, elles feront l’objet de 45 jours de consultation.

Vous pouvez les commenter du 22 décembre 2018 au 5 février 2018 sur le site de Santé Canada. Vous pouvez aussi ajouter votre voix à celle d’Éduc’alcool en envoyant vos commentaires à l’organisme.

>> À lire aussi: Toutes les superstars de la musique font la promotion de la malbouffe… ou presque

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle