Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déodorants et parabènes: y a-t-il un lien avec le cancer du sein?

Par Catherine Meilleur
deodorant

Des traces de parabènes ont été détectées dans 99 % des tissus mammaires de femmes atteintes du cancer du sein, révèle une étude. Faut-il craindre les déodorants qui en contiennent?

Photo: shutterstock

Selon l'étude britannique (en anglais seulement) menée par Philippa Darbre, de l'Université de Reading, et Lester Barr, de l'Université de Manchester et publiée dans la revue Journal of Applied Toxicology, les taux de parabènes trouvés dans les tissus mammaires des 40 participantes étaient quatre fois plus élevés que ceux analysés dans une étude similaire réalisée sur 20 femmes en 2004.


«Les chercheurs ont également remarqué que l’un des parabènes analysés, le n-propylparaben, se trouvait en plus grande concentration du côté de l’aisselle. Un excès de tumeur mammaire a aussi été constaté dans cette région, d’où le lien avec l’usage potentiel de déodorants qui contiennent des parabènes», explique la Dre Sylvie Mader, professeure titulaire de biochimie à l’Université de Montréal et chercheuse dans le domaine du cancer du sein.

Le déodorant en cause?
Les traces d’au moins une sorte de parabène se retrouvaient dans 99 % des tissus prélevés chez les femmes ayant subi une mastectomie, et les molécules de cinq parabènes étaient présentes dans 60 % des cas. Par contre, sept des 40 femmes ont affirmé n’avoir jamais utilisé de déodorant, ce qui laisse croire qu’il peut y avoir d’autres sources.

«Même si le déodorant appliqué sous l’aisselle est plus proche de la glande mammaire, toutes les substances chimiques auxquelles nous sommes exposés circulent dans notre sang et sont distribuées à l’ensemble de nos tissus», explique Michel Charbonneau, professeur titulaire à l’Institut national de la recherche scientifique-Institut Armand-Frappier et directeur du Réseau de recherche en santé environnementale.

«Est-ce que ces femmes ont eu un cancer du sein parce qu’elles ont utilisé des produits contenant des parabènes? Cette étude n’apporte pas la réponse, mais elle démontre que nous sommes exposés à ces produits chimiques.»

La prudence est de mise
Le cancer du sein résulte de facteurs multiples et il est peu probable, selon les auteurs de l’étude, qu’un seul composé chimique joue un rôle prédominant.

Cependant, avertit la Dre Sylvie Mader, «même si nous n’avons pas de réponse claire pour l’instant sur les parabènes, ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’en soucier. Les gens inquiets peuvent toujours éviter les déodorants qui en contiennent, en se fiant à la liste des ingrédients».

Mimes d’œstrogènes
Les parabènes sont des composés chimiques qui servent d’agents de conservation dans de nombreux cosmétiques, produits alimentaires et médicaments. «Il a été clairement démontré qu’ils ont une activité œstrogénique lorsqu’on les met sur des cellules mammaires en laboratoire», précise la Dre Mader. Ce qui signifie qu'ils peuvent imiter les œstrogènes, des hormones qui jouent un rôle clé dans certains cancers du sein.

«Il reste à déterminer si les concentrations détectées dans les tissus mammaires sont suffisantes pour avoir une activité œstrogénique sur les cellules mammaires et si cette activité peut contribuer à augmenter l’incidence de cancer du sein», conclut la Dre Mader.

Pour en savoir plus
La fondation David Suzuki sur les cosmétiques et les pesticides
Les 12 substances toxiques à éviter dans vos cosmétiques

Lire l'article
Compostables et biodégradables : un casse-tête pour les consommateurs

Les produits dits compostables, biodégradables ou réutilisables semblaient la solution de remplacement pour les plastiques, mais un rapport coproduit par Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et la firme d’experts-conseils Solinov constate que, trop souvent, ces appellations ne remplissent pas leurs promesses et rendent complexe le tri des matières recyclables et compostables.

