Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Toits plats: la fin du bitume puant approche

Par Stéphan Dussault
Shutterstock.com

Les beaux jours des toits en asphalte multicouches et en gravier seraient-ils comptés? Leurs concurrents ne coûtent pas tellement plus cher, et durent plus longtemps.

«Nous, on peut vous poser autant le traditionnel bitume-gravier que la membrane élastomère, c'est votre choix. Mais l'écart de prix est vraiment minime. Pour 500 à 1 000 $ de plus, vous devriez faire installer la membrane élastomère, un produit de bien meilleure qualité», nous dit Jonathan Leduc, employé de Toiture Royal, qui n'était pas le seul représentant à répéter son message à des centaines de clients potentiels au dernier Salon national de l'habitation de Montréal, qui s'est tenu du 18 au 27 mars 2011.

Pour un toit plat d'environ 1 000 pi2 (93 m2), le coût de remplacement est de 7 $ du pied carré avec une membrane élastomère qui durerait de 30 à 50 ans. Le duo bitume-gravier coûte environ 6 $ et durerait de 10 à 25 ans.

Traditionnellement, on pouvait s'attendre à payer un supplément de 25 à 60 % pour s'offrir la membrane élastomère mais la hausse des ventes a fait baisser les prix.

>> À lire aussi: comparatif des revêtements de toiture (2016), enquête sur les couvreurs (2014) et rénovation de la toiture et des revêtements (2013)

Comment choisir un bon couvreur?

La membrane élastomère est composée de deux couches, l'une de feutre et l'autre, visible, recouverte de granules. Les deux couches sont collées ou soudées au moment de la pose. Le produit étant soudé à l'aide d'une torche, le risque d'incendie est bien réel dans les heures suivant l'installation.

C'est pourquoi la membrane doit être posée par un installateur reconnu. Pour être mieux protégé, assurez-vous qu'il détienne la sous-catégorie 7.0 de la licence de la Régie du bâtiment du Québec ou qu'il soit membre de l'Association des maîtres couvreurs du Québec.

Des produits plus verts

L'ingrédient premier et commun aux deux types de revêtements est le bitume, un produit pétrolier. Pour vous passer de celui-ci, vous pouvez considérer le caoutchouc. Un produit appelé EPDM (pour ses composés éthylène, propylène et diène monomères) gagne en popularité. Il est résistant et peut être installé en un ou deux morceaux, donc avec un minimum de soudure et de risque d'infiltration. Son faible poids est tel qu'il peut être posé par-dessus une toiture de gravier (en ajoutant une sous-couche) et peut accueillir un toit végétalisé.

Des entreprises comme Eco-Toit sont à ce point confiantes de leur produit qu'elles offrent une garantie de 40 ans. Au Salon de l'habitation, on nous a assuré offrir des prix concurrentiels à la membrane élastomère. Pour en avoir le cœur net, le mieux est encore de demander des soumissions de quelques entreprises.

La fin des toits noirs?

Si vous résidez dans une zone urbaine où l'asphalte et le béton sont rois, ou si vous voulez simplement diminuer la chaleur dans la maison durant l'été, considérez l'installation d'un toit de couleur blanche, qui a la propriété de réfléchir la chaleur au lieu de l'absorber. Pour tout un quartier, le remplacement des toits noirs par des blancs pourrait diminuer la température ambiante de 1 ou 2° C.

Au début 2011, l'arrondissement montréalais Rosemont-La-Petite-Patrie, à même voté un règlement imposant le toit réfléchissant pour toute nouvelle construction ou rénovation. Dans la maison, l'ajout d'un toit blanc pourrait permettre de diminuer de 15 % les coûts de climatisation.

Photo: iStockphoto

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Danielle Haché
    20 Août 2014

    Vous parlez de membranes élastomère et de membrane TPO.... Quelle est la différence entre c'est 2 produits ?

    Merci

     64
  • Par RICHARD PELLETIER
    19 Avril 2014

    Il est à peu près temps ! Tous les étés, je souffre de migraines à cause des émanations de ces produits cancérigènes. Non seulement lorsqu'un voisin fait refaire sa toiture, mais c'est surtout les véhicules des couvreurs qui roulent partout avec leur contenant d'asphalte brulante. Il faudrait interdire immédiatement la circulation de ces véhicules nocifs pour l'environnement.

     16
  • Par Sylvain Caron
    18 Septembre 2013

    Les membranes élastomère c'est presque fini justement à cause des risques d'incendies lors de la pose. Les couvreurs sérieux posent, pour le même prix, une membrane TPO. Cette membrane a l'avantage d'être blanche.

    Encore un article fait par un amateur.

     15
    journalist
    Par STEPHAN DUSSAULT de Protégez-Vous
    28 Mars 2013

    «Actuellement, les couvreurs sérieux posent surtout ce bitume élastomère», nous a dit Guy Lalonde, directeur technique de l'Association des maîtres couvreurs du Québec (AMCQ). «En fait, la vaste majorité des grands projets de toiture commerciale est réalisée par nos membres, et 90 % d'entre eux utilisent le bitume élastomère.»

    Nous avons aussi demandé des précisions à Emmanuel Cosgrove, dirigeant d'Ecohabitation. «C'est sûr que la membrane TPO est un bon produit, mais c'est pour l'instant plus cher et plus marginal. Et il ne faut pas démoniser la membrane élastomère. C'est un produit qui a fait ses preuves, surtout s'il est posé par des professionnels.»

     13
  • Par Aline Picard
    28 Août 2013

    Mais qu'en est-il des coûts de chauffage l'hiver? Est-ce que ça coûte moins cher avec un toit noir?

     12
    journalist
    Par STEPHAN DUSSAULT de Protégez-Vous
    03 Août 2012

    En hiver, les coûts sont similaires étant donné que le toit est généralement recouvert de neige (s'il ne l'est pas, c'est peut-être que la chaleur fuit). Alors qu'il soit noir ou blanc n'a pas d'importance en hiver. Par contre, le débat est ouvert sur le ton de blanc optimal pour notre climat. «En automne et au printemps, le toit noir chauffe une maison qui en a besoin. Peut-être qu’un ton de gris serait plus indiqué. Et dans certains cas, il vaudrait mieux isoler d’abord l’entretoit avant de songer au toit blanc», nous disait Guy Lalonde, directeur technique de l'Association des maîtres couvreurs du Québec ( http://www.protegez-vous.ca/maison-et-environnement/toits-blancs.html )

     1
  • Par JACQUES DEBRAY
    21 Avril 2014

    Un couvreur me propose de mettre de l'EPDM par dessus mon toit en goudron et enlevant les petites roches et bien sur avec des panneaux de tentest avant la membrane.
    Est-ce que cette technique est utilisée et valable?