Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les OGM ne seront pas étiquetés

Par Lise Bergeron

Le gouvernement du Québec dit non à l’étiquetage des OGM. Un dur coup pour ceux qui, comme Greenpeace, y croyaient encore.

Québec avait 30 jours pour répondre à la pétition déposée par le député Éric Caire à l’Assemblée nationale en février 2012. Voilà qui est fait. Et les nouvelles ne sont pas bonnes pour les 15 000 signataires de la pétition, qui réclamaient l’étiquetage des aliments contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) invoque trois raisons pour justifier son refus: peu d’aliments sont concernés, le système de traçabilité serait lourd à implanter et le Québec aurait été le seul endroit en Amérique du Nord à appliquer une telle règle. Le ministre Pierre Corbeil s’en remet aussi au fédéral, puisque c’est Santé Canada qui autorise la mise en marché des OGM.

Patate chaude

Pour Greenpeace, qui fait partie du Regroupement québécois contre les OGM (RQcOGM), la pilule ne passe pas: «Quarante pays ont adopté l’étiquetage des OGM, c’est donc faisable. L’étiquetage repose sur la traçabilité des OGM, et les tests de détection sont faits sur les ingrédients de base. Il existe déjà des codes-barres qui permettent aux supermarchés de retracer l’origine des aliments jusqu’aux champs. La vraie raison du refus d’étiqueter, c’est que les industriels des OGM savent que si les consommateurs avaient le choix, ils achèteraient moins d’aliments OGM. Le seul moyen d’avoir un marché pour les OGM consiste à les cacher!» s’insurge Éric Darier, directeur de la division québécoise de Greenpeace.

Le refus de Québec est d’autant plus mal reçu que le gouvernement s’était engagé à rendre l’étiquetage obligatoire en 2003. De son propre aveu, Québec est coincé entre l’arbre et l’écorce: «Le MAPAQ doit prendre en considération non seulement les attentes des consommateurs, mais également celles de l’industrie et de ses partenaires commerciaux, notamment le Canada et les autres provinces», écrit Pierre Corbeil dans sa réponse à la pétition.

Mais pourquoi donc craindre les OGM?

«À l’heure actuelle, rien ne prouve que les OGM sont sécuritaires pour la santé et l’environnement, souligne Éric Darier. La majorité des OGM sont des plantes pesticides ou des plantes tolérantes aux herbicides. Cela rend l’agriculture et l’alimentation encore plus dépendantes des produits toxiques. Il y a maintenant des super mauvaises herbes tolérantes aux herbicides qui poussent parmi les plantes génétiquement modifiées. Les fabricants d’OGM songent même à revenir à l’agent orange, qui est hyper toxique, pour les neutraliser.»

Pendant ce temps, aux États-Unis…

C’est par le biais de la campagne Just Label It! We Have the Right to Know (en anglais seulement) que la résistance aux OGM s’organise chez nos voisins du Sud. Appuyés par plus de 500 organisations, les militants ont fait parvenir un million de signatures à la Food and Drug Administration (FDA) à la fin de 2011. «Un record historique», notent les organisateurs de la campagne.

La FDA, qui avait jusqu’au 27 mars 2012 pour y répondre, dit toujours étudier la question. Comme ici, les instances réglementaires étatsuniennes sont piégées par leur propre définition selon laquelle un aliment qui contient des OGM ne diffère pas en substance de son pendant sans OGM. C’est ce principe qui dispense les fabricants d’OGM de réaliser des études d’impacts à long terme, tant au Canada qu’aux États-Unis.

Malgré cela, les États du Vermont et de la Californie étudient actuellement la question de l’étiquetage. La France, de son côté, continue de résister. L’étiquetage des OGM y sera obligatoire à partir de juillet 2012, et le moratoire sur le maïs OGM vient tout juste d’y être reconduit pour une autre année.

Ressources intéressantes

Pétition du député Éric Caire et réponse du gouvernement du Québec
Étiquetage des OGM: la France fait un pas en avant
Campagne de Greenpeace contre les OGM
Portail du gouvernement du Québec sur les OGM
Inf’OGM, portail de veille citoyenne sur les OGM

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par SERGE CAMPEAU
    21 Septembre 2012

    L'étiquetage n'est qu'une demi-mesure. Ce qu'il faut faire c'est éliminer les OGM totalement. Il faut les rendre illégals. Réveillez-vous!

     5
  • Par Christian Tadji
    22 Septembre 2012

    Typique de notre gouvernement de colonisés. Au lieu de montrer l'exemple, il préfère suivre les mauvais élèves pour ne pas se faire remarquer. Car:

    1-La PLUPART des aliments transformés en contiennent: voir la "Liste rouge" de GreenPeace, toutes les grandes marques s'y retrouvent ou presque. Huile de canola, sauce tomate, tofu, sirop de maïs, autant d'aliments de base qui sont 100% OGM.

    2-La traçabilité est d'autant plus facilement faisable que les aliments transformés (ou emballés) sont issus de grandes usines, qui posent un code-barre dès le départ. On l'a bien fait pour les saucisses, pourquoi pas pour les légumes?

    3- Qu'est-ce que ça fait peur d'être devant! On sait jamais, on pourrait devenir LE principal exportateur de cultures non-OGM en Amérique du Nord ! Il ne faut surtout pas saisir ce nouveau marché!

     5
  • Par ALFRED THEOBALD
    14 Mai 2012

    Au Vermont, Monsanto menace l'état de poursuite si il adopte l'obligation d'étiquetter les aliments OGM. C'est carrément de la dictature économique, et je ne suis pas sur si le Québec n'as pas reçu la même menace de Monsanto.

     4
  • Par Stephen Burman
    19 Avril 2012

    C'est vraiment pas drôle ça! Est-ce que le Canada est à la veille de légiférer là dessus?

     2
  • Par François Deschamps
    19 Avril 2012

    Un poison, dans 30-40 ans nos enfants devront subir les idioties d'aujourd'hui.
    Faut se rappeler la déchéance de Rome, causer par le plomb des
    ustensiles et chaudron etc..avec plomb.....C'est beaucoup d'année après cette erreur.....qu'is ont payé la facture...........et ça recommence.

     2