Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Des idées pour faire bouger votre enfant pendant la pandémie de COVID-19

Par Marie-Eve Shaffer
enfant-jouer-exterieur

Vous n’avez pas pu inscrire votre enfant au cours de karaté, de natation ou de danse qu’il souhaitait suivre cet automne? Ou alors l’activité a été annulée en raison de la pandémie? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez l’aider à bouger de façon régulière.

Le grand avantage des cours est d’offrir un rendez-vous régulier et supervisé. Difficile pour votre enfant de se dérober. Et quand la motivation manque, la présence des amis constitue un formidable incitatif. Si un tel environnement est impossible à recréer à la maison, vous pouvez tout de même vous organiser pour proposer une routine d’activités avec un rendez-vous hebdomadaire ou bihebdomadaire. Une façon de garder la cadence et de maintenir la motivation de votre enfant… et la vôtre!

Jeux libres

Il n’est pas nécessaire d’organiser des jeux élaborés. Une simple sortie au parc où votre enfant peut courir, sauter, grimper et multiplier les acrobaties peut très bien convenir.

«Plus l’enfant développe ses habiletés – sa dextérité, sa locomotion, etc. – par le jeu actif, plus il réussira dans les sports», souligne Serge Bourdeau, président de la Fédération des kinésiologues du Québec, qui déplore que des parents empêchent leurs petits de jouer librement par crainte qu’ils se blessent ou se salissent. «On se retrouve alors avec des enfants qui décrochent de l’activité physique parce qu’ils ne se sentent pas assez bons», dit-il.

Jeux organisés

À l’extérieur, vous pouvez organiser des jeux en profitant du mobilier urbain ou en utilisant un ballon, une corde à danser, un bâton de hockey, etc. Une course à obstacles ou une chasse au trésor amusera votre enfant pendant un bon moment. Sinon, lancer une rondelle dans un but improvisé ou s’échanger un ballon contribuera à le faire bouger.

«L’avantage des jeux à l’extérieur, c’est que ça ne coûte rien», fait valoir Serge Bourdeau. Il souligne toutefois que des municipalités interdisent de jouer dans la rue pour des raisons de sécurité. Si vous habitez dans l’une d’elles, allez au parc ou dans une cour d’école pour disposer de plus d’espace.

Une promenade

Une marche dans le quartier n’est pas assez intense pour qu’un enfant dépense son énergie adéquatement, d’après Serge Bourdeau. Si vous préconisez cette activité, vous pouvez lui demander de courir sur certains tronçons, de sauter dix fois quand il voit une voiture bleue, ou de faire cinq squats (flexion des jambes en position accroupie) lorsqu’il passe sur une bouche d’égout.

Une randonnée en forêt requiert un plus grand effort, surtout si des obstacles doivent être surmontés ou que des pentes doivent être gravies. Serge Bourdeau fait remarquer qu’un enfant âgé de trois ans peut marcher cinq kilomètres, et que plus il grandit, plus la distance s’allonge.

Vous pouvez aussi opter pour une promenade à bicyclette, en planche à roulettes ou en trottinette. Si vous avez une course à faire à l’épicerie ou à la pharmacie, pourquoi ne pas y aller à vélo avec votre enfant? Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups.

Bouger à l’intérieur

La météo n’est pas clémente? Faire bouger votre progéniture dans la maison s’annonce plus ardu. Si vous disposez d’un grand espace, vous pouvez organiser des jeux semblables à ceux proposés pour l’extérieur, mais en utilisant des ballons de fête, des balles de mousse, des coussins et des couvertures.

Sinon, faites preuve d’imagination. Cardio Plein Air vous suggère de faire participer votre enfant aux tâches domestiques. Avec de la musique à plein volume, il trouvera cette corvée plus amusante!

AlloProf propose, entre autres choses, de danser et de jouer à saute-couleur tandis que la Direction de la santé publique de Montréal recommande de jongler, de créer un jeu de marelle sur le plancher avec du ruban adhésif et de faire des bonds sur des coussins.

>> À lire aussi: Sept jeux pour faire bouger les enfants

Activités en ligne

Enfin, il y a les nombreuses séances d’activité physique mises en ligne. Votre enfant peut faire du yoga, de la Zumba, de la danse, et même pratiquer des arts martiaux en suivant les consignes d’un professeur virtuel.

Si vous retenez cette option, M. Bourdeau vous conseille de vérifier les qualifications des personnes qui donnent le cours à distance pour vous assurer de la qualité des enseignements et du fait qu’ils sont prodigués en toute sécurité. «On peut faire du karaté sur Internet, mais il faut être sûr que le prof est compétent et qu’il ne fera pas faire des mouvements qui présentent des risques de blessures pour l’enfant», illustre-t-il.

La Fédération des kinésiologues du Québec et la Table pour un mode de vie physiquement actif discutent d’ailleurs de la possibilité de créer une attestation qui déterminerait les vidéos d’activités physiques de qualité. «Il y a trop de contenus sur le Web qui posent problème», avise le président de la Fédération.

Sinon, privilégiez les activités virtuelles proposées par des organisations reconnues. Par exemple, le Grand Défi Pierre Lavoie a conçu le programme en ligne Force 4 tandis que l’Hôpital de Montréal pour enfants s’est associé avec l’entreprise Essentrics pour offrir les pauses santé Bouger autrement dans sa page Facebook.

M. Bourdeau utilise pour sa part l’émission Enfantforme, diffusée au Canal Famille dans les années 1990 pour les enfants âgés de 4 à 8 ans, lors de ses interventions. Des extraits ont été mis en ligne dans la plateforme YouTube.

>> À lire aussi: Sorties familiales: plus de 100 activités estivales pour toute la famille

Lire l'article
Compostables et biodégradables : un casse-tête pour les consommateurs

Les produits dits compostables, biodégradables ou réutilisables semblaient la solution de remplacement pour les plastiques, mais un rapport coproduit par Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et la firme d’experts-conseils Solinov constate que, trop souvent, ces appellations ne remplissent pas leurs promesses et rendent complexe le tri des matières recyclables et compostables.

Lire l'article
Impôts 2020 : Québec accorde un délai, mais pas Ottawa

Revenu Québec vous accorde un mois de plus pour produire sans pénalité votre déclaration de revenus pour 2020. Une clémence qui n’a pas d’écho à l’Agence du revenu du Canada (ARC), qui imposera des pénalités pour les déclarations de revenus livrées après le 30 avril 2021.

Lire l'article
Comment limiter l’usage de vos données Facebook

Ce n’est plus un secret pour personne, les données personnelles sont une denrée recherchée. Les Facebook et Google de ce monde en ont fait leur empire. Pour eux, l’équation est simple : plus ils en savent sur vous, mieux c’est. Comment vous protéger? La réponse est double: limiter l’information partagée et limiter l’accès à cette information.

Lire l'article
Sans fil : le CRTC favorise la concurrence dans certaines régions

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) autorise certains fournisseurs régionaux à accéder aux réseaux sans fil mobiles de Bell Mobilité, Rogers, Telus et SaskTel afin d’offrir plus de choix et de meilleurs prix aux consommateurs.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.