Lire l'article
Impôts 2020 : Québec accorde un délai, mais pas Ottawa

Revenu Québec vous accorde un mois de plus pour produire sans pénalité votre déclaration de revenus pour 2020. Une clémence qui n’a pas d’écho à l’Agence du revenu du Canada (ARC), qui imposera des pénalités pour les déclarations de revenus livrées après le 30 avril 2021.

Lire l'article
Comment limiter l’usage de vos données Facebook

Ce n’est plus un secret pour personne, les données personnelles sont une denrée recherchée. Les Facebook et Google de ce monde en ont fait leur empire. Pour eux, l’équation est simple : plus ils en savent sur vous, mieux c’est. Comment vous protéger? La réponse est double: limiter l’information partagée et limiter l’accès à cette information.

Lire l'article
Sans fil : le CRTC favorise la concurrence dans certaines régions

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) autorise certains fournisseurs régionaux à accéder aux réseaux sans fil mobiles de Bell Mobilité, Rogers, Telus et SaskTel afin d’offrir plus de choix et de meilleurs prix aux consommateurs.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Julie Murray
    08 Février 2012

    L'étude citée a été hautement controversée. Échantillonage réduit, ''blanc'' non-concluants, pour ne nommer que certains des problèmes soulevés. Les parabènes, en ce sens, ne sont qu'un perturbateur endocrinien de plus auquel nous sommes exposés. Mais c'est en quantité vraiment minime, si on compare par exemple au BPA, présent sur la plupart de nos reçus de caisses...

     6
  • Par CLAIRE DUGUAY
    22 Janvier 2012

    Il y a sûrement un lien car toutes les fois que je me râsais les aiselles et que je mettais du déodorent en crème ,les ganglions du dessous du bras enflait assez pour que je consulte un médecin .Maintenent je fait attention ,j'attend quelque jours avant de mettre un déodorent.

     1
  • Par Valérie Lepage
    22 Janvier 2012

    Bonjour,

    Il y a une petite erreur dans le texte:

    «Les chercheurs ont également remarqué que l’un des parabènes analysés, le n-propylparaben, se trouvait en plus grande concentration plus grande du côté de l’aisselle.

    :)

     1
    journalist
    Par Chloé Freslon de Protégez-Vous
    20 Janvier 2012

    Merci Madame Lepage pour votre remarque, nous avons retiré le passage en trop.

  • Par Line Merrette
    07 Février 2012

    «Le cancer du sein, qu’il soit malin ou bénin, résulte de facteurs multiples et il est peu probable, selon les auteurs de l’étude, qu’un seul composé chimique joue un rôle prédominant.»

    En tant que personne qui a eu le cancer du sein 2 fois, le terme «cancer bénin» me fait pour le moins sursauter! Un cancer bénin, sauf peut-être le cancer de la prostate qui progresse très, très lentement, ça n'existe tout simplement pas, à mon sens.

    Cette phrase est incorrecte. Il est exact qu'il y a des tumeurs bénignes et des tumeurs malignes. Par définition, les cancers sont des tumeurs malignes.

    Par contre, il y a plusieurs types de cancer (plus de 200) et il y a plusieurs types de cancer du sein (ex. carcinome canalaire infiltrant, etc.) dont certains sont plus agressifs que d'autres, plus dangereux, et se répandent plus vite.

    Enfin, le cancer du sein compte 4 stades, de I à IV. En principe, on ne guérit pas du stade IV mais je connais un cas d'une dame qui a réussi à retourner au stade III après plusieurs chirurgies, etc.

    Je ne sais pas exactement ce que l'auteure voulait dire, mais il est urgent qu'elle revoie cette phrase et précise sa pensée. «Qu'il soit agressif ou non» serait peut-être une bonne façon de le dire.

    journalist
    Par Catherine Meilleur de Protégez-Vous
    08 Février 2012

    Bonjour Mme Merrette,
    Merci de votre commentaire. Le passage a été corrigé.
    Votre proposition («Qu'il soit agressif ou non») était aussi une bonne option.

  • Par SYLVIE LACHAMBRE
    25 Janvier 2012

    Il y a aussi pire; les antisudorifiques qui contiennent du chlorure d'aluminum. Ça aussi c'est cancérigène.