Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Un suicide homéopathique collectif échoue

Par Mise en ligne : 01 février 2010

Shutterstock

Shutterstock

Samedi dernier, plus de 300 activistes ont tenté de faire une surdose de pilules homéopathiques. Tous ont survécu.

L’événement a eu lieu simultanément en Grande-Bretagne, au Canada, en Australie et aux États-Unis, rapporte le magazine New Scientist. L’objectif des activistes: attirer l’attention sur ce qu’est l’homéopathie et dénoncer la vente de ces produits en pharmacie. Les participants ont avalé 84 pilules d’arsenicum album, un remède homéopathique dérivé de l’arsenic qui pourrait soulager des problèmes comme l’insomnie et l’empoisonnement alimentaire.

L’homéopathie repose sur trois grands principes. L’un d’eux, celui des dilutions, postule que plus un médicament est dilué, plus il est puissant. Or, le degré de dilution est tellement élevé qu’il ne subsiste souvent aucune molécule de la substance en principe active. Les pilules sont donc généralement de simples comprimés de sucre. La communauté scientifique ne reconnaît pas l’efficacité de l’homéopathie, qui n’a pu être démontrée au-delà de l’effet placebo dans le cadre d’études sérieuses.

Protégez-Vous l’avait essayé

Jean-René Dufort, aujourd'hui animateur de l'émission Infoman à Radio-Canada, avait fait la même expérience que les activistes pour Protégez-Vous en 1997. Il avait avalé des centaines de granules d’arsenicum album sans constater d’effet notable. Pour lire l'article, cliquez ici.

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle