Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Nouveau confinement, nouvelles règles

Par Marie-Eve Shaffer
couvre-feu

Un deuxième confinement généralisé est imposé par le gouvernement du Québec pour freiner la propagation galopante de la COVID-19 et libérer les hôpitaux. Au menu du 9 janvier au 8 février: couvre-feu, fermeture prolongée des commerces et port du masque élargi dans les écoles.

«On est obligé d’annoncer un traitement-choc», a affirmé cette semaine le premier ministre du Québec, François Legault, précisant que le «pire de la bataille» contre le virus aura lieu «dans le prochain mois».

«C’est maintenant qu’il faut réduire la contagion», a-t-il insisté pour exhorter les Québécois à limiter au minimum leurs contacts sociaux. «Le couvre-feu passe un signal et permet de diminuer les possibilités de contacts», a souligné pour sa part le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda. Selon lui, il y a un relâchement dans le respect des consignes sanitaires.

Couvre-feu

Pour démontrer le sérieux de la situation, Québec impose un couvre-feu: une première depuis la grippe espagnole de 1918! (En effet, contrairement à ce qu’ont rapporté plusieurs médias, il n’y a pas eu de couvre-feu pendant la crise d’Octobre.)  

Jusqu’au 8 février, il sera interdit de sortir de chez soi entre 20 h et 5 h dans l’ensemble du Québec, à l’exception du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James. Des amendes variant de 1000 à 6000 $ seront remises à ceux qui se trouveront à l’extérieur sans raison valable.

Il sera toutefois possible de se trouver dans la cour extérieure de sa propriété, le cas échéant, pendant le couvre-feu. Et certains déplacements seront autorisés, notamment de la part des travailleurs essentiels (santé, transport, médias, etc.), des personnes qui doivent recevoir des soins de santé ou des parents qui partagent la garde d’un enfant. Il sera aussi permis d’aller promener son animal de compagnie après 20 h dans un rayon d’un kilomètre de sa résidence. 

«Ce sera de la responsabilité de la personne de faire la démonstration au policier qu’elle a une bonne raison d’être à l’extérieur de son domicile entre 20 h et 5 h», a dit la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. Elle recommande aux employeurs de remettre un document à leurs employés pour justifier le fait qu’ils doivent se déplacer pendant le couvre-feu. Un modèle est disponible sur le site du gouvernement du Québec.

Fermeture des commerces

Tous les commerces non essentiels qui ont cessé leurs activités depuis le 25 décembre demeureront fermés jusqu’au 8 février. Par contre, ils pourront offrir le ramassage à la porte, sans entrer dans l’établissement, jusqu’à 19 h 30. «Quelqu’un qui veut aller acheter un habit de neige pourra le faire. Ça va permettre de dépanner certaines personnes et à certains commerces de vendre un peu», a précisé M. Legault.

Les gymnases, théâtres, musées et cinémas, de même que les salons de coiffure et les centres d’esthétisme devront suspendre leurs opérations.

Bien qu’essentiels, les épiceries et les dépanneurs devront fermer à 19 h 30 pour laisser aux employés le temps de rentrer chez eux avant le couvre-feu. Seules les pharmacies et les stations-service pourront ouvrir plus tard.

Les restaurants ne peuvent pas accueillir de clients dans leur salle à manger, mais ils peuvent proposer des plats à emporter. Le service de livraison pourra opérer au-delà de 19 h 30.

Les lieux de culte pourront accueillir leurs membres seulement à l’occasion de funérailles. Dix endeuillés pourront y assister. Le reste du temps, personne n’y sera admis.

Soins de santé

Les dentistes, optométristes, massothérapeutes et autres professionnels des soins de santé ne sont pas visés par le confinement et peuvent poursuivre leurs activités. Les services dans les cliniques médicales et les cabinets de médecins continuent eux aussi d’être offerts.

Les bureaux et les entreprises

Les tours de bureaux seront fermées et les employés devront se tourner vers le télétravail pour accomplir leurs tâches professionnelles.

Manufacturiers et entreprises de la construction devront se limiter aux activités essentielles. Le télétravail est encouragé, lorsque c’est possible, de même que la réduction des équipes de travail.

Les tournages de films et de séries télévisées ainsi que la captation de spectacles pourront se poursuivre. «C’est important, ne serait-ce que pour se divertir», a lancé le premier ministre.

Les écoles et les services de garde

Pendant le nouveau confinement, tous les services de garde pourront poursuivre leurs activités.

Les écoles primaires rouvriront le 11 janvier, comme prévu. «Pour moi, l’école, c’est la priorité, a insisté François Legault. On le doit à nos jeunes. Nos enfants doivent pouvoir continuer d’apprendre.»

Tous les élèves du primaire devront porter le masque ou le couvre-visage dans les corridors, les aires communes et sur le terrain de l’école. Les jeunes de 5e et 6e année devront même garder le leur en classe. Seuls les petits du préscolaire seront dispensés de cette mesure sanitaire.

Quant aux écoles secondaires, elles rouvriront le 18 janvier. D’ici là, tous les élèves poursuivront leurs apprentissages à distance. À leur retour, ils devront porter un masque de procédure. Deux exemplaires leur seront remis chaque jour. Fini les couvre-visages artisanaux.

Les cégeps et les universités devront maintenir l’enseignement en ligne. Les stages et les laboratoires peuvent être organisés en mode présentiel.

Les loisirs

Depuis l’automne, les bibliothèques municipales étaient fermées au public, mais il était possible d’emprunter des livres, sur réservation. À partir du 11 janvier, les visiteurs pourront s’y rendre pour étudier et faire des recherches sur Internet. Ils devront évidemment porter un masque ou un couvre-visage à l’intérieur et maintenir une distanciation physique de deux mètres entre eux. Un des objectifs est de permettre aux enfants qui n’ont pas l’Internet haute vitesse à la maison d’y avoir accès pour suivre leurs cours ou étudier.

En ce qui concerne les sports d’hiver, fini les rassemblements de huit personnes qui étaient permis pendant le temps des Fêtes. Les activités extérieures, que ce soit la randonnée pédestre, le ski de fond, la raquette, le patinage ou le ski alpin, devront être pratiquées seulement avec les membres de sa bulle familiale.

Les personnes seules

Les personnes seules pourront recevoir la visite d’un proche – toujours le même –, mais elles ne pourront plus se joindre à une bulle familiale. «Je leur demande d’être hyper prudentes, de porter le masque et de rester à deux mètres», a avisé M. Legault.

Quant à celles qui vivent dans un centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), une résidence privée pour aînés (RPA) ou une ressource intermédiaire (RI), seulement deux proches aidants pourront les voir, mais pas pendant la même journée.

Déplacements entre régions

Le gouvernement du Québec a réitéré son message concernant les déplacements interrégionaux: ils ne sont pas interdits, mais ils ne sont pas recommandés. Aucun barrage routier ne sera érigé pour contrôler les allées et venues. «On préfère que les policiers s’assurent du respect des autres consignes», a justifié François Legault.

Les déplacements exigés par la garde partagée d’un enfant, le transport de marchandises et des motifs familiaux ou humanitaires sont considérés comme étant essentiels.

À lire aussi: COVID-19: Contrer le stress du télétravail, Prendre soin de la santé mentale des enfants pendant la pandémie de COVID-19 et Comment encourager les restaurants pendant le confinement?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DANIEL MAROIS
    09 Janvier 2021

    "«Le couvre-feu passe un signal ... "

     1