Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Faut-il bannir la citronnelle?

Par Bruno Geoffroy
citronelle-insectes Shutterstock.com

La saison des moustiques bat son plein et vous hésitez devant la tablette des répulsifs: naturels ou synthétiques? Citronnelle ou DEET? Pas facile de s’y retrouver. Et pour cause.

En 2004, Santé Canada projette de retirer graduellement du marché les répulsifs à base de citronnelle. La raison? Ils contiendraient un agent potentiellement cancérigène: le méthyl eugénol.

Face à la levée de boucliers des fabricants d’insectifuges naturels, le ministre fédéral de la santé demande en 2005 à un comité d’experts indépendants d’évaluer les risques pour la santé humaine.

Verdict: les insectifuges visés sont sans danger, car ils ne contiennent pas de méthyl eugénol. De plus, l’étude sur laquelle s’appuie Santé Canada a été réalisée sur des rats et a conduit à la surestimation des risques pour la santé humaine.

«La teneur en méthyl eugénol dans l’essence de citronnelle dépend avant tout de la variété de citronnelle utilisée. Dans nos produits antimoustiques, nous en utilisons une qui ne contient pas de méthyl eugénol. Afin d’étoffer notre point de vue, nous avons demandé à l’Université du Québec à Chicoutimi de faire des études sur la sécurité de notre citronnelle», explique Alain Renaud, président des Laboratoires Druide. Cette entreprise de 22 employés est le principal fabricant d’insectifuges à base de citronnelle au Québec.

« Les tests menés par les laboratoires Druide sont très valables, mais les exigences de Santé Canada vont au-delà. On demande à chaque fabricant de prouver hors de tout doute l’innocuité de son produit pour conserver son homologation. Cela passe nécessairement par des études physiologiques sur des animaux de laboratoire», dit Jacques Boisvert, professeur-chercheur au département de chimie-biologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

M. Boisvert craint qu’à terme il ne reste que des répulsifs contenant du DEET vendus sur le marché. Selon lui, les tests pour assurer l’homologation des formules à base d’essence de citronnelle, d’huile de la lavande ou de canola sont trop coûteux pour les petites entreprises.

Choisissez des produits homologués

Du côté de Santé Canada, on rappelle que les consommateurs doivent choisir uniquement les produits qui affichent un numéro d’enregistrement de produit antiparasitaire, une preuve que Santé Canada a vérifié ce produit et que son usage est homologué au Canada.

La citronnelle et le DEET sont des pesticides homologués. Dans tous les cas, suivez scupuleusement les instructions indiquées sur les emballages.

«Dans le cas de la citronnelle, elle est homologuée au Canada en tant qu’ingrédient actif d’insectifuges depuis 1943. Aux États-Unis, la citronnelle est autorisée et considérée sans risque pour la santé humaine depuis 1948. On retrouve le méthyl eugénol comme aromatisant dans de nombreux aliments: crème glacée, gâteaux, etc., à des concentrations que Santé Canada ne considère pas comme dangereuses», précise M. Boisvert.

À l'heure actuelle, Santé Canada procède toujours à la réévaluation des insectifuges personnels à base d’huile de citronnelle et attend d’autres preuves scientifiques avant de statuer définitivement. Affaire à suivre.
 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par NATHALIE ROUSSEAU
    05 Janvier 2012

    Personnellement, j'utilise du DEET 15 % que je vaporise sur mon chapeau et mes vêtements, ce qui est suffisant la majeure partie du temps. J'applique du DEET 7% sur la peau en dernier recours seulement. Nathalie Rousseau, Saint-Anselme.

     2
  • Par CHANTAL DEMERS
    05 Janvier 2012

    Merci de nous informer de ce dossier fort intéressant. Mm, peut-être y a-t-il un lobby de grandes entreprises là-dessous, de sorte que les petits ne puissent suivre... Qu'advient-il si des petits sont homologuables mais n'ont pas les moyens? J'aime beaucoup l'avis de M. Boisvert. Je surveille vos prochains articles sur le sujet avec intérêt!