Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

H1N1: vertement critiquée, l’OMS se défend

Par Lise Bergeron

«Gaspillage de fonds publics», «manque de transparence», «influence de l’industrie pharmaceutique»: c’est en ces termes que la Commission santé du Conseil de l’Europe décrit la gestion de la pandémie par l’OMS.

Un an presque jour pour jour après la déclaration de pandémie de grippe A(H1N1), deux rapports critiquent sévèrement la gestion de la pandémie par l’OMS. Sans ménagement, l’auteur du rapport de la Commission santé du Conseil de l’Europe, Paul Flynn, se dit «extrêmement préoccupé par la manière dont la pandémie de grippe H1N1 a été gérée et notamment par le manque de transparence de certaines décisions». Il soulève aussi la possible influence de l’industrie pharmaceutique dans cette pandémie dont la gravité a été «largement surestimée». 

Plus encore, la fameuse grippe a entraîné «une distorsion des priorités de santé publique, le gaspillage de sommes colossales d’argent public, l’installation d’un sentiment de crainte injustifié, l’exposition à des risques sanitaires engendrés par des vaccins et des médicaments qui n’ont peut-être pas été suffisamment testés avant d’être autorisés par le biais de procédures accélérées». Rappelons que seule la Pologne a refusé de céder aux conditions des laboratoires. 

Sévère constat du Brithish Medical Journal

Le British Medical Journal (BMJ) n’est pas plus tendre envers l’OMS. Dans une enquête effectuée en collaboration avec le Bureau of Investigative Journalism (BIJ), la revue pointe les liens incestueux entre l’organisme international et les laboratoires pharmaceutiques. Par exemple, et comme nous le rapportions en février dernier, plusieurs des proches conseillers de l’OMS reçoivent de l’argent des fabricants de vaccins, notamment le European Scientific Working group on Influenza (ESWI), qui est directement subventionné par 10 compagnies pharmaceutiques tout en affirmant être indépendant. 

L’enquête du BMJ s’est toutefois attirée les critiques de la revue Nature, qui soutient que l’industrie pharmaceutique n’a pas pu influencer l’OMS, puisque le changement de définition de la pandémie – qui exclue dorénavant la notion de sévérité – est survenue bien avant son déclenchement. Nature réfute aussi le fait que les laboratoires n’attendaient que cela pour que des contrats majeurs deviennent effectifs, car plusieurs gouvernements avaient passé leur commande avant que la pandémie ne soit déclarée le 11 juin 2009.

En réponse au BMJ, l’OMS a répété n’avoir pas subi de pression de la part des compagnies pharmaceutiques pour déclarer la pandémie: «À aucun moment, pas une seconde, les intérêts commerciaux n’interviennent dans ma prise de décision. L’article et l’éditorial du British Medical Journal laisseront sans aucun doute à de nombreux lecteurs l’impression que la décision de déclarer la pandémie prise par l’OMS était au moins partiellement influencée par une volonté d’accroître les profits de l’industrie pharmaceutique. La vérité cependant est que la décision d’élever le niveau d’alerte à la pandémie reposait sur des critères virologiques et épidémiologiques clairement définis», écrit la Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, dans sa lettre au journal.

Plusieurs questions sans réponse

Quoi qu’il en soit, une foule de questions restent sans réponse dans ce dossier où l’apparence de conflits d’intérêt est omniprésente et alimente la polémique depuis plusieurs mois.
Le Dr Pierre Biron, ex-professeur de pharmacologie et expert en pharmacovigilance à l’Université de Montréal, qualifiait la situation «d’hystérie pandémique» en février dernier. Il reste critique: «S’il est vrai, comme le révèle Nature, que les commandes nationales furent passées, et secrètement en plus, avant la déclaration d’une pandémie à définition tronquée, ce pourrait être parce que l’emprise de l’industrie du vaccin sur les santés publiques serait devenue plus grande qu’on n’osait l’imaginer».

Selon lui, ainsi que plusieurs autres observateurs, «l’OMS a fait une erreur patente, non conforme aux faits qui s’accumulaient, et elle a entraîné avec elle la majorité des autorités sanitaires nationales. Elle n’a pas répondu aux questions scientifiques posées par ses critiques. On ne possède même pas de preuve que la vaccination massive fut utile, alors qu’on est certain qu’elle ne le fut pas pour prévenir les hospitalisations et les décès».

La Commission santé du Conseil de l’Europe a formulé une série de recommandations, notamment la mise en place de garanties contre l’influence d’intérêts particuliers et la création d’un fonds public qui soutiendrait les études, essais et avis d’experts indépendants. Ce rapport sera examiné par les représentants des 47 États membres du Conseil le 24 juin prochain.

Lire l'article
Noël en famille et le Jour de l’An dans votre bulle

Oubliez les grandes fêtes de Noël au cours desquelles vous faites la bise à toute la parenté. Québec vous autorise à célébrer sobrement pendant seulement quatre jours cette année, sous réserve de l’évolution de la pandémie de COVID-19 dans les prochaines semaines.

Lire l'article
Vos écouteurs peuvent-ils provoquer des otites?

Une lectrice de Protégez-Vous a récemment développé une otite. Comme elle est en télétravail et porte ses écouteurs intra-auriculaires beaucoup plus longtemps qu’auparavant pour assister à des vidéoconférences et se couper du bruit ambiant, elle les soupçonne d’en être responsables. Vos écouteurs peuvent-ils causer une infection aux oreilles?

Lire l'article
La pandémie augmente le risque d’exposition au radon

L’école à distance, le télétravail et le fait de passer plus de temps à la maison augmentent le risque d’exposition au radon, un gaz cancérigène présent dans toutes les maisons du pays, prévient Santé Canada.

Lire l'article
100 millions pour aider les aînés à vieillir dans leur maison

Pendant la première vague de la pandémie de COVID-19, des services de soutien à domicile ont été annulés. Depuis, les personnes âgées en bénéficient à nouveau, mais l’expérience vécue au printemps les a confortées dans leur conviction de vouloir rester chez eux le plus longtemps possible. L'investissement de 100 millions de dollars annoncé par Québec devrait les aider à le faire.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par D MAILHOT
    05 Janvier 2012

    À voir autant de personnes qui ont eu de graves réactions à ce vaccin! Je ne veux pas alarmer d'avantage les vaccinés, mais il est quand même possible que ce vaccin devienne le début d'une infection qui par la suite pourrait devenir trés grave et occassioner des maladies rares dont ils tairont la cause, et être transmisibles à leurs enfants.

     19
  • Par MARCEL KESSIBY
    05 Janvier 2012

    Toujours des reproches de la part de certains organismes de surveillance, mais sans jamais exiger le remboursement des fonds publique que les pharmaceutiques ont siphonées des pays industrialisées sous de faux prétexte. Pour un faux et usage faux on s'attends à une action légale au criminel. Pourquoi ne pas procèder par une action collective mondiale contre cette grosse fourberie?

     6
  • Par F RAMADORI
    05 Janvier 2012

    Le plus gros ennui dans tout ça c'est la perte de confience en l'OMS. À-qui pourrions nous faire confiance lors de la prochaine "vraie" pandémie. Le danger de ne pas se faire vacciner ou traiter contre un nouveau virus plus dangéreux est plus grand que celui occasionné par une vaccination "non-justifiée".

     1
  • Par Gabriel Ouimet Bolduc
    05 Janvier 2012

    Je ne crois pas qu'il faut mettre la faute sur les industries pharmaceutiques car jamais vous ne les avez entendus faire peur à la population avec le virus qui c'est abattue sur nous l'automne dernier. Si vous voulez blâmer quelqu'un, blâmer vos élues car c'est nos gouvernement qui on monter l'affaire en épingle. Et dite vous quelque chose, s'ils avaient rien fait et que les aboutissants du virus étaient pires que ce fut, nous les auriont été encore plus furieux... C'est l'une de ces situations où l'on se dit : damm if you do... damm if you dont.