Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Des ados se saoulent au gel antibactérien

Par Rémi Leroux
Ados se saoulent au gel antibacterien

Se saouler au gel désinfectant au risque de s’intoxiquer: voilà le phénomène inquiétant auquel sont confrontées les autorités sanitaires américaines.

Ces derniers mois, plusieurs adolescents américains, en Californie notamment, ont été amenés aux urgences après avoir ingéré un produit antibactérien qui contenait de l’éthanol à une concentration généralement supérieure à 60°. Une teneur en alcool bien supérieure à la plupart des boissons mises en vente sur le marché. «Il faut se rappeler que les jeunes n’ont pas accès à l’alcool. Alors, ils se montrent très inventifs», soulignait récemment le Dr Billy Mallon, urgentiste au Los Angeles County USC Medical Center.

Attention aux jeunes enfants

Les gels désinfectants et autres nettoyants antiseptiques pour la peau sont classifiés comme cosmétiques, médicaments ou produits de santé naturels, selon leurs propriétés. Parmi les précautions et avertissements qui doivent apparaître sur les flacons, il est stipulé que ces produits sont «pour usage externe seulement».

Le Dr René Blais, directeur médical du Centre antipoison du Québec, rappelle qu’en cas d’intoxication à l’éthanol, le risque le plus important est la régurgitation, en particulier si «l’état de conscience de la personne est altéré», parce qu’elle pourrait notamment s’étouffer. S’il existe un doute sur la quantité ingurgitée, ce qui peut être le cas avec un jeune enfant, il est donc préférable de se rendre aux urgences.

Qu’en est-il au Québec?

Au Québec, entre 2005 et aujourd’hui, le Centre antipoison a reçu 992 appels concernant une intoxication au Purell, l’un des gels antibactériens les plus répandus. «Dans plus de 80 % des cas, il s’agissait de jeunes enfants qui avaient été exposés accidentellement à ce produit», explique  le Dr René Blais. Le Centre n’a pas dénombré d’exemples d’adolescents qui se seraient saoulés au gel désinfectant. Mais il faut dire que dans le cas d’une intoxication alcoolique, plutôt que d’appeler le Centre antipoison, «les gens se rendent généralement aux urgences où les médecins sont à même de gérer ces situations», poursuit le Dr Blais.

Le CHU Sainte-Justine de Montréal, Santé Canada1 et le ministère de la Santé2 ne recensent de leur côté aucun cas d’adolescents ou d’enfants intoxiqués au gel antibactérien.

1 Pour la période du 1er janvier 1965 au 31 janvier 2012, Santé Canada n’a reçu aucune déclaration d’effets indésirables, chez les jeunes de 17 ans et moins, impliquant l’abus ou le mauvais usage de désinfectants pour les mains.
2 Le ministère de la Santé n’a pas reçu de déclaration d’effets indésirables à propos d’enfants de moins de 12 ans qui auraient ingéré accidentellement des gels antibactériens.

>> À lire aussi: Le point sur les désinfectants pour les mains et Transmission des virus: gare aux conseils inutiles et aux faux remèdes

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par RENE COUTURE
    15 Mai 2012

    Bonjour,trouvez vous cela surprenant de voir cette situation et le comportement de la part de nos adolescents d'aujourd'hui ?,moi non je ne suis pas surpris du tout de cette situation avec les adolescents!,nos adolescents ils ne savent plus quoi faire comme stupidité pour attiré l'attention et ils sont prêts a essayer n'importe quoi,et tous cela au dépend de leurs vies!,il y a une chose que j'ai constaté avec nos adolescents,ils sont trop laissés à eux même,ils sont trop gâtés par leurs parents qui leurs donnes trop facilement à leurs adolescents se qu'ils désirent avoir( IPod,I Pad,cellulaire,ordinateurs,etc)et résultat les adolescents ils n'ont pas plus de reconnaissance pour autant envers leurs parents,alors il faut vraiment pas se surprendre de voir nos adolescents faire autant de stupidité.

     1
  • Par Etienne de Villers
    12 Mai 2012

    Ce n'est pas un phénomène répandu. Cette nouvelle, sortie cette semaine, faisait état de 6 adolescents, dans toute la Californie.

  • Par Paul Junior Boudreau
    12 Mai 2012

    C'est si facile pour un mineur de se procurer de l'alcool au Québec, je ne crois pas qu'ils songent souvent au Purell. Les policier sont beaucoup plus sévère concernant l'alcool chez les jeunes au États-Unis. Ici, les policier ne bronchent pas tant qu'il n'y a pas de grabuge. Ce sont de bon voeux pieux.