Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Crèmes solaires: des indices de protection trompeurs

Par Bruno Geoffroy
Cremes solaires indices protection trompeurs

Un quart des crèmes solaires afficherait un indice de protection exagéré. C’est ce que révèle une étude française menée sur 200 produits, dont certains offerts chez nous.

À l’origine de cette conclusion publiée dans le journal Libération: la professeure Laurence Coiffard, directrice du laboratoire Pharmacie industrielle et cosmétologie de l’Université de Nantes. Selon elle, de 25 à 30 % des produits testés dans son laboratoire ont un indice de protection réel inférieur à celui affiché sur l’emballage.

Ces écarts, parfois importants, sont en partie dus à la présence d'anti-inflammatoires d'origine végétale comme l’allantoïne ou le bisabolol. Ces ingrédients retarderaient l'apparition des coups de soleil et feraient grimper artificiellement le facteur de protection solaire ou FPS (correspondant à la protection UVB).

Aussi pointées du doigt, les crèmes minérales pour lesquelles les filtres chimiques sont remplacés par des filtres minéraux comme l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane. D’après Laurence Coiffard, ces produits ne peuvent afficher «de hauts indices de l'ordre de 50 ou 50+». Le maximum serait autour de 30 à condition que les filtres soient sous forme de nanoparticules, or ce type de filtre est interdit par Santé Canada.

De leur côté, les fabricants européens jugent peu fiable le protocole de test in vitro (en laboratoire) utilisé par Laurence Coiffard pour évaluer les indices de protection UVB. Ces industriels insistent sur le fait que les tests in vivo menés sur l’homme sont la méthode officielle reconnue par les autorités sanitaires mondiales. C’est vrai. Sauf que la méthode in vitro a été établie par l’industrie cosmétique elle-même avant d’être adoptée par l’Union européenne.

Autre argument des industriels: le protocole de Laurence Coiffard utilise moins de crème par centimètre carré, il serait donc moins favorable que leur protocole. Il pourrait cependant refléter davantage la réalité car, en pratique, les consommateurs appliquent environ 0,6 mg de crème solaire par cm2 de peau, contre 2 mg par cm2 utilisés pour les tests de l’industrie. À noter que certains produits testés dans son étude démontrent une efficacité plus importante que celle revendiquée par le fabricant.

Contrairement aux crèmes solaires vendues en Europe, celles offertes au Canada et aux États-Unis sont classées comme des médicaments. Elles sont donc soumises à des règles plus sévères que de simples cosmétiques. La Federal Drug Administration des États-Unis a d'ailleurs décidé de dépoussiérer sa réglementation sur les écrans solaires vieille de 34 ans, et la nouvelle version entrera en vigueur en décembre 2012. Santé Canada révisera alors sa propre réglementation de façon similaire.

Dans les deux pays, les emballages ne pourront plus indiquer un FPS supérieur à 50, car au-delà de 50 les bénéfices sont négligeables en matière de protection. À l’opposé, les produits affichant un FPS inférieur à 15 devront mentionner qu’ils ne protègent pas contre le cancer de la peau. Impossible aussi d’alléguer «résistant à l’eau»; les industriels devront spécifier si la protection est valable pour 40 ou 80 minutes dans l’eau.

Adopter les bons gestes

Si le FPS peut vous guider dans le choix de votre écran solaire, n’hésitez pas à décortiquer les étiquettes pour vous protéger aussi contre les UVA. Recherchez-y les ingrédients suivants: Mexoryl (XL ou SX), Helioplex, Tinosorb, avobenzone, méradimate ou oxybenzone. Pour préserver votre peau, il est préférable de ne pas vous exposer aux heures les plus ensoleillées (entre midi et 16 heures), de porter des vêtements adaptés et surtout de vous «crémer» avec une bonne couche d’écran solaire toutes les 2 heures.

Pour en savoir plus
Guide d’achat de crèmes solaires – Environmental Working Group
Crèmes solaires, soupçons sur les indicesLibération

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par YVON ROBITAILLE
    28 Août 2012

    Je fais 3 à 4 fois du vélo par semaine pendant 3 à 4 heures à chaque fois. J'ai toujours utilisé des crèmes avec un indice de 30 ou 40. À mon dernier achat, il y a 2 mois, j'ai vu pour la première fois une crème avec un indice de 60. Trop fort de casse pas! Je l'ai acheté. Il s'agit de "Banana Boat Sport Performance FPS 60 écran à large spectre UVA/UVB Protection". Avec les autres crèmes je ne bronzais pas, maintenant, je suis bronzé comme jamais je ne l'ai été. Alors je ne suis pas surpris de l'article dont vous parlé.

     3
  • Par RAYNALD PEPIN
    25 Août 2012

    Attention à ce qui est mentionné à la fin de l'article, dans l'encadré «Adopter les bons gestes». Au Québec, les heures les plus ensoleillées (celles où il y a le plus d'UV car le soleil est le plus haut dans le ciel) sont entre 11 h et 15 h, le soleil étant à son plus haut vers 13 h. La période de 12 h à 16 h est peut-être la plus chaude, mais ce n'est pas la même chose.