Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

100 000 professionnels de la santé demandent la retraite de Ronald McDonald

Par Lise Bergeron
La retraite pour Ronald McDonald SP

L’ambassadeur de McDo auprès des enfants se fait montrer la porte par un regroupement de consommateurs et de professionnels de la santé.

La pression est forte sur l’icône et porte-étendard des Joyeux festins: pas moins de 1 000 professionnels de la santé, nutritionnistes et consommateurs américains ont signé une lettre ouverte enjoignant la chaîne de restauration à mettre son légendaire clown à la retraite et à cesser de faire la promotion de la malbouffe auprès des enfants.

Le clown, créé il y a 48 ans, dispense des conseils bienveillants d’un côté et vend des aliments riches en gras, en sel et en sucre de l’autre, dénonce la Corporate Accountability International, instigateur du mouvement et auteur d’un rapport fort instructif sur l’impact du personnage sur les enfants et leurs parents au fil des ans.

Au lieu de l’associer à des campagnes d’activité physique ou d’enseignement dans les écoles, McDonald's devrait donner l’exemple et mettre son ambassadeur au rancart, croit l’association. Surtout que les taux d’obésité et de diabète de type 2 augmentent en flèche aux États-Unis. Ironiquement, 30 % des hôpitaux américains hébergeraient un McDonald's, lit-on dans le rapport.

«Nous soignons les enfants malades et faisons de la prévention en éduquant le public, mais nous sommes incapables de concurrencer les centaines de millions de dollars que vous investissez en publicité directe envers les enfants», écrit la coalition dans sa lettre à McDo. À ceux qui disent qu'il revient aux parents de décider de ce que mangent leurs enfants, les signataires de la lettre opposent la vulnérabilité des bambins, le matraquage publicitaire dont ils font l'objet et la responsabilité sociale de la chaîne.

Des mesures concrètes pour moins tenter les enfants

De son côté, McDonald's refuse d’endosser la responsabilité de l’obésité galopante aux États-Unis et dit faire des efforts pour proposer des menus santé et éduquer les jeunes sur l'importance de bouger et de bien manger. «Nous nous sommes engagés à faire de la publicité responsable et nous prenons nos échanges avec les enfants très au sérieux», écrit la chaîne en réponse à ses détracteurs. «Nous comprenons l'importance de la santé et de l'alimentation des enfants, et nous voulons faire partie du dialogue et de la solution. Nous offrons des aliments de grande qualité et proposons des Joyeux festins variés dont les portions sont ajustées aux enfants. Les parents aiment nos menus et nous le disent», poursuit la chaîne.

Mais la coalition n'est pas convaincue. La Corporate Accountability International demande à la chaîne de restos de prendre trois mesures concrètes pour moins tenter les enfants:

  • cesser d’utiliser les célébrités, les personnages de bandes animés et de films à succès
  • éliminer les jouets, les cartes à collectionner ou tout autre incitatif des menus pour enfants
  • enlever tout matériel publicitaire des lieux visités fréquemment par les enfants comme les écoles, les terrains de jeux et les hôpitaux pour enfants.

À noter que si McDonald's et son clown sont omniprésents aux États-Unis, ils sont cependant plus discrets au Québec en raison de la Loi sur la protection du consommateur qui interdit la publicité ciblant les enfants. 

Fini les jouets gratuits à New York?

Cette sortie de la Corporate Accountability International coïncide avec l’intention de la ville de New York d’interdire à McDo d’associer récompense et malbouffe avec des jouets gratuits. Rappelons que San Francisco prenait les devants en novembre 2010 en bannissant les jouets des Joyeux festins jugés trop gras, salés et caloriques.

Selon The New York Times, le nouveau règlement autoriserait les jouets gratuits seulement avec les repas de moins de 500 calories, de moins de 600 mg de sodium et dont moins de 35 % des calories proviennent du gras (sauf dans le cas des noix, des graines et du beurre d’arachide). Le repas devrait aussi contenir 125 ml de fruits ou de légumes et une portion d'un aliment à grains entiers.

