Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Tests de collision: résultats contrastés chez les sportives

Par Julien