Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Deux études font un lien entre lait, cancer et mortalité précoce

Par Frédéric Berg
Deux études font le lien entre le lait et le cancer et la mortalite precoce

Consommer trop de lait peut réduire l’espérance de vie et augmenter le risque de certains cancers, selon deux nouvelles études scientifiques.

ALT

Photo: Shutterstock

Tout va bien avec le lait… voilà du moins l’affirmation qui ponctue les publicités télévisées des Producteurs de lait du Québec diffusées ces jours-ci. Depuis des décennies, médecins et nutritionnistes recommandent de consommer du lait parce qu’il procure du calcium et aide à garder des os solides.

Pourtant, depuis le début des années 2 000, les opinions sont partagées. Le débat entre les bénéfices et les inconvénients de ce liquide biologique a été lancé avec la publication de plusieurs études qui liaient le lait à plusieurs cancers et à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires.

Cette controverse vient d’être relancée par deux études suédoises distinctes qui mettent sérieusement en cause la consommation de lait par rapport à la prévalence de certains cancers. De plus, elles suggèrent qu’une consommation quotidienne pourrait doubler le risque de décès prématurés… sans même avoir d’effets positifs sur la solidité des os!

Moins de lait, moins de cancers
Publiés par le British Journal of Cancer, les résultats de la première étude indiquent que les personnes intolérantes au lactose qui ne consomment pas de produits laitiers courent moins de risque de développer des cancers du poumon ou des ovaires que la moyenne de la population.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs suédois ont étudié le développement du cancer chez 22 788 personnes intolérantes au lactose. Croisés avec le registre national suédois des cancers, les résultats démontrent que les personnes intolérantes au lactose qui ne consomment pas de lactose voient leurs risques de développer un cancer diminuer de:
• 45 % pour le cancer du poumon;
• 39 % pour le cancer des ovaires;
• 21 % pour le cancer du sein.

L’étude précise que les membres de la famille des personnes suivies n’étaient pas intolérants au lactose et que leurs antécédents ne révélaient pas qu’ils étaient «moins à risque» de développer un cancer, ce qui aurait pu fausser les résultats. Les chercheurs ont donc pu conclure que leurs risques de développer un cancer diminuent surtout grâce à leur alimentation exempte de produits laitiers.

Le galactose, coupable possible
La deuxième étude a suivi 61 000 femmes pendant 20 ans et 45 000 hommes pendant 11 ans. Publiés sur le site du British Medical Journal, les résultats indiquent que le taux de mortalité a été plus élevé chez les femmes et les hommes qui consommaient quotidiennement au moins trois verres de lait ou plus (680 ml ou plus) que ceux qui buvaient un verre ou moins (environ 60 ml). Le risque de fracture était également plus important pour les femmes qui buvaient davantage de lait.

Fait important: les résultats de cette étude n’ont pas été observés avec la consommation élevée de produits laitiers fermentés comme le fromage et le yogourt, qui contiennent moins de lactose que le lait.

Les chercheurs suggèrent que le coupable pourrait être le galactose, un sucre simple contenu dans le lactose du lait, au même titre que le glucose. Absorbé en grande quantité, ce sucre pourrait augmenter les niveaux de stress oxydatif et d’inflammation dans le corps, ce qui peut favoriser les fractures et une mortalité plus importante.

Études d’observation
Les deux recherches suédoises sont des études d’observation, c’est-à-dire qu’elles dressent un constat, analysent des données, mais n’explorent pas les causes des faits observés. Les chercheurs invitent donc à une «interprétation prudente des résultats» et ne recommandent pas d’arrêter de boire du lait ou de consommer des produits laitiers. Les auteurs de la deuxième étude estiment d’ailleurs que leurs résultats «méritent d’autres études indépendantes avant qu’ils puissent être utilisés pour des recommandations diététiques».

L’intolérance au lactose, c’est quoi?
Les personnes intolérantes au lactose ne produisent pas, ou pas suffisamment, de lactase, une enzyme digestive. Le lactose arrive donc dans leur intestin sans avoir été correctement digéré, ce qui provoque des douleurs abdominales, de la diarrhée, des flatulences ou des ballonnements. Entre 2 et 15 % des Nord-Américains seraient touchés par cette intolérance, à ne pas confondre avec l’allergie au lait, une réaction du système immunitaire qui peut s’avérer grave, voire mortelle.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Johanne Paré
    09 Novembre 2014

    Je trouve que ces études ne disent pas grand chose. On cible un aliment en particulier sans aucun contrôle sur l'alimentation générale des participants. Aurait-on eu des résultats semblables en ciblant les céréales sucrées ou les charcuteries ou le pain blanc? De plus aurait-on des résultats différents avec le lait bio. Est-ce que le fait de donner des hormones (pour que les vaches donnent plus de lait) ou des antibiotiques (parfois de façon préventive) peut avoir une influence sur ces maladies. Le cancer est-il une maladie reliée de plus en plus à tous ces produits chimiques (incluant les additifs alimentaires) qu' on retrouve dans les aliments vendus dans les marchés d'alimentation?

     3
  • Par CLÉMENT VENNE
    21 Novembre 2014

    Pourquoi ne mettez vous pas la conclusion de l'article en gros caractère et en haut de l'article.

    "Les deux recherches suédoises sont des études d’observation, ... ne recommandent pas d’arrêter de boire du lait ou de consommer des produits laitiers.""
    Comme plusieurs personne ne lisent pas les articles au complet, elles en déduiront une faussent conclusion.

     3
  • Par Réjean Moreau
    05 Novembre 2014

    Toujours un agacé par ces études qui éliminent, bon an mal an, une multitude de produits de consommation courants.
    Les jus de fruits sont à l'index, le lait de soja, l'eau du robinet et j'en passe. Et je ne parle pas des autres produits de type pâtes, pommes de terre, viandes rouges, etc. Qu'est-ce que monsieur et madame tout le monde devraient mettre sur la table pour les enfants ce midi?
    C'est quoi l'idée de publier de telles études pour les désavouer demain? Où est l'utilité?

     3
  • Par GERARD LESSARD
    05 Novembre 2014

    J'approuve votre commentaire.
    Un bon exemple : Les oeufs qui il n'y a pas si longtemps étaient plus ou moins mis à l'index à cause du cholestérol alors qu'aujourd'hui on les a réhabilités car leur cholestérol serait même bon pour la santé !!!

    Comme quoi, on peut faire dire ce que l'on veut à certains chercheurs en autant qu'on les paient au résultat qui va dans le sens souhaité !!!

     1
  • Par Nathalie Gascon
    17 Novembre 2014

    Je suis une femme âgée de 47 ans. À l'âge de 39 ans, j'ai été atteinte d'un cancer des ovaires. Dans les années précédant la maladie, je consommais beaucoup de produits laitiers, en l'occurrence du lait écrémé avec lactose. Coïncidence ou non, je me pose des questions.
    Du à une intolérance au lactose constatée, je bois maintenant du lait d'amande. Pour le café, pas trouvé d'autre choix que le lait de vache.