Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

60 médicaments remboursés au prix du générique: êtes-vous concerné?

Par Stéphanie Perron
Cœurs fragiles: attention aux analgésiques tels Advil et Motrin

Le régime public d'assurance médicaments du Québec ne rembourse dorénavant que la version générique de plusieurs médicaments. Vérifiez si les vôtres font partie de la liste.

Depuis le 14 janvier 2013, le gouvernement provincial ne rembourse que l’équivalent de la version générique d’un produit, sauf si une ordonnance du médecin stipule de ne pas substituer un médicament original par sa version générique. 

Ce changement vise 60 médicaments parmi lesquels se trouvent des antidépresseurs (Celexa, Remeron), des antipsychotiques (Seroquel) ainsi que des médicaments permettant de traiter divers problèmes de santé incluant les reflux gastriques (Nexium), l’hypertension artérielle pulmonaire (Tracleer), la maladie de Parkinson (Requip, Mirapex), les problèmes de cholestérol (Crestor), le tabagisme (Nicorette, Nicoderm) ou encore le diabète (Actos).

Seuls les Québécois inscrits au régime public de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) sont concernés par ces changements de remboursement. Ceux qui souhaitent acheter des médicaments d’origine pourront continuer à le faire, mais ils devront débourser la différence entre le prix de l’original et celui de la version générique. Pour vérifier si vos médicaments sont visés par cette nouvelle mesure, téléchargez la Liste des 60 médicaments de la RAMQ.

À noter: les médicaments génériques contiennent les mêmes ingrédients actifs que leurs versions originales. Ils sont équivalents du point de vue pharmaceutique et thérapeutique, mais leur présentation (forme, couleur, goût, etc.) peut différer. Environ 3,4 millions de Québécois sont couverts par le régime public d’assurance médicaments. L’État estime que cette nouvelle mesure permettra d’économiser 150 millions de dollars pour l’année fiscale 2013-2014.

L’assurance médicaments, c’est obligatoire

Les citoyens admissibles à un régime privé d’assurance médicaments ont l’obligation d’y adhérer. De façon générale, ils y ont accès par l’entremise de leur emploi (ou celui d’un conjoint ou un parent) ou d’une association ou d’un ordre professionnels dont ils sont membres.

Les personnes qui n’ont accès à aucun régime privé d’assurance médicaments doivent s’inscrire au régime public de la RAMQ. Celui-ci vise uniquement les gens non admissibles à un régime privé, les personnes de 65 ans ou plus, les prestataires d’une aide financière de dernier recours ainsi que les autres détenteurs d’un carnet de réclamation.

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par MARTIN LONGPRÉ
    08 Août 2013

    Il n’y a pas que les ingrédients inactifs qui sont différents!
    Le médecin de ma conjointe lui a expliqué qu’il y a une différence majeure entre les médicaments d’origine et les médicaments génériques. Tous les médicaments sont tester et doivent répondre à certaines normes de qualité établis par le gouvernement. Un des paramètres tester est la précision du contenu en ingrédients actifs. Dans le cas des médicaments d’origine, le gouvernement exige que la quantité d’ingrédients actifs soit exacte à +/- 5 pourcent. Dans le cas des médicaments génériques, le gouvernement exige que la quantité d’ingrédients actifs soit exacte à +/- 25 pourcent. Autrement dit, si vous devez prendre 100 mg d’un médicament comme le seroquel (par exemple) et que vous acheté le produit d’origine, vos comprimés de 100mg sont garanti de contenir entre 95 et 105 mg de seroquel. Si vous acheter le même produit version générique vos comprimés de 100 mg peuvent contenir une quantité quelconque comprise entre 75 et 125mg de seroquel.
    Cette différence dans les normes à un impact majeur sur tous les patients qui ont besoin d’un dosage précis. Par exemple, il y a quelques années, lorsqu’un générique est devenu disponible (je ne sais plus lequel) plusieurs patients psychiatrisés ont fait des rechutes en même temps. Les psychiatres se sont arracher les cheveux de la tête pour trouver la cause, avant de réaliser que le problème c’était l’arrivé sur le marché d’un générique produit par des appareils mal calibrés bien que toujours à l’intérieur des normes qui sont, de toute évidences, trop laxistes!



     19
    Par Julianne Courtois
    24 Février 2013

    Selon le site de Santé Canada http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/med/med-gen-fra.php le médecin de votre femme vous a induit en erreur : les règles de contrôle de qualité sont les mêmes pour les originaux et les génériques. Je ne sais pas d'où il tenait ces informations, peut-être d'un représentant prêt à tout pour vendre son produit?

    Toujours est-il que je suis pour l'utilisation maximale des génériques : notre système de santé coûte déjà assez cher comme ça! Quand on me l'offre, où pour l'achat de produit en vente libre, je choisis toujours le générique ou la marque maison. Je ne comprendrai jamais les gens, et ils sont nombreux, qui d'un même souffle se plaignent de payer trop de taxes, mais s'insurgent à l'idée de devoir payer un surplus pour utiliser un produit plus cher, juste pour le nom!!!

    Est-ce qu'on a vraiment besoin d'avoir le vêtements griffé, ou la voiture de luxe, ou bien est-ce qu'on ne devrait pas respecter notre budget et opter pour un produit qui remplit la tâche pour laquelle il est conçu, et coûte moins cher?

     6
    Par Jean-Pierre Cote
    23 Février 2013

    Je suis agrément complet avec vous M. Longpré. La pìètre qualité du vrai contenu en ingrédients actifs pourraient simplement causer la mort de patients. Si vous êtes au maximum autorisé pour un produit, disons 30mg pour Crestor, avant que vous ne subissiez des dommages rénaux, le générique va vous tuer, puisque qu'il en contiendra jusqu'à 37 mg au lieu de 30. Le médicament d'origine dans le pire cas aurait 32 mg. Cette décision gouvernementale dénote bien, encore une autre fois, de l'improvisation faite sur le dos des payeurs de taxe, qui ne seraient certainement pas intéressés à payer pour la dialyse de centaines de patients à des coûts de plusieurs centaines de millers de dollars, causés par l'utilisation du générique au lieu du médicament d'origine qui a été testé à l'extrème, comparativement au générique, dont le seul but est de faire de l'argent sur le dos des payeurs de taxes. Le jour ou les génériques seront "réellement" équivalents au produit d'origine, j'approve; autrement, on se fait voler.

     10
    Par Jean Rouleau
    18 Février 2013

    Je suis en accord avec M. Lompré et il a raison les ingrédients actif diffère ainsi que les molécules mon médecin ma parlé que une partie de sa clientèle a du revenir aux originaux a cause que leur générique ne satisfaisait pas. Et je fais partis de ce groupe la, âpres plusieurs test de sang il a prescrit de nouveau des originaux et la mes tests de sang sont revenue a ce qu’il était. C’est beau économiser mais il faut que les compagnies de générique comprennent qu’ils doivent respectent la préparation du médicament. Ils sauvent de l’argent sur les brevets, mais ils ne sont pas foutu de respecter la préparation du médicament donc de dires que les génériques sont fiables attention, je ne fais pas confiance a ces compagnies qui draine des subventions énormes a nos gouvernements pour s’établir dans notre province et de nous faire des menaces de mise a pied, quand ont leur demande de baisser leur prix. C’est bizarre le gouvernement de l’Ontario a demander aux compagnie de générique de baisser les prix et miracle l’Ontario va économiser 500 million par année et notre Ministre Bachand a l’époque disait que l’on pouvait pas faire cela et pourtant ci c’est bon pour une province cela devrait l être pour l’autre non, 500 millions de dollar par année que l’Ontario va économiser. Soyons méfiant de c’est générique.
    Jean

     2
  • Par ROBERT LAFRANCE
    24 Février 2013

    Merci pour votre professionnalisme et votre intégrité.
    -- UNE DEMANDE D'ÉTUDE: Nous avons noté qu'il y a des différences importantes dans les prix facturés par les pharmacies à la RAMQ ou aux assurances collectives privées. Serait-ce possible qu'une étude soit publié sur les pharmacie qui abuse du système et charge des gros montants pour la vente des médicaments. Cette étude mettrait en évidence et pourrait recommander les pharmacies dans nos secteurs que nous pouvons encourager et faire ainsi obstructions à celles qui abuse. Nos poches, nos systèmes publics et privés en sortiraient gagnants et les fraudeurs mieux contrôlée. Merci!!

     15
  • Par ORIANE RAMBAUD
    18 Février 2013

    Je m'interroge sur votre partie du texte ''sauf si une ordonnance du médecin stipule de ne pas substituer un médicament original par sa version générique''.

    Quelles seront ces exceptions autorisées par le médecin ? Et devront-elles être justifiées ou seule une prescription du médecin mentionnant de ne pas substituer le médicament d'origine par un générique suffira ? (par exemple : je suis infirmière, et il m'est arrivé de rencontrer certains patients qui font des intolérances au colorant contenu dans certains médicaments...si je comprends bien ces gens pourront avoir droit, avec prescription de leur médecin, de continuer à acheter un médicament d'origine (et non pas le générique) et avoir droit au remboursement...?

     10
    journalist
    Par Stéphanie Perron de Protégez-Vous
    13 Février 2013

    Bonjour Madame Rambaud,

    Si le médecin juge que le médicament ne peut être substitué, il n'a qu'à l'inscrire sur la prescription et le patient pourra acheter la version originale sans être pénalisé. L'opinion professionnelle du médecin est suffisante pour justifier une telle «exception», dans la mesure où la décision est prise pour des motifs thérapeutiques.

     10
  • Par YVES ROUETTE
    27 Février 2013

    Je suis concerné en raison du Nexium et comme l'utilisation de génériques n'a rien de nouveau pour moi, faire la conversion ne présentait aucun problême; le hic: suite au changement le Nexium est maintenant frappé de ce qu'ils appellent un excédent de 9,24$ et son générique (Esoméprazole, je crois) est lui frappé d'un excédent de 18,33$. Quelle belle gang de boufons!

     8
  • Par Choinière Normand
    18 Février 2013

    Bien plus, le Gouvernement ne devrait rembourser que le prix du plus bas soumissionnaire et il devrait aller en soumission à tous les 3 mois. Et il devrait forcer les assurances privées à faire de même car on se fait aussi voler par les assurances privées tan et plus. Ils sont prêts à tout payer les yeux fermés et au gros prix. Plus la facture est haute plus leur pourcentage de profit est élevé, il ne faut pas oublier cela. En fait, il faut un seul régime, un régime public applicable à tous. Le régime public est moins cher et plus équitable et le Gouvernement ne fait pas de profit, le profit du privé va en services. Pour ce qui est de l'efficacité, on repassera en ce qui concerne le privé. On sait tous que c'est faux.

     4