Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Cancer de la prostate: les vitamines de Bayer inutiles

Par Jean-François Gazaille
bayer

Bayer ne pourra plus prétendre que ses multivitamines One A Day peuvent soigner ou prévenir le cancer ni aucune autre maladie, à moins de fonder ses allégations sur des études scientifiques fiables.

Le laboratoire pharmaceutique allemand devra en outre verser 3,3 millions de dollars à trois États américains au terme d’un règlement survenu mercredi le 27 octobre.

Au Canada, le marketing des multivitamines One A Day n’établit aucun lien direct entre leurs bienfaits et le cancer. Cependant, le site web canadien de la marque comporte deux onglets menant à des pages qui affichent des témoignages de gens ayant souffert du cancer de la prostate ou du cancer du sein.

Dans des publicités diffusées par les grands réseaux américains, dont certaines mettant en vedette des joueurs de la Ligue nationale de baseball, Bayer affirmait que, selon une «étude récente», le sélénium, entrant dans la composition des multivitamines One A Day pour homme, pouvait réduire le risque de cancer de la prostate.

Or, comme le rappelle le Center for Science in the Public Interest (CSPI), l’organisme américain de défense des consommateurs qui a le premier dénoncé les fausses allégations de Bayer, cette «étude récente» n’est jamais arrivée à pareille conclusion. Les chercheurs, financés par le gouvernement américain, ont abruptement mis fin à leurs travaux en 2008 quand ils ont découvert que, non seulement le sélénium ne prévenait pas le cancer de la prostate, mais qu’il pouvait aussi accroître le risque de développer le diabète.

Le CSPI a déposé une première poursuite contre Bayer devant un tribunal fédéral de Californie en octobre 2009, mais elle a été rejetée. Cependant, le procureur général de l’Oregon a pris la balle au bond et porté plainte contre Bayer, l’accusant d’avoir «frauduleusement exploité la peur du cancer de la prostate». La Californie et l’Illinois ont ensuite fait de même.

En juin dernier, un tribunal américain a accueilli favorablement une requête en recours collectif déposée par des consommateurs estimant avoir été dupés par les publicités de Bayer sur ses multivitamines One A Day.

En 2007, Bayer a dû verser aux autorités américaines une amende de 3,2 millions de dollars pour avoir faussement prétendu qu’une autre multivitamine de marque One A Day permettait de perdre du poids.

Au Canada et aux États-Unis, Bayer fait par ailleurs l’objet de dizaines de recours collectifs relativement aux graves effets secondaires des contraceptifs Yaz et Yasmin.

Sources: Center for Science in the Public Interest, AP, AFP, The New York Times, bnet.com

Lire l'article
Depo-Provera : règlement de l’action collective pour 2 millions

La pharmaceutique Pfizer devra verser un peu plus de 2 millions de dollars dans le cadre d’une action collective portant sur l’utilisation de Depo-Provera, un contraceptif injectable, liée à la perte de densité minérale osseuse. Les femmes admissibles à une compensation ont jusqu’au 1er mars 2022 pour s’inscrire et faire une réclamation.

Lire l'article
Peut-on laver ses masques chirurgicaux?

Les masques chirurgicaux sont considérés comme des dispositifs médicaux à usage unique. Pourtant, ils conservent leur propriété filtrante et leur respirabilité même après 10 lavages. C’est du moins ce que conclut une étude française publiée en octobre dans la revue scientifique Chemosphere. Devriez-vous mettre vos masques dans votre prochaine brassée? Pas si vite…

Lire l'article
Cinq questions sur le marketing d’influence

En parcourant les fils de vos réseaux sociaux, êtes-vous déjà tombé sur la publication d’un influenceur qui vantait les mérites d’un produit, sans préciser qu’il s’agissait en fait d’une publicité? Si oui, vous avez sans doute été la cible d’une stratégie de marketing d’influence.

Lire l'article
Vaccination des enfants contre la COVID-19: la décision revient aux parents

Plus de 20 mois après le début de la pandémie de COVID-19, c’est au tour des enfants de 5 à 11 ans d’être vaccinés. Si vous êtes parent d’un jeune de cet âge, vous devez décider s’il lèvera sa manche ou non.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.