Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les Canadiens paient leurs médicaments génériques deux fois plus cher

Par Catherine Crépeau
Les Canadiens paient leurs médicaments génériques deux fois plus cher

Le Canada paie plus cher que d’autres pays développés six médicaments génériques largement utilisés pour traiter l’hypertension, le cholestérol ou la dépression.

Photo: Shutterstock

Une étude menée par l’Université d’Ottawa et l’Institut de recherche Bruyère révèle que les Canadiens paient beaucoup plus cher que les Britanniques, les Allemands, les Néo-Zélandais, les Suédois et les Américains, six médicaments génériques: l’amlodipine, l’atorvastatin, l’oméprazole, le rabéprazole, le ramipril et la venlafaxine.

Médicaments canadiens moins chers ailleurs
Les prix médians canadiens étaient plus de deux fois plus élevés que dans les autres pays analysés. Les auteurs ont même découvert que la Nouvelle-Zélande payait de 86 à 87 % moins cher pour l’amlodipine d’Apotex, une société de médicaments génériques canadienne, et que la facture des vétérans américains était 94 % moins élevée pour l’antidépresseur venlafaxine de Sandoz.

Ces écarts de prix s’observent malgré l’accord conclu par les gouvernements provinciaux et territoriaux pour acheter en bloc ces six médicaments à compter du 1er avril 2013. L’entente, qui exclut le Québec, établit le prix de ces six médicaments génériques à 18 % du coût des versions d’origine.

Les provinces s’attendaient à des économies de 100 millions de dollars par année pour ces médicaments qui représentaient alors 20 % des dépenses publiques en matière de médicaments.

Des politiques déficientes
Un des auteurs de l’étude, Amir Attaran, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en droit, en santé de la population et en politique du développement mondial à l’Université d’Ottawa, soulignait au Toronto Star qu’il est difficile de savoir combien le Canada a économisé, puisqu’il n’y a pas de données disponibles sur le sujet, mais il estime qu’il aurait pu épargner davantage en adoptant un mécanisme d’appel d’offres.

L’étude montre en effet que les pays dont les factures de médicaments génériques sont les moins salées négocient avec l’industrie pharmaceutique ou lancent des appels d’offres afin de choisir la meilleure proposition. Les auteurs arrivent à ces conclusions après avoir examiné les prix payés en avril 2013 par des pays de richesse similaire à celle du Canada, mais qui ont un pouvoir de négociation différent en raison de la taille de leur marché.

Les Québécois paient 30 % plus cher
Que le Québec soit exclu de l’entente sur le prix des médicaments génériques ne le fait pas économiser. Au contraire: il paierait 30 % plus cher que les autres provinces, selon une étude de l’Université de la Colombie-Britannique publiée en avril 2014. Les médicaments consommés au Québec coûteraient en moyenne annuellement près de 850 $ par habitant, alors que la moyenne canadienne est de 650 $ par personne.

La présence d’un régime général d’assurance médicaments, qui permet un meilleur accès aux médicaments, pourrait expliquer en partie cet écart de prix. De plus, le Québec favorise l’industrie des médicaments d’origine pour encourager l’investissement et la création d’emplois.

Vers un régime national?
Les prix élevés des médicaments génériques amènent de plus en plus de Canadiens – patients, professionnels de la santé et politiciens – à réclamer un régime national d’assurance médicaments similaire à celui qui existe au Québec. Le Canada est le seul pays industrialisé doté d’un régime universel d’assurance maladie qui exclut les médicaments.

La question a été abordée en octobre lors de la rencontre annuelle des ministres de la Santé du pays, mais la ministre fédérale de la Santé, Rona Ambrose, a refusé de s’engager sur le sujet.

Les six médicaments génériques:
Amlodipine: utilisé pour traiter l’hypertension artérielle et l’angine
Atorvastatin: utilisé pour traiter le haut taux de cholestérol
Oméprazole: utilisé pour traiter certains problèmes gastro-intestinaux
Rabéprazole: utilisé pour traiter certains problèmes gastro-intestinaux
Ramipril: utilisé pour traiter les problèmes de tension artérielle et d’autres problèmes cardiovasculaires
Venlafaxine: utilisé pour traiter la dépression et d’autres problèmes de santé mentale

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par JEAN-GUY POIRIER
    23 Octobre 2014

    Trouvez à qui le crime profite...la commission Charbonneau à été éloquente à cet égard. Dans le contexte actuel ou nos élus SEMBLENT à l'affût de la moindre economie, fusse-t-elle au détriment des plus démunis de notre société, il tombe sous le sens qu'un tel pactole devrait faire saliver notre ministre de la santé sans oublier le "Dream team" économique...or silence radio sur le sujet? Tirez vos conclusions!

     2
  • Par JACQUES MALLETTE
    28 Décembre 2014

    Au début de septembre j'ai changé de pharmacie, car j'avais demandé les coûts de mes médicament dans une pharmacie de grande chaine. Quel surprise! Presque la moitié des coûts incroyable. Mais ce qui est décevant ce sont les compagnies d'assurances qui ne disent rien puisqu'ils nous refilent la note lors du renouvellement ou d'ajustement des primes.

     1
  • Par pascal chagnon
    28 Décembre 2014

    Et les pharmaceutiques qui veulent nous faire croire qu'ils travaillent pour notre bien et ensuite les profits viennent par la bande....une autre belle preuve de leur demi vérités cachées ou mensonges camouflés.... et qui payent encore la note....

     1
  • Par GILLES BESMARGIAN
    23 Octobre 2014

    Selon certaines sources, les pharmaciens seraient plus gourmands avec les médicaments génériques que ceux d'origine. Leur "mark up" ou marge de profit serait beaucoup plus importante qu'avec les médicaments d'origine. Du moins au Québec. Sans doute aussi à l'échelle canadienne. Peut-être devraient-ils modifier leur façon de faire.

     1
  • Par Christian Ouellet
    16 Octobre 2014

    Les auteurs parlent des appels d'offres comme une solution miracle alors qu'on l'a vu dans d'autres domaines, à moyen et long terme, ce système élimine la compétition plutôt que d'en créer. Et puis si certains médicaments coûtent plus cher au Canada qu'ailleurs, il y a peut-être des raisons d'ordre règlementaire ou simplement de coût de distribution dans un pays si vaste.