Certains Joyeux festins passent déjà la rampe. Par exemple, les populaires croquettes de poulet (mais sans les frites!) accompagnées de quartiers de pommes et de lait. Le même repas, mais composé d’un hamburger, échoue quant à lui au chapitre du sodium (680 mg).

Parmi les moins bons choix figure le repas constitué d’un hamburger au fromage, d’une petite frite et d’un lait au chocolat, qui renferme 700 calories, 27 g de gras (35 % du total des calories) et 1 060 mg de sodium. Pour vérifier quels repas passent ou non le test, consultez leur valeur nutritionnelle sur le site de McDonald's Canada.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Ronald Scholer
    05 Janvier 2012

    Evidemment ça semble plus simple de faire éliminer le clown de McDo que de convaincre les gens de manger de façon équilibrée. En tant que parent, une des choses les plus difficiles à dire à son enfant est "NON". Cela est encore plus difficile lorsque les parents eux-mêmes font de l'embonpoint. Après tout, ce sont les parents qui paient.

    De manière analogue, le fait qu'il n'y ait plus de publicité sur les cigarettes n'empêche pas que des jeunes commencent à fumer. Ou inversement, retrouve-t-on plus d'alcooliques depuis que la SAQ ou les brasseries peuvent annoncer leurs produite de manière allèchante ?

     9
  • Par LORRAINE BINETTE-ROY
    05 Janvier 2012

    Un repas McDonald de temps en temps n'est pas si grave. C'est aux parents de ne pas amener leurs enfants trop souvent. C'est ce que j'ai fait avec mes enfants et aucun ne souffre d'obésité.

     7
    Par ALAIN BABIN
    05 Janvier 2012

    Je suis d'accord avec vous pour le petit péché occasionnel, mais je crois néanmoins que si vos enfants ne font pas d'embonpoint c'est parce qu'ils n'y sont pas prédisposés au départ. À mon avis, McDo n'est pas le pire des resto fast food et on peut y manger convenablement ou très mal. Ça ne dépend pas du resto, mais des mauvaises habitudes alimentaires qu'on a déjà. Je crois que la nutrition devrait être un thème récurrent pendant toutes les années du primaire et du secondaire. Quand on est conscient du défi alimentaire mondial, on a beaucoup moins tendance à s'empiffrer…
    Mettre Ronald à la retraite, je suis pour, mais parce qu'il est laid!

  • Par JACQUES CARON
    05 Janvier 2012

    BRAVO pour cet article qui met de l'emphase encore une fois sur l' importance majeure qu'a la publicité matraquée dans la vie des jeunes et des moins jeunes.
    Après avoir pesé 435 lb., je peux crier haut et fort que l'obésité a des effets pervers et dévastateurs, physiquement et psychologiquement, tout au long de la vie d'un être humain.

     4
  • Par DIANE Croteau
    05 Janvier 2012

    Si je comprend bien ce que vous dites, c'est: "laissons les choses comme elles sont, Mc Donald inclus", et la vie continue... Mais si vous lisez bien ce que les PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ en pensent,c'est justement de cette vie, celle de nos enfants, dont ils parlent. Je sais que c'est difficile de dire NON à nos enfants, mais si un de vos enfants de 5 ans, par exemple, veux boire un verre de vodka lors d'une rencontre entre amis, vous lui dites OUI ?
    Le débat, ici, est que Mc Donald vends des produits aussi nocifs pour eux que l'alcool! À plus ou moins long terme, naturellement...
    Pour ce qui est de fumer ou de de boire de l'alcool, c'est une question de choix : on fume ou on ne fume pas, on boit ou on ne boit pas. Mais pour ce qui est de manger, tout le monde doit le faire...

     3
  • Par Normand Comeau
    05 Janvier 2012

    Ça fait longtemps que ça aurait dû se faire,ils se sont toujours donné bonne conscience en INVESTISSANT dans la cause de la maladie pour enfant ,mais ils étaient les premiers a en être la cause.
    Normand

     2