Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

COVID-19 : les consignes à connaître pour un temps des fêtes en santé

Par Marie-Eve Shaffer
noel-consignes-2

Le variant Omicron a eu raison de l’esprit des fêtes. À quelques jours du réveillon, de nouvelles restrictions sont imposées dans l’espoir de freiner la prolifération inquiétante de la COVID-19 et de réduire la pression sur le système de la santé. Et d’autres pourront s’ajouter.

Ce qui est ouvert et fermé

Ouvert

  • Les restaurants. Les salles à manger sont accessibles de 5 h à 22 h. Le comptoir à emporter demeure ouvert au-delà de ces heures, tout comme le service de livraison.
  • Les services de garde des écoles primaires
  • Les garderies et les centres de la petite enfance (CPE)
  • Les cégeps et les universités (seulement pour des examens ou des stages)
  • Les commerces et les centres commerciaux (avec une capacité réduite – un client par 20 m2)
  • Les entreprises offrant des soins personnels (coiffure, massothérapie, etc.)
  • Les lieux de culte. La capacité est réduite à 50 % et le passeport vaccinal est exigé. Un maximum de 250 croyants est admis à l’intérieur. Sans le passeport vaccinal, seulement 25 personnes peuvent se réunir.
  • Les musées et les bibliothèques

Fermé

  • Les écoles primaires et secondaires jusqu’au 10 janvier. Ces établissements demeurent ouverts pour des cliniques de vaccination et la distribution de tests rapides. Les activités parascolaires sont annulées. L’enseignement sera donné à distance si la reprise des cours est prévue dans la semaine du 3 janvier.
  • Les salles de cinéma
  • Les salles de spectacles
  • Les gyms
  • Les bars et les tavernes
  • Les spas et les saunas
  • Les concessions alimentaires
  • Les casinos
  • Les centres d’amusement et les centres récréatifs
  • Les prestations sportives. Seuls les joueurs et leurs accompagnateurs y ont accès pour des matchs joués à huis clos, autant pour le sport professionnel qu’amateur.
  • Les bureaux (le télétravail est obligatoire)

Ce que vous devez savoir sur les rassemblements

Les rassemblements privés de dix personnes pleinement vaccinées – ou venant de trois maisonnées – sont permis les 24 et 25 décembre. Dès le 26 janvier, seulement six personnes ou deux bulles familiales peuvent se réunir. La consigne s’applique aussi aux rencontres ayant lieu dans les restaurants.

«J’invite tous les Québécois qui sont capables de reporter les fêtes de le faire, a dit le premier ministre, François Legault. On demande aussi d’avoir une soirée, le 24 ou le 25 décembre, mais pas les deux soirs.»

Il incite les personnes de 60 ans et plus à la vigilance, alors que 70 % des personnes atteintes de la COVID-19 qui sont hospitalisées appartiennent à ce groupe d’âge. «L’idéal, c’est de rester à la maison. Le virus s’attrape au contact d’autres personnes. Si vous tenez absolument à aller dans une réunion familiale ou une réunion d’amis, sachez qu’il y a un risque», a-t-il dit.

Il a rappelé les précautions à prendre : réduire le nombre d’invités, se laver fréquemment les mains, porter le masque, maintenir une distance et aérer les lieux.

>> À lire aussi: Soirée de Noël pandémique: prévenez déjà les conflits de famille

Les dernières consignes sur le dépistage de la COVID-19

Les centres de dépistage peuvent recevoir jusqu’à 50 000 personnes. Cette limite a été atteinte dans les derniers jours, ce qui a entraîné la formation de longues files d’attente. Désormais, les autorités publiques demandent seulement à ceux qui ressentent des symptômes de la COVID-19 et qui n’ont pas réussi à mettre la main sur une trousse de tests rapides de se présenter dans les centres de dépistage. Les résultats, qu’ils soient positifs ou négatifs, leur seront transmis par courriel, s’ils ont donné cette information.

«Le centre de dépistage ne devrait pas être un outil pour pouvoir se faire tester si on est asymptomatique et si on veut se rassembler avec nos proches. Ce n’est pas l’objectif», a insisté le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Des trousses de tests antigéniques rapides sont distribuées dans les pharmacies depuis le 20 décembre. Le ministre a demandé aux parents qui

Pour ce qui est des tests antigéniques rapides, qui sont distribués dans les pharmacies depuis le 20 décembre, ils doivent être utilisés seulement par ceux qui ont des symptômes. Si le résultat est positif, ils doivent s’isoler.

Quant à ceux qui ont eu un contact étroit avec des personnes infectées, ils doivent s’isoler pendant dix jours et, s’ils développent des symptômes, subir un test de dépistage.

>> À lire aussi: 5 tests sur les tests antigéniques rapides et Dépistage de la COVID-19: test moléculaire ou test antigénique?

Ce que vous devez savoir sur la campagne de vaccination

Depuis le 20 décembre, les personnes âgées de 65 ans et plus peuvent recevoir une troisième dose d’un vaccin contre la COVID-19. Dès le 27 décembre, ce sera le tour des autres sexagénaires.

Le directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré, a expliqué que la cadence de vaccination dépend du nombre de vaccinateurs. Dans les derniers jours, plusieurs professionnels de la santé se sont inscrits sur le site Jecontribue.com. «À mesure que l’aide arrive, il y aura l’ouverture des rendez-vous additionnels pour augmenter notre capacité», a-t-il souligné.

Si la campagne de vaccination se déploie pour l’administration des troisièmes doses, c’est que le variant Omicron parvient à déjouer la protection conférée par les vaccins. Celui conçu par Pfizer-BioNTech présente une efficacité de 33 % alors qu’elle atteignait 80 % face au variant Delta, selon des données préliminaires venant d’Afrique du Sud rapportées par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Une étude britannique avance qu’une troisième dose permet de rehausser la protection vaccinale à 75 %.

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.