Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les médicaments génériques bientôt moins chers

Par Rémi Maillard
Medicaments generiques moins cher

Au cours des prochaines semaines, le prix de certains médicaments génériques va baisser dans les pharmacies du Québec.

Photo: iStockphoto

Cette baisse résulte de l’entrée en vigueur d’un nouveau règlement adopté au printemps par le parlement... ontarien. Désormais, le prix d’un produit générique chez nos voisins équivaudra à 25 % de celui du produit original correspondant, au lieu de 50 % aujourd’hui.


Or, en vertu d’ententes conclues avec l’industrie pharmaceutique, le Québec doit profiter des prix les plus bas au Canada. Au fur et à mesure que les nouveaux prix entreront en vigueur en Ontario, ils devront donc aussi être proposés au Québec, précise le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, qui estime par ailleurs que « les baisses pourront s’appliquer rapidement ».

« Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les contribuables québécois du régime général d’assurance médicaments, et aussi pour les finances publiques du Québec », se réjouit le ministre Yves Bolduc, puisque le régime public économisera ainsi quelque 164 millions de dollars par an.

Actuellement, la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) dépense chaque année 750 millions de dollars pour l’achat de génériques.

Attention, prévient cependant le vice-président de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires, « la baisse ne se fera pas de façon uniforme » pour tous les produits.

« On a simplifié les choses en disant que le prix des génériques allait passer de 50 % à 25 % du prix des médicaments originaux. Mais la réalité est plus complexe, souligne Normand Cadieux. Certains ne baisseront peut-être pas beaucoup, tandis que d’autres baisseront moins que le 25 % annoncé. Comme en Ontario, tout dépendra du type de molécule et de sa forme thérapeutique. Pour l’instant, on n’en sait pas plus. » (Voyez notre tableau ci-dessous)

Même si Normand Cadieux reconnaît que le consommateur et la RAMQ profiteront de réductions, il s’inquiète du manque à gagner pour les 1 800 propriétaires de pharmacies du Québec, qu’il estime à « environ 90 millions » pour les seuls médicaments remboursés par l’État: « Les pharmaciens vont subir une perte de revenus et il leur faudra donc trouver des compensations. »

« On espère que cela n’entraînera pas une baisse des services offerts aux consommateurs, précise-t-il. En Ontario, c’est ce que les grandes chaînes de pharmacies ont menacé de faire. Toutefois, la situation est très différente au Québec, puisque chez nous les pharmaciens sont propriétaires des officines. Nous allons essayer de trouver une façon de compenser la baisse de revenus qui s’annonce afin qu’ils maintiennent leur rentabilité et puissent continuer à offrir la même qualité de services à la population. »

Combien ça va coûter?

Nous comparons ici trois médicaments d’origine très populaires et leur équivalent générique: le Lipitor et l’atorvastatine sont utilisés pour traiter l’hypercholestérolémie; l’Adalat, la nifedipine, le Norvasc et l’amlodipine, pour l’hypertension artérielle.

 

Lire l'article
Depo-Provera : règlement de l’action collective pour 2 millions

La pharmaceutique Pfizer devra verser un peu plus de 2 millions de dollars dans le cadre d’une action collective portant sur l’utilisation de Depo-Provera, un contraceptif injectable, liée à la perte de densité minérale osseuse. Les femmes admissibles à une compensation ont jusqu’au 1er mars 2022 pour s’inscrire et faire une réclamation.

Lire l'article
Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

Lire l'article
Cinq questions sur le marketing d’influence

En parcourant les fils de vos réseaux sociaux, êtes-vous déjà tombé sur la publication d’un influenceur qui vantait les mérites d’un produit, sans préciser qu’il s’agissait en fait d’une publicité? Si oui, vous avez sans doute été la cible d’une stratégie de marketing d’influence.

Lire l'article
Vaccination des enfants contre la COVID-19: la décision revient aux parents

Plus de 20 mois après le début de la pandémie de COVID-19, c’est au tour des enfants de 5 à 11 ans d’être vaccinés. Si vous êtes parent d’un jeune de cet âge, vous devez décider s’il lèvera sa manche ou non.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Monique Tanguay
    05 Janvier 2012

    c'est bien beau tout ça mais j'ai bien peur que ce soit pas mal de poudre aux yeux puisque depuis une couple de mois avant l'annonce mon pharmacien avait beaucoup de difficulté à se procurer de l'amitriptyline un médicament très très en demande , il m'a même conseiller de l'appeler une semaine d'avance avant de renouveller ma prescription afin de savoir si il en aurait, sinon je devrai voir avec mon médecin par quoi le remplacer

     3
    Par Maxime Larivière
    05 Janvier 2012

    La situation que vous mentionnez a bien peu à voir avec la baisse de prix des médicaments génériques. Il s'agit plutôt de ruptures d'inventaires, ce qui touche beaucoup de médicaments à l'heure actuelle. Or, ces ruptures d'inventaires sont multifactorielles et ne dépendent pas uniquement du prix du médicament comme tel. Bien entendu, des produits jugés non rentables par l'industrie seront plus susceptibles d'être retirés du marché mais bien d'autres facteurs entrent en ligne de compte (les problèmes d'approvisonnement en matières premières, la piètre diversité de fournisseurs fabriquants les mêmes produits, etc.). Il ne faut donc pas confondre la baisse de prix des médicaments génériques avec les ruptures d'inventaires puisque ces deux phénomènes ne sont pas toujours intimement reliés.

     1
  • Par Jean Rouleau
    05 Janvier 2012

    J'en suis très heureux de la baisse des prix pour les médicaments,
    une chose qui m'inquiete les fabricants de générique vont-ils respecter la formule de l'original?

     1