Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Mesures sanitaires: à quoi ressemblera la rentrée dans les écoles?

Par Florence Dujoux
ecole-rentree

L’apparition du variant Delta et l’augmentation de la transmission du virus de la COVID-19 depuis quelques semaines au Québec forcent le gouvernement à réviser sa copie pour la rentrée scolaire. Voici les mesures sanitaires retenues pour les écoles primaires et secondaires.

Annoncées en juin, la suppression des bulles-classes, la fin de l’enseignement en alternance au deuxième cycle du secondaire et l’abolition des restrictions en matière de transport scolaire restent d’actualité, mais des mesures sanitaires « préventives » et « temporaires » sont ajoutées.

C’est qu’environ 15 % des adolescents de 12 à 17 ans n’ont toujours pas reçu leur première dose de vaccin et que 23 % ne sont pas complètement vaccinés. Les 11 ans et moins n’ont quant à eux pas encore accès aux vaccins. « Si on ne protège pas les enfants, il va y avoir une transmission importante et les écoles vont fermer », résume Stéphane Perron, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Le port du masque

Les élèves du primaire, dès la première année, et du secondaire devront porter le masque d’intervention en tout temps, y compris en classe, dans les neuf régions suivantes : Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière, Estrie, Mauricie, Montérégie, Centre-du-Québec et Outaouais. Ailleurs au Québec, le masque ne sera obligatoire que dans les aires communes, lors des déplacements intérieurs et pendant le transport scolaire.

« À partir du moment où l’on a des cas sporadiques dans la communauté, il faut mettre le masque en tout temps dans les écoles », insiste Stéphane Perron, soulignant que les consignes régionales sont susceptibles d’évoluer avec la situation épidémiologique.

Les élèves de la formation professionnelle et de la formation générale des adultes devront porter le masque en tout temps dans toutes les régions, comme ceux des cégeps et des universités.

Les activités parascolaires

Les activités parascolaires, physiques et sportives pourront reprendre normalement au primaire.

Au secondaire, un passeport vaccinal sera obligatoire pour toutes les activités physiques ou sportives pratiquées à l’intérieur, de même que pour celles impliquant des contacts fréquents ou prolongés à l’extérieur, comme le hockey, le soccer ou le football.

Les adolescents n’auront cependant pas besoin du passeport vaccinal pour participer à leur cours d’éducation physique, à leur concentration sportive ou à leur programme de Sports-études, sauf dans le cas des compétitions inter-écoles.

La gestion des cas

La Santé publique a revu son protocole de gestion de cas de COVID-19 afin d’optimiser la fréquentation scolaire. Des enquêtes épidémiologiques seront toujours conduites, mais seule la personne déclarée positive sera retirée de l’école.

Dans les régions où le masque est obligatoire en tout temps, les autres élèves pourront poursuivre leurs activités scolaires et parascolaires.

Dans les régions où le masque n’est pas requis en classe, les cas contacts continueront à fréquenter l’école, en portant le masque en tout temps et en suspendant leurs activités parascolaires pendant 10 jours au primaire. Au secondaire, des consignes similaires s’appliqueront aux élèves non vaccinés. Ils pourront toutefois poursuivre les activités parascolaires exemptées du passeport vaccinal.

La Santé publique pourrait commencer à effectuer des tests rapides de dépistage dans des écoles ayant une faible couverture vaccinale dès septembre, pour limiter les éclosions.

Il est prévu que les élèves temporairement retirés de l’école bénéficient d’un suivi quotidien avec leur enseignant afin de poursuivre leurs apprentissages.

Et la ventilation ?

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, indique que d’importants travaux d’entretien et de rénovations ont été effectués pour changer les fenêtres et améliorer les systèmes de ventilation pendant l’été. Il avait précédemment annoncé que des lecteurs de qualité de l’air seraient progressivement installés dans toutes les classes du primaire et du secondaire d’ici la fin de l’année.

« On veut éviter les espaces mal ventilés et restreints », rappelle Stéphane Perron, pointant les risques accrus de transmission et, plus généralement, les effets négatifs sur la santé. Selon l’expert, si une bonne ventilation est nécessaire, elle ne peut cependant pas remplacer les autres mesures sanitaires comme le port du masque, la distanciation physique et la réduction des contacts.  

>> À lire aussi : Rentrée scolaire : quels frais devriez-vous payer… ou pas ?

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.