Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

10 000 vêtements de nuit pour enfants rappelés en 6 mois

Par Nathalie Côté
10 000 vetements de nuit pour enfants rappelés en 6 mois

Des pyjamas, dormeuses et peignoirs pour enfants sont régulièrement rappelés, car ils sont trop inflammables. Cela devrait-il vous empêcher de dormir?

ALT

Ces dormeuses Babysoy Footies ont fait l’objet d’un rappel

en mai 2014. Photo: Santé Canada

Santé Canada considère que plusieurs vêtements de nuit pour enfants contreviennent aux normes d’inflammabilité établies par le ministère. «Tous les tissus brûlent, convient d’entrée de jeu Domenico Sarro, porte-parole de Santé Canada. Mais certains le font plus rapidement que d’autres. L’objectif des normes d’inflammabilité est que le feu se propage le plus lentement possible.»

Testés en laboratoire
Pour les parents, il est difficile de détecter un vêtement non conforme au moment de l’achat. Sans compter qu’en plus du type de matériel utilisé et de la coupe, la qualité du tissu, le fil utilisé pour le coudre et les appliqués peuvent aussi avoir un effet sur l’inflammabilité.

Par contre, les entreprises canadiennes sont tenues de s’assurer que les produits qu’ils fabriquent ou vendent respectent les normes. En laboratoire, elles doivent exposer les tissus à une flamme, selon des protocoles précis, pour vérifier qu’ils ne s’enflamment pas trop rapidement. Elles doivent aussi s’assurer que les tailles correspondent à celles dictées par Santé Canada.

Les enquêteurs de ce ministère font également à l’occasion certains tests pour surveiller les produits vendus au pays. Ces enquêtes ont d’ailleurs mené à la douzaine de rappels relatifs à l’inflammabilité des vêtements de nuit pour enfants émis depuis janvier 2014, dont plusieurs ont été recensés dans la rubrique Avis et rappels de Protégez-Vous.

Liste des vêtements de nuit rappelés
Voici les vêtements de nuit ayant fait l’objet d’un rappel depuis le début de 2014 au Canada. Pour connaître les numéros des modèles visés, consultez l’information détaillée en cliquant sur l’hyperlien.

Pyjamas polo Diana & Karine 
Peignoirs PJ’zzzz 
Peignoirs Brown Bear 
Dormeuses Deux petits canards 
Kimonos Under the Nile 
Peignoirs KDX Eurostile 
Dormeuses Kissy Kissy Velour 
Dormeuses Les mini parallèles  
Peignoirs Baby Aspen 
Dormeuses babysoy footies et o soy footies 
Kimonos à capuchon Under the Nile 
Pyjamas polo Saga

Vérifiez-le vous-même
Les parents qui désirent vérifier si le pyjama de leur enfant a déjà fait l’objet d’un rappel peuvent le vérifier en écrivant le mot «inflammabilité» sur le site Canadiens en santé

Si le pyjama fait partie d’un rappel, c’est qu’il risque de s’enflammer plus rapidement qu’un autre qui respecte les normes; de potentielles brûlures pourraient donc être plus graves. C’est pourquoi Santé Canada recommande de cesser d’utiliser ce vêtement. Les consommateurs peuvent le rapporter au magasin ou communiquer avec le fabricant, selon les directives inscrites dans le rappel.

Depuis 2010, aucun incident lié à l’inflammabilité des vêtements de nuit pour enfants n’a été rapporté au pays. Mais dans les années 1970, Santé Canada recensait en moyenne 21 cas de blessures et deux décès par an. Des normes plus sévères ont ensuite fait chuter le nombre d’incidents. Seulement trois cas de brûlure ont été notés entre 1998 et 2010.

Facteurs d'inflammabilité
Certains types de tissus, comme le coton, sont plus inflammables. La coupe du vêtement fait aussi une différence. Le feu se propage plus rapidement dans des vêtements amples. «Dans un modèle ajusté, il y a moins d’air entre le tissu et la peau pour alimenter le feu», explique Domenico Sarro.

De plus, les vêtements amples risquent davantage d’entrer en contact avec une source d’inflammation. Ils devraient donc être faits de tissus moins inflammables, comme le polyester, le nylon ou un mélange de ces matériaux. Les tissus de coton (en totalité ou en partie) devraient être réservés aux vêtements ajustés.

Quelques conseils de sécurité
Santé Canada recommande aux parents de prendre les précautions suivantes:
• Assurez-vous que les vêtements de nuit des enfants sont de la bonne taille. Un modèle conçu pour être ajusté sera plus inflammable s’il est trop grand.

• Évitez d’utiliser comme pyjama des vêtements de jour (t-shirts, par exemple). Les normes d’inflammabilité sont moins sévères pour ces derniers, car des études ont montré que les incidents où les vêtements des enfants prennent feu surviennent surtout en soirée et tôt le matin, mentionne Domenico Sarro.

• Lisez les mises en garde sur les étiquettes des assouplisseurs liquides. Des essais préliminaires de Santé Canada concluent que ces produits tendent à rendre les tissus plus inflammables. Certains fabricants recommandent de ne pas utiliser leur produit pour les vêtements de nuit pour enfants.

• Sensibilisez les enfants aux risques d’incendie.

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Dominic Duchesne
    15 Août 2014

    Les produits cancérigènes qui sont appliqués sur les tissus pour répondre aux normes de santé canada en matière d'inflammabilité ,sont beaucoup plus dommageable pour la santé que le risque minime de brûlure dans un environnement ou il n'y a pratiquement plus de foyer dans les maisons comme dans les années 70.