Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Guide alimentaire: fini, les portions et les groupes alimentaires

Par Mise en ligne : 23 janvier 2019

Guide alimentaire canadien

Guide alimentaire canadien

Plus besoin de vous casser la tête à propos de la grosseur des portions recommandées. Le nouveau Guide alimentaire canadien 2019 abandonne cette notion, de même que celle des groupes alimentaires.

Fini l’arc-en-ciel des groupes alimentaires qui illustrait l’ancien guide alimentaire. La nouvelle mouture présentée cette semaine illustre ses recommandations nutritionnelles sous la forme d’une assiette.

Les portions recommandées – un concept difficile à comprendre et à appliquer pour de nombreux Canadiens – sont abandonnées au profit des proportions.

La moitié de votre assiette devrait être constituée de légumes et de fruits. Un quart doit être consacré aux grains entiers (pain, riz brun, pâtes) et l’autre quart aux «aliments protéinés» comme les légumineuses (pois chiches, haricots, lentilles, etc.), le tofu, les noix, le poisson, le poulet, la viande, les œufs et les produits laitiers.

Le lait et les produits laitiers, dont il fallait consommer jusqu’à quatre portions par jour, ne forment plus un groupe alimentaire distinct et sont désormais intégrés dans la catégorie des protéines.

  
>> À lire aussi: Le lait, bon ou mauvais? Réponse en 9 points

Place aux végétaux

Le nouveau guide privilégie les sources de protéines végétales. Il recommande de manger du tofu, des haricots ou des noix plus souvent que des œufs, de la volaille ou de la viande rouge.

Les viandes transformées ne sont pas exclues, mais le document indique clairement qu’elles contiennent beaucoup de sodium et de gras saturés et qu’une «trop grande consommation de celles-ci a été associée à un risque accru de cancer colorectal».

Ces recommandations s’appuient sur les dernières données scientifiques. Santé Canada insiste d’ailleurs pour dire que les études financées par l’industrie agroalimentaire ont été écartées lors de l’élaboration du guide, afin éviter toute apparence de conflit d’intérêts, une critique qui avait fusé lors de la parution du guide précédent, en 2007.

>> À lire aussi: Manger moins de viande, pourquoi et comment

Ouvrez le robinet

De l’eau. Voilà ce que vous devriez boire avant tout. Les jus de fruits qui étaient considérés comme un fruit dans la version de 2007 ne sont plus à privilégier, tout comme les laits aromatisés. Ils contiennent trop de sucres libres.

Ainsi, les aliments et les boissons transformés ou préparés ne devraient pas être consommés régulièrement. Las de boire de l’eau? Le lait plus faible en gras, les boissons végétales enrichies non sucrées, ainsi que le café et le thé non sucrés sont considérés comme des options santé.

>> À lire aussi: 8 grands principes pour une saine alimentation

Gras, sodium et sucre dans la ligne de mire

Les aliments qui contiennent surtout des gras insaturés comme l’huile d’olive, le poisson et les noix devraient remplacer les aliments qui contiennent surtout des gras saturés (huile de coco, viande rouge, beurre) pour diminuer les risques de maladies du cœur.

Gare aux aliments transformés

Pour la première fois, le guide alimentaire cible des aliments et des boissons à consommer avec modération. Il n’est pas question de les interdire, mais la mise en garde est claire: leur consommation régulière peut nuire à santé.

Ainsi, la consommation de boissons gazeuses, de laits aromatisés, de jus de fruits, de boissons alcoolisées et d’aliments transformés ou préparés devrait être limitée.

Manger en bonne compagnie

Outre le contenu de votre assiette, le nouveau guide s’intéresse à la façon dont vous la préparez et le contexte dans lequel vous la videz. La page deux du document encourage à cuisiner plus souvent, à savourer vos aliments et à prendre vos repas en bonne compagnie.

S’inspirant des Brésiliens, il invite à rester vigilant face au marketing alimentaire qui crée des tendances et peut, par exemple, vous inciter à acheter des aliments ou des boissons qui ne figuraient pas sur votre liste d’épicerie.

>> À lire aussi: Guide alimentaire, le Brésil et Harvard révolutionnent les règles

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle