Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Se baigner en toute sécurité

Par Catherine Crépeau
baignade

Une quarantaine de personnes se sont noyées depuis le début de l’année, selon la Société de sauvetage du Québec qui profite de la Semaine de prévention de la noyade, qui se tient jusqu’au 24 juillet, pour répéter les conseils de prudence en bordure des piscines et des cours d’eau.

La Société de sauvetage recense, en date du 20 juillet, 43 décès liés à l’eau et craint une hausse des incidents alors que débute la première semaine des vacances de la construction, qui est celle où elle enregistre le plus de noyades dans la province. Sans compter la température clémente, ainsi que la popularité des piscines résidentielles et des sports liés à l’eau alimentée par la pandémie et la restriction des voyages.

En 2020, le nombre de noyades a presque doublé, alors que 95 cas ont été enregistrés pour l’ensemble de l’année. C’est 36 de plus que les 59 recensés en 2019 et 15 de plus que la moyenne annuelle des 10 dernières années.

Sur les 95 noyades de l’an dernier, 80 ont eu lieu dans des cours d’eau (lacs, étangs, rivières, fleuve) et 11 dans des piscines.

Les données des dernières années demeurent non officielles. En effet, la Société de sauvetage tient des statistiques à partir des cas de noyade rapportés dans les médias, puis les complète avec les données provenant des rapports du coroner. En raison des retards accumulés pendant la pandémie, les dernières statistiques officielles datent de 2017.

Prévenir la noyade

Nombre des noyades peuvent pourtant être évitées. En effet, près de la moitié des personnes qui se sont noyées l’an dernier étaient seules. Il n’y avait donc personne pour leur venir en aide ou appeler les secours. De plus, 27 des 31 victimes de noyades associées à un sport nautique ne portaient pas de veste de sauvetage. Quelques conseils :

  • L’une des premières règles de sécurité à observer en bordure de l’eau est de ne pas être seul. Enfants et adultes devraient être accompagnés pour la baignade ou les sports nautiques.
     
  • Un adulte devrait en tout temps être de surveillance quand les enfants se baignent, sans être distrait : pas de télétravail ou de jardinage. Lors d’une fête, une personne devrait être affectée à cette tâche.
     
  • La clôture de la piscine familiale devrait être fermée en dehors des périodes de baignade.
     
  • Inscrire son enfant à un cours de natation pour lui apprendre les habiletés de base nécessaires pour survivre à une chute inattendue en eau profonde.
     
  • Sur une embarcation et lors de la pratique de sports nautiques, il est important de toujours porter une veste de sauvetage.
     
  • Avant de pratiquer un sport nautique sur une rivière ou un lac inconnu, il est important de connaître les risques (courants forts, eaux troubles, fonds irréguliers, etc.), ou de prendre un guide.
     
  • Se rappeler qu’alcool et eau ne font pas bon ménage.

>> À lire aussi : Des règles plus sévères pour contrer les noyades dans les piscines résidentielles et Aménager sa piscine de façon sécuritaire

Lire l'article
La grippe pourrait revenir en force cet automne

La grippe a fait une pause durant l’hiver 2020-2021, mais plusieurs experts s’attendent à ce qu’elle soit de retour pour la prochaine saison. Elle pourrait même pointer son nez à l’avance. Déjà, les virus respiratoires autres que le coronavirus sont beaucoup plus présents au Québec depuis le relâchement des mesures sanitaires.

Lire l'article
Des cas d’hépatite A liés à des mangues congelées

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a annoncé vendredi le rappel de plusieurs marques de mangues congelées qui pourraient être contaminées par le virus de l’hépatite A. Trois cas d’infection ont été signalés au Québec et en Nouvelle-Écosse.

Lire l'article
Chicane de voisinage : pensez à la médiation

Vous n’en pouvez plus de la musique que votre voisin fait jouer à tue-tête à toute heure du jour, de l’odeur nauséabonde de sa poubelle qu’il dispose tout juste sous votre fenêtre ou du va-et-vient incessant des voitures devant sa maison ? Pour éviter que la situation s’envenime tout en obtenant satisfaction, vous pourriez tenter la médiation.

Lire l'article
Internet : votre facture pourrait augmenter de 10 à 20 $ par mois

Vous avez peut-être reçu récemment un courriel de votre fournisseur internet vous prévenant qu’une augmentation des tarifs était à prévoir. Cette hausse de 10 à 20 $ par mois découle d’une récente décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d’annuler la baisse radicale de tarifs pour l’Internet de gros décrétée en 2019.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.