Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

COVID-19 : que pouvez-vous faire pendant le temps des fêtes?

Par Marie-Eve Shaffer
noel-covid

Noël sera très différent cette année en raison de la pandémie de COVID-19. Pas d’accolade avec grand-maman, de réveillon festif avec la parenté ou de courses aux soldes. Mais que pouvez-vous faire dans le respect des mesures sanitaires?

Les rassemblements

Si vous résidez dans une ville se trouvant en zone rouge, vous ne pouvez pas organiser de rassemblement, ni à l’intérieur ni à l’extérieur. Pas question de réunir vos proches autour d’un feu dans votre cour arrière.

Notez que, du 17 décembre au 11 janvier, la zone orange sera considérée comme rouge, à la demande de la Santé publique. Cela signifie que les rassemblements y seront aussi proscrits.

Si vous vous trouvez en zone jaune, vous pouvez réunir six personnes, à l’intérieur comme à l’extérieur, et non pas dix. C’est une autre modification que les autorités sanitaires ont apportée dans les niveaux d’alerte régionale.

En zone jaune, votre réveillon doit être organisé avec une formule pandémique. Veillez à ce que vos proches portent un masque – mis à part pendant qu’ils dégustent le repas – et qu’ils conservent une distance de deux mètres entre eux.

«Plus la durée de l’activité est courte, plus on s’assure de respecter les mesures sanitaires», souligne la Dre Chantal Sauvageau, médecin-conseil de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), admettant qu’il est «difficile d’être tout le temps à distance».

«On se rassemble dans la cuisine, on se rapproche autour du piano, on regarde une émission de télévision sur des chaises distancées et on finit tous sur le divan», illustre-t-elle.

Dans le même esprit, mieux vaut disposer plusieurs petites tables à manger, surtout si des personnes vulnérables prennent part au rassemblement, et baisser le volume de la musique. «On projette moins de particules si on ne crie pas et on ressent moins le besoin de se rapprocher», indique la Dre Sauvageau. 

Si la météo est clémente, réunissez vos proches à l’extérieur. «Les probabilités de transmettre le virus ou de l’attraper sont moindres à l’extérieur, souligne la médecin de l’INSPQ. Toutefois, si on jase avec quelqu’un pendant une heure, sans masque, sans distanciation physique, on peut le contracter.»

Visite d’une personne seule

Même si les rassemblements sont proscrits dans la zone rouge, vous pouvez visiter un proche qui vit seul. Assurez-vous de porter un masque et de maintenir une distance de deux mètres.

Une personne vivant seule peut également visiter une maisonnée. Mais une seule. «On ne peut aller dans la famille de ses trois enfants», précise le premier ministre, François Legault. En annonçant cette mesure, il a entre autres évoqué les aînés, mais aussi les étudiants qui sont de passage chez leurs parents après la fin de leur session.

Respectez les consignes sanitaires, même si la personne a été vaccinée, recommande la Dre Sauvageau. «Il n’y a aucun vaccin qui est 100 % efficace et il prend un certain temps avant de développer sa réponse immunitaire, qui sera plus élevée après la deuxième dose. Et la grande majorité ne l’aura pas reçue.» Elle conseille aussi d’agir prudemment si vous devez côtoyer une personne qui a été atteinte de la COVID-19 dans les dernières semaines.

Devez-vous vous isoler pendant 10 à 14 jours avant de visiter ou de recevoir une personne vivant seule, surtout si elle est à risque de développer des complications si elle attrape le virus? La Dre Sauvageau indique qu’une telle quarantaine – qui n’est pas obligatoire – représente un moyen supplémentaire pour diminuer les risques de transmission du virus. «Tout ce qu’on fait en plus, c’est pour le mieux, surtout avec l’épidémiologie actuelle», dit-elle.

L’échange de cadeaux

Comme chaque année, vous avez prévu échanger des cadeaux avec les membres de votre famille. Comment pouvez-vous procéder?

Idéalement, livrez vos cadeaux à l’avance et demandez à vos proches de les mettre à l’écart pendant au moins une journée. «[Une telle quarantaine], c’est une mesure de protection de plus. Est-ce que le risque de transmission par les objets est élevé? Non. Est-ce qu’il est possible? Oui.», rappelle la Dre Sauvageau. Elle recommande de déballer vos paquets au moment d’une visioconférence, après vous être lavé les mains.

Ce n’est pas tant l’échange de cadeaux qui fait augmenter les risques de propagation du virus, souligne la médecin-conseil de l’INSPQ, mais bien le petit rassemblement qui survient au moment de la livraison et qui pourrait fort bien se déplacer à l’intérieur, surtout si le temps est frisquet.

Des activités à l’extérieur

Quelle que soit la zone dans laquelle vous vous trouvez, vous pouvez pratiquer des sports extérieurs, par exemple organiser une partie de hockey ou même suivre un cours de ski, pourvu que ces activités ne réunissent pas plus de huit personnes, en plus de l’entraîneur ou de l’arbitre.

«L’idée de permettre des activités extérieures, c’est que les gens bougent. On ne veut pas de rassemblement statique», insiste François Legault.

Vous pouvez également faire une promenade avec un proche ou une randonnée en raquette ou à ski de fond en conservant deux mètres de distance. Privilégiez les grands parcs, comme le Jardin botanique de Montréal, qui ouvrira pendant le temps des fêtes, et les pistes cyclables dont les couloirs de circulation sont plus larges.

«Évitez de marcher à plusieurs, suggère Chantal Sauvageau. Si on marche à trois, quatre ou cinq, on va finir par se rapprocher.»

Pas question de magasiner

Pendant le temps des fêtes, ne prévoyez pas de séance de magasinage. Tous les commerces non essentiels seront fermés du 25 décembre au 11 janvier. Les épiceries, les pharmacies, les quincailleries, les garages et les animaleries demeureront ouverts.

Les grandes surfaces, qui proposent un large éventail de biens de consommation, ne pourront vendre que des produits essentiels. «Ça va permettre une équité avec les commerces québécois», explique le premier ministre.

Les salons de coiffure et les centres d’esthétisme doivent également fermer leurs portes pendant cette période.

>> À lire aussi: tous nos articles sur la COVID-19

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.