Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Désinfectant pour les mains: attention au risque d’intoxication

Par Gwenaëlle Reyt
Desinfectant pour les mains attention au risque dintoxication

Deux Canadiens sont morts après avoir ingéré du désinfectant pour les mains. Le produit pour usage externe contenait par erreur du méthanol.

Santé Canada met en garde la population à la suite de la mort de deux personnes qui ont bu du liquide désinfectant pour les mains. Ces deux décès, sans autre lien apparent, concernent des adultes vivant en Ontario, l’un dans la partie est de la province, l’autre au nord. Selon le Dr Dirk Huyer, coroner en chef par intérim de l’Ontario, la cause de ces décès serait accidentelle.

«Rien n’indique qu’il s’agisse de suicides. Nous croyons que ces personnes ont consommé ce liquide pour l’alcool qu’il contient, sans savoir que ce produit était dangereux», explique-t-il. Le médecin précise que le taux d’alcool présent dans le désinfectant en cause s’élève à 57 %, une teneur plus élevée que la plupart des boissons alcoolisées vendues dans le commerce. Le coroner n’a pas pu indiquer si des cas semblables étaient survenus au Québec. Rappelons que, l’an dernier, les autorités américaines ont rapporté plusieurs cas d’adolescents ayant ingéré des produits antibactériens afin de ressentir les effets de l’alcool.

Méthanol non déclaré

Les produits liés au décès des deux Ontariens sont de marque Bodico; il s’agit d’un désinfectant pour les mains (lot B9002) et d’un désinfectant pour les mains avec aloès et vitamine E (lot B9001). Ces produits sont également vendus au Québec. Leur emballage indique clairement qu’ils contiennent de l’alcool éthylique, soit de l’éthanol, l’alcool présent dans les boissons de consommation. Les premières analyses effectuées par le Centre des sciences judiciaires de l’Ontario ont toutefois révélé autre chose. «Les deux bouteilles de désinfectant pour les mains Bodico liées aux décès ne contenaient pas d’alcool éthylique, mais on y a trouvé du méthanol, un ingrédient non déclaré», explique Leslie Meerburg, la porte-parole de Santé Canada.

Absorbée par l'organisme, cette substance, hautement toxique, peut provoquer la cécité, voire la mort. Appliqué en grandes quantités sur la peau, le méthanol peut également provoquer irritation et inflammation. Il est d’ailleurs inscrit sur la «Liste critique des ingrédients dont l’utilisation est restreinte ou interdite dans les cosmétiques» publiée par Santé Canada. Son utilisation est donc soumise à plusieurs conditions, dont celle d’indiquer la dangerosité du produit et d’utiliser un contenant protège-enfants quand sa quantité est égale ou supérieure à 5 ml.

«En règle générale, tous les produits de santé naturels [comme le nettoyant à mains] doivent satisfaire à des exigences particulières en matière d'étiquetage afin d’aider les Canadiens à faire des choix sûrs et éclairés», poursuit Leslie Meerburg. Santé Canada n’a toutefois pas été en mesure de nous indiquer s’il est fréquent de trouver du méthanol dans les désinfectants pour les mains, ni la liste des autres ingrédients dont les consommateurs doivent se méfier. Dans le cas des produits Bodico, le Dr Dirk Huyer estime que la présence de méthanol est une erreur dans le processus de fabrication.

À ne pas boire!

Le ministère fédéral rappelle aux consommateurs que les étiquettes des désinfectants pour les mains indiquent qu’ils sont destinés à un usage externe seulement. «Ces produits ne devraient donc jamais être ingérés», prévient Leslie Meerburg.

Santé Canada affirme collaborer avec l’entreprise qui fabrique le désinfectant Bodico afin d’organiser un rappel et d’effectuer des analyses supplémentaires afin de s’assurer qu’aucun autre produit ne contient du méthanol. En attendant, Leslie Meerburg assure que «s’il découvre d’autres produits dangereux, le ministère prendra immédiatement les mesures qui s’imposent pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens».

Vous doutez de l'innocuité du désinfectant que vous venez tout juste d’acheter? Santé Canada répond aux questions du public au 1 866 225-0709.

Lisez les étiquettes

Les gels désinfectants et autres nettoyants antiseptiques pour la peau sont classifiés comme cosmétiques, médicaments ou produits de santé naturels, selon leurs propriétés. Avant de les acheter, les consommateurs peuvent vérifier ces renseignements sur les étiquettes:

• Nom et numéro de la licence de mise en marché;
• Quantité par unité posologique;
• Liste intégrale des ingrédients médicinaux et non médicinaux;
• Conditions d’utilisation recommandées (y compris les allégations relatives à la santé);
• Avertissements, mises en garde, contre-indications et effets indésirables possibles;
• Conditions d’entreposage particulières, s’il y a lieu.

Photo: Santé Canada

>> À lire aussi: Le point sur les désinfectants pour les mains et Transmission des virus: gare aux conseils inutiles et aux faux remèdes

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Marc Langlais
    28 Novembre 2013

    Je pense que si quelqu'un est assez cave pour pour boire du désinfectant, ça ne changera rien d'indiquer s'il y a du méthanol!!