Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Faut-il s’inquiéter de la hausse du TDAH chez les adultes?

Par Céline Montpetit Mise en ligne : 30 Juillet 2015 Shutterstock

Les adultes qui ont reçu un diagnostic de trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) seraient 25 fois plus nombreux aujourd’hui qu’en 1996, faisant grimper les ordonnances de psychostimulants comme le Ritalin.

Photo: Shutterstock

Faut-il s’en inquiéter? Oui, répondent deux psychiatres de l’Université McGill qui ont recensé les études récentes sur le TDAH pour mieux comprendre le phénomène. Leur conclusion, publiée dans le Canadian Journal of Psychiatry: il y aurait possiblement surdiagnostic du TDAH chez les adultes, et donc surmédication.


La psychiatre Annick Vincent nuance. Selon elle, aucune étude n’a démontré une tendance au surdiagnostic. D’autres facteurs pourraient expliquer pourquoi, tel que le rapportait Le Devoir dans un article paru le 25 juillet dernier, 39 % des ordonnances de Ritalin sont données à des adultes au Québec.

«Peut-être que les patients décident tardivement de se faire traiter ou qu’ils reviennent à la médication, après l’avoir abandonnée pendant des années, afin d’essayer les nouveaux traitements à libération lente (à longue action), qui sont mieux tolérés que les anciens à courte durée d’action», explique la Dre Vincent, soulignant que 90 % des adultes aux prises avec un TDAH ne sont pas traités, selon une récente étude américaine.

Autres éléments à considérer: plusieurs personnes souffrant du TDAH doivent prendre les deux types de médicaments, à courte et à longue durée d’action, ce qui peut faire grimper artificiellement le nombre d’ordonnances, indique la Dre Vincent. «Et peut-être que la hausse des diagnostics découle d’un meilleur dépistage et d’une meilleure connaissance de ce trouble», dit-elle.

Et la surmédication?

Selon la Dre Annick Vincent, aucune étude ne prouve que les personnes atteintes de TDAH se font trop souvent prescrire des psychostimulants, comme le Ritalin. Elle croit qu’il faut tout de même s’inquiéter que des camionneurs ou des étudiants universitaires «consomment» les médicaments prescrits à un ami ayant reçu un diagnostic de TDAH dans le but de rester éveillé ou d’avoir une meilleure concentration. «Il s’agit là de mauvais usages qui sont à proscrire», avertit-elle.

Les psychostimulants peuvent provoquer des effets secondaires semblables à ceux des boissons énergisantes, qui sont elles-mêmes déconseillées: agitation, insomnie, fébrilité. «Il faut aussi savoir que la difficulté à se concentrer peut résulter de plusieurs causes: anxiété, dépression, bipolarité, fatigue ou autres problèmes de santé qui n’ont rien à voir avec le TDAH. Autant de conditions qui doivent être évaluées et traitées adéquatement par un professionnel de la santé», souligne le médecin.

Vous pensez avoir un TDAH?

Les personnes atteintes de TDAH «ont de la difficulté à moduler leur concentration, sont facilement distraites par le moindre stimulus, ont de la difficulté à maintenir leur attention et à s’organiser. Elles sont souvent éparpillées, oublient fréquemment des rendez-vous et des tâches à faire ou perdent des choses», résume la Dre Vincent. Certaines ont aussi la bougeotte, d’où le terme «avec ou sans hyperactivité».

Vous pensez que c’est votre cas? Commencez par vous renseigner sur ce trouble auprès de sources fiables. Vous pourriez également assister à des rencontres d’un groupe de soutien, même si vous n’avez pas reçu de diagnostic, pour mieux évaluer votre condition. Ces groupes offrent aussi des outils autres que la médication pour aider à gérer les symptômes du TDAH.

Votre doute persiste? Consultez un médecin. Attention, tous n’ont pas d’égales compétences en la matière et les spécialistes du TDAH ne sont pas répertoriés. Prenez donc le temps de vous renseigner sur l’expertise du médecin avant de prendre rendez-vous. Il existe des cliniques spécialisées, mais elles affichent souvent complet. Vous devrez donc vous montrer patient! Un psychologue peut également diagnostiquer un TDAH, mais il ne peut pas prescrire de médicaments.

Ressources utiles

Attentiondeficit-info.com
Caddra.ca
Clinique Focus, Québec
Clinique TDAH de Montréal

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle