Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Champix et comportement suicidaire: nouvelle mise en garde

Par Jean-François Gazaille
Champix nouvelle mise en garde

Pfizer devra informer les consommateurs du lien entre son traitement antitabac Champix et les risques de comportements suicidaires. Mais le fabricant joue sur les mots.

La monographie du traitement antitabagique Champix comportera désormais une nouvelle «mise en garde encadrée» indiquant, comme l'a rapporté Protégez-Vous, qu’il peut induire des comportements agressifs et suicidaires.

Bizarrement, le fabricant Pfizer utilise deux vocables différents pour décrire ces comportements, selon qu’il s’adresse aux professionnels de la santé ou au grand public.

Ainsi, dans son avis adressé le 31 mai aux pharmaciens et aux médecins pour annoncer la révision de la monographie du Champix, Pfizer reconnaît que, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde, le Champix induit, depuis son lancement, des effets indésirables neuropsychiatriques graves chez des patients «avec ou sans troubles psychiatriques préexistants», notamment des «manifestations de type suicidaire».

Mais l’avis publié le 3 juin à l’attention des consommateurs n’évoque pas directement le suicide. Pfizer fait plutôt allusion à des «pensées destructrices envers soi-même».

Pourquoi utiliser pareille expression alambiquée, alors que le commun des mortels sait très bien ce qu’est un comportement suicidaire?

«Je pense qu’il vaudrait mieux pour cela s’adresser à Santé Canada», a laissé tomber Heather Bisset, une relationniste de Pfizer Canada, avant de faire parvenir un courriel à Protégez-Vous expliquant que «les deux lettres sont destinées à des audiences différentes». Nous n’avons pas été en mesure d’obtenir les commentaires de Santé Canada.

La nouvelle version de la monographie, annoncée cette semaine, devra être disponible d’ici trois mois.

Cette décision, prise de concert par Santé Canada et Pfizer Canada, survient près d’un an après que la Food and Drug Administration ait exigé la même chose pour le Chantix, le nom commercial du tartrate de varénicline aux États-Unis. «C’est un processus qui peut prendre du temps», a déclaré Mme Bisset.

La nouvelle monographie inclura par ailleurs une mise en garde «contre de rares réactions d’hypersensibilité et de réactions cutanées graves».

Le Champix a jusqu’ici fait l’objet de quelque 3325 rapports d’effets indésirables — dont 112 décès — aux États-Unis et d’au moins 1235 rapports semblables au Canada, dont plus de la moitié d’ordre neuropsychiatrique.

Plusieurs requêtes en recours collectif ont été déposées contre le fabricant, Pfizer.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Stella Mathon
    29 Juillet 2013

    Je l'ai pris avec des conséquénces catastrophiques. À qui devrait-je m'adresser pour faire une plainte ou m'ajouter au recours collectif, SVP ? Merci à l'avance !

     9
    journalist
    Par JEAN-FRANCOIS GAZAILLE de Protégez-Vous
    08 Janvier 2013

    C'est le cabinet Lauzon, Bélanger, Lespérance qui s'occupe du recours collectif. Adresse électronique: http://lblavocats.ca/fr/coordonnees-contact-lblavocats.php et no de téléphone: 514 844-4646. Vous pouvez rapporter les effets indésirables du Champix sur le site MedEffet de Santé Canada.

     2