Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Des fruits et légumes marqués au laser

Par Frédéric Perron Mise à jour : 09 novembre 2009

Un procédé de marquage au laser pourrait remplacer les petites étiquettes adhésives qu'on trouve sur les fruits et légumes!

Déjà utilisée en Australie et en Nouvelle-Zélande, cette technique est aussi approuvée en Asie, en Amérique latine et en Europe.

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) serait sur le point de l'approuver.


Inventé par un Canadien

Selon le magazine spécialisé The Packer, le chercheur d'origine canadienne Greg Drouillard a inventé ce système de marquage en 1984 et l'a commercialisé en 1997. Aux États-Unis, la coopérative Sunkist devrait être la première à l'utiliser sur ses agrumes.

D'après M. Drouillard, le plus grand avantage du marquage au laser est qu'il ne nécessite pas le stockage et l'impression d'étiquettes. Il s'agirait donc d'un procédé plus écoénergétique.


Sécuritaire?

D'après une étude menée sur des pamplemousses par une équipe de chercheurs de l'Université de la Floride et de la FDA, le laser ne pénètre qu'en surface des fruits et n'affecte pas leur résistance à la pourriture.

Selon Jan Narciso, une microbiologiste qui a participé à l'étude, la technique peut être utilisée sur la plupart des fruits et légumes, à l'exception des légumes-feuilles comme la salade. Par ailleurs, le procédé n'affecterait pas le goût des aliments.


Absent du marché canadien

Actuellement, on ne trouve pas d'aliments marqués au laser sur le marché canadien, d'après Sophie Perreault, directrice générale de l'Association québécoise de la distribution de fruits et légumes. «Ici, on se dirige beaucoup plus vers l'utilisation de codes à barres, qui facilitent la traçabilité des produits, dit-elle. On en trouve déjà sur certaines bananes, par exemple. Beaucoup d'entreprises investissent dans ce type d'étiquetage en ce moment.»

«Les gens sont toujours méfiants face aux nouvelles technologies, souligne Mme Perreault. Je pense qu'on est loin de trouver des fruits et légumes marqués au laser sur le marché canadien.»

Cette technologie ne serait pas assujettie à un examen préalable à la mise en marché en vertu du Règlement sur les aliments et drogues. En conséquence, Santé Canada ne dispose d'aucune information sur son utilisation.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle