Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Devancer sa deuxième dose de vaccin pour mieux voyager

Par Marie-Eve Shaffer
vaccin

Vous voulez recevoir rapidement votre deuxième dose de vaccin pour voyager en étant pleinement protégé contre la COVID-19 ? Sachez qu’il est possible de le faire après un délai de trois ou quatre semaines.

Anaïs fait partie des expatriés qui souhaitent par-dessus tout revoir leur famille et elle souhaite se rendre en France cet été. Sa sœur doit d’ailleurs convoler en justes noces. Mais, avant d’entreprendre ce voyage, elle tenait à être entièrement vaccinée pour éviter la quarantaine à l’hôtel à son retour. « Ça coûte une petite fortune. Ça fait un gros trou dans le budget vacances », soulève-t-elle.

Son vol est réservé pour le 22 juillet. Pour s’assurer que le vaccin atteigne sa pleine efficacité, elle devait obtenir la deuxième dose au moins 14 jours avant : or, son deuxième rendez-vous était fixé au 12 juillet.

Sur les conseils d’amis, elle a décidé de se présenter au centre de vaccination du Stade olympique le 1er juillet, soit moins de huit semaines après l’injection de sa première dose. « Je me suis dit que j’allais essayer », relate-t-elle.

Anaïs n’a été pas été refusée. Elle a pu recevoir une deuxième dose, mais le processus a été laborieux. Elle a dû expliquer à plus d’une reprise pourquoi elle voulait être vaccinée plus tôt. « Mais on ne m’a pas demandé mes billets d’avion », rapporte-t-elle.

Recommandation : huit semaines d’intervalle

Le ministère de la Santé et des Services sociaux précise qu’un intervalle de huit semaines est recommandé entre les deux doses de vaccin contre la COVID-19. « Mais le Protocole d’immunisation du Québec autorise un intervalle minimum plus court », indique-t-il.

Si vous avez reçu une dose du vaccin de Pfizer-BioNTech ou de Moderna, vous pouvez obtenir la deuxième dose 21 jours après la première. Dans le cas du vaccin d’AstraZeneca, un intervalle minimal de 28 jours est exigé.

« En recevant le vaccin avant le délai de huit semaines, l’efficacité risque toutefois d’être diminuée », insiste le ministère.

Depuis le 6 juillet, la plateforme Clic Santé vous permet de prendre un deuxième rendez-vous de vaccination quatre semaines après le premier. Avant cela, un intervalle de huit semaines était imposé. Ce délai de huit semaines est toutefois maintenu pour les jeunes de 12 à 17 ans. Si vous voulez recevoir une deuxième dose de vaccin encore plus tôt, présentez-vous dans un centre de vaccination sans rendez-vous.

>> À lire aussi : Vaccins contre la COVID-19 : 10 réponses à vos questions

 

Lire l'article
La grippe pourrait revenir en force cet automne

La grippe a fait une pause durant l’hiver 2020-2021, mais plusieurs experts s’attendent à ce qu’elle soit de retour pour la prochaine saison. Elle pourrait même pointer son nez à l’avance. Déjà, les virus respiratoires autres que le coronavirus sont beaucoup plus présents au Québec depuis le relâchement des mesures sanitaires.

Lire l'article
Des cas d’hépatite A liés à des mangues congelées

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a annoncé vendredi le rappel de plusieurs marques de mangues congelées qui pourraient être contaminées par le virus de l’hépatite A. Trois cas d’infection ont été signalés au Québec et en Nouvelle-Écosse.

Lire l'article
Chicane de voisinage : pensez à la médiation

Vous n’en pouvez plus de la musique que votre voisin fait jouer à tue-tête à toute heure du jour, de l’odeur nauséabonde de sa poubelle qu’il dispose tout juste sous votre fenêtre ou du va-et-vient incessant des voitures devant sa maison ? Pour éviter que la situation s’envenime tout en obtenant satisfaction, vous pourriez tenter la médiation.

Lire l'article
Internet : votre facture pourrait augmenter de 10 à 20 $ par mois

Vous avez peut-être reçu récemment un courriel de votre fournisseur internet vous prévenant qu’une augmentation des tarifs était à prévoir. Cette hausse de 10 à 20 $ par mois découle d’une récente décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’annuler la baisse radicale de tarifs pour l’Internet de gros décrétée en 2019.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.