Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

5 conseils pour partir en vacances sans se ruiner

Par Rémi Leroux
5 conseils pour partir en vacances sans se ruiner

Une majorité de vacanciers ont l’intention de rester au Québec cet été, en partie pour des raisons financières. Voici quelques idées pour prendre du bon temps à petits prix.

Vous rêviez d’une traversée de la Cordillère des Andes, d’un périple au Maroc ou d’une excursion dans les Caraïbes, mais votre portefeuille n’est pas d’accord. Vous n’êtes pas seul. Cette année, la situation économique morose n’incite pas les Québécois à s’envoler vers des destinations exotiques. Selon un sondage réalisé par CAA-Québec, 54 % des répondants avaient l’intention de rester au Québec cet été, contre 49 % l’an dernier.

Près de 20 % des personnes interrogées affirment par ailleurs que la faiblesse du dollar canadien par rapport à la devise américaine est l’une des raisons ayant refroidi leurs ardeurs estivales et, en moyenne, le budget des vacanciers ne dépassera pas 2 000 $ pour deux personnes et plus cette année.

Cela dit, des vacances réussies à coût raisonnable, c’est possible. Voici cinq idées pour ne pas vous ruiner, avec ou sans les enfants.

>> À lire aussi: Comment trouver des billets d'avion pas cher

1. Pas si loin, c’est bien

Osez les vacances à partir… de la maison. Si vous habitez Montréal ou Québec, pourquoi ne pas organiser une excursion de deux jours en canot-camping dans le parc de la Mauricie ? Il vous en coûtera à peine 24,50 $ par nuit pour trois personnes, incluant le bois à brûler.

En établissant votre camp de base à la maison plutôt qu’à l’hôtel, vous ferez des économies sur les frais de déplacement et d’hébergement et pourrez ainsi vous offrir des petits plaisirs comme une soirée au restaurant, une séance au spa ou une journée aux glissades d’eau avec les enfants. On peut s’évader du quotidien sans partir très loin...

2. À la journée, la belle idée

Optez pour des excursions à la journée. Pour vous inspirer, consulter notre dossier 50 sorties à moins de 50 $; vous y trouverez des dizaines d’idées de sorties familiales partout au Québec. Découvrez par exemple le Canyon des Portes de l’Enfer à Saint-Narcisse-de-Rimouski (28 $ pour deux adultes et deux enfants), dans la région du Bas-Saint-Laurent, ou encore le Zoo de Falardeau, à Saint-David-de-Falardeau (42 $ pour deux adultes et deux enfants), au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

3. En voiture plutôt qu’en avion

Le sondage de CAA-Québec révèle que, parmi les vacanciers interrogés, 68 % envisageaient d’utiliser la voiture et seulement 22 % l’avion. Si vous ne prévoyez pas une traversée du Canada, se déplacer en auto est plus économique qu’emprunter la voie des airs. Pour se rendre à New York à la fin de juillet, par exemple, un billet d’avion coûte environ 370 $ aller-retour par personne.

Si vous faites le même voyage en automobile plutôt qu’en avion, vous dépenserez autour de 90 $ d’essence (et 24 $ pour les péages si vous choisissez le chemin le plus rapide). Quant aux coûts liés à l’usure de l’automobile, le calculateur des coûts d’utilisation d’une voiture de CAA-Québec évalue qu’ils s’élèvent à 0,18 $ le kilomètre pour une Toyota Yaris 2010, soit environ 220 $ sur la distance Montréal-New York aller-retour. Et pourquoi ne pas penser au covoiturage?

Vous pouvez aussi opter pour l’autobus ou le train (un aller-retour Montréal-New York coûte environ 150 $ par personne dans les deux cas).

4. Le «hors saison», ça a du bon

Si vos enfants sont encore jeunes et peuvent se permettre de rater une semaine d’école, vous pourriez partir à un moment où les autres vacanciers sont déjà rentrés. Un forfait «tout inclus» pour la destination de vos rêves reviendra à un prix plus intéressant qu’en période de fort achalandage. Le prix d’un séjour d’une semaine dans le Sud pour deux adultes et deux enfants est d’environ 400 $ de plus si vous partez à la mi-août plutôt qu’au début de septembre, par exemple.

Un conseil: si vous magasinez des billets d’avion réguliers, faites-le un dimanche, c’est le jour où les prix sont les plus bas, selon une récente étude américaine. Elle établit que le prix moyen d’un billet d’avion vendu le dimanche est de 432 $, contre 439 $ si vous l’achetez un samedi et 497 $ un mardi, jour qui était considéré jusqu’à présent comme le plus profitable.

5. Troquer son toit, pourquoi pas?

L’échange de maison pour les vacances est une option en vogue depuis plusieurs années. Les sites Internet qui proposent ce type de services se sont multipliés ces dernières années. Vous pouvez les comparer sur le site camago.fr et trouver de bons plans de dernière minute.

>> À lire aussi: Hôtels mystères, des économies de dernière minute

Si vous choisissez cette solution, n’oubliez pas ces quelques précautions: communiquez par courriel et par téléphone avec vos partenaires d’échange pour instaurer une relation de confiance, mettez vos objets de valeur et vos papiers personnels sous clé, installez un mot de passe sur votre ordinateur et créez une session «invité», limitez la ligne téléphonique aux appels locaux et prévenez votre compagnie d’assurance.

Ne brûlez pas la Prestation universelle pour garde d’enfants!

Dans le courant du mois de juillet, les familles québécoises vont recevoir leur chèque de PUGE, prestation universelle bonifiée cette année par le gouvernement du Canada. Un joli pactole que vous pourriez être tenté d’utiliser pour les vacances. Si vous avez un enfant de moins de six ans, vous toucherez 160 $ par mois au lieu de 100 $, soit 960 $ par enfant pour les six premiers mois de l’année et 1 920 $ par an.

Par ailleurs, pour les enfants âgés de 6 à 17 ans, vous percevrez désormais un montant mensuel de 60 $, soit 360 $ par enfant pour les six premiers mois de l’année et 720 $ par an.

Mais attention, car, parallèlement à la bonification de la PUGE, le Fédéral a également supprimé le Crédit d’impôt pour enfants qui correspondait à 287 $ de réduction nette d’impôt. Toutes les familles qui payent de l’impôt profitaient de ce crédit, rappelle l’Association coopérative d’économie familiale de l’Estrie.

Pour éviter les mauvaises surprises au moment de déclarer vos impôts en 2016, l’ACEF Estrie vous recommande de «mettre de côté au moins les deux tiers du versement de la PUGE bonifiée que vous percevrez en juillet.»