Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

COVID-19: le point sur les désinfectants pour les mains

Par Catherine Crépeau
Purell-antibacterien

Alors que les autorités sanitaires préconisent le lavage fréquent des mains, les liquides et gels désinfectants de style Purell ou One Step sont devenus une denrée rare, amenant sur le marché de nouveaux joueurs, dont des distilleries. Que penser de ces lotions concoctées dans l’urgence?

Avec la pandémie et le manque de gels hydroalcooliques, les alambics de près d’une vingtaine de distilleries ont trouvé une nouvelle vocation: fabriquer des désinfectants pour les mains. Ainsi, les moûts de maïs, de seigle, d’orge ou de raisin qui devaient servir à fabriquer du gin ou de la vodka ont été détournés pour être transformés en éthanol, l’ingrédient principal des désinfectants pour les mains.

Des entreprises de produits naturels ont aussi flairé la bonne affaire en ajoutant à leur catalogue des désinfectants pour les mains. C’est le cas notamment de l’entreprise canadienne Green Beaver qui propose un désinfectant en vaporisateur 100 % naturel.

Quelle efficacité?

La plupart des distillateurs disent utiliser la recette fournie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour concocter leur désinfectant pour les mains, une recette destinée aux professionnels pour fabriquer un produit avec une concentration finale de 80 % d’éthanol. 

Pour être capable de tuer la plupart des virus et être autorisé par Santé Canada, un désinfectant pour les mains doit contenir au moins 60 % d’alcool. Les désinfectants qui en contiennent moins sont aussi moins efficaces contre les bactéries et les champignons.

Santé Canada préconise l’utilisation d’éthanol de qualité alimentaire ou respectant les exigences de la Pharmacopée américaine (USP). Mais devant la forte demande pour cet éthanol, l’organisme a autorisé de façon temporaire, le 15 avril dernier, l’utilisation d’autres types d’éthanol, comme celui de qualité technique – qui contient plus d’impuretés.

Santé Canada demande toutefois aux gens de respecter les consignes indiquées sur les produits désinfectants qui en contiennent afin de les utiliser en toute sécurité. Par ailleurs, tous les désinfectants pour les mains dont la vente est autorisée par Santé Canada doivent porter un numéro d’identification du médicament (DIN) ou un numéro de produit naturel (NPN).

 

100 % naturel

Bien que l’éthanol soit issu des plantes, et donc naturel, tous les désinfectants qui en contiennent ne peuvent porter la mention «100 % naturel». C’est qu’après distillation, l’éthanol est concentré à environ 95 %. Il faut donc le diluer pour obtenir un produit qui n’irritera pas la peau.

Dans les formulations liquides, les fabricants utilisent principalement de l’eau, du peroxyde d’hydrogène et de la glycérine. Certains ajoutent des fragrances, qui ne sont pas toujours naturelles. Green Beaver a choisi d’utiliser uniquement de l’eau, de la glycérine et des huiles essentielles dans son vaporisateur à 70 % d’éthanol pour en faire un produit naturel, indique le cofondateur de l’entreprise, Alain Ménard.

Il existe également des désinfectants dont l’alcool est remplacé par des composés chimiques appelés ammoniums quaternaires, qui peuvent réduire la quantité de microbes, mais sont moins efficaces que l’alcool pour tuer les germes.

Approuvés par Santé Canada

Santé Canada offre depuis la fin du mois de mars une voie simplifiée et accélérée aux entreprises qui veulent obtenir des autorisations pour fabriquer, emballer, étiqueter et/ou distribuer des désinfectants pour les mains à base d’alcool. Déjà, plusieurs distilleries et microbrasseries ont obtenu l’aval de Santé Canada pour commercialiser leur produit.

L'utilité des désinfectants

Les désinfectants pour les mains ne sont pas des nettoyants, c’est-à-dire qu’ils ne permettent pas de se débarrasser de la saleté. Seul un lavage des mains efficace avec de l’eau et du savon assure un nettoyage en profondeur. Les désinfectants devraient être utilisés lorsque l’eau et le savon ne sont pas disponibles. Pour que les désinfectants soient efficaces, il est important de ne pas se rincer ou s’essuyer les mains. Il faut plutôt se frotter les mains l’une contre l’autre jusqu’à ce qu’elles s’assèchent.

>> À lire aussi: Évaluation de 502 crèmes hydratantes pour le corps et Tous nos articles sur les enjeux liés à la crise de la COVID-19

Lire l'article
5 trucs pour améliorer son chauffage électrique

Avec l’automne et ses couleurs, arrive aussi le moment de repartir le chauffage dans la maison. Avant de remonter les thermostats, prenez le temps de faire le tour des plinthes et des convecteurs pour tirer le meilleur parti de votre système de chauffage.

Lire l'article
Que faire en cas d’éclosion de COVID-19 à l’école de votre enfant?

De nombreux parents ont reçu une lettre de l’école les avisant que des cas de COVID-19 s’étaient déclarés dans la classe de leur enfant ou dans l’établissement et leur indiquant les règles à suivre. Des instructions qui ne sont pas toujours bien comprises. Protégez-Vous a demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de les clarifier.

Lire l'article
Recycler ses appareils électroniques de façon responsable, malgré les restrictions

L’utilisation des appareils électroniques est en forte augmentation au Québec, alors que le travail à distance a amené plusieurs travailleurs à moderniser leurs équipements à la maison. Mais que faire avec les vieux équipements en cette période de restriction?

Lire l'article
Une action collective contre Hydro-Québec pour surfacturation va de l’avant

L’action collective contre Hydro-Québec, qui aurait surfacturé ses clients pour environ 1,2 milliard de dollars entre 2008 et 2013, peut aller de l’avant. Le 15 octobre, la Cour suprême a refusé la demande d’appel de la société d’État.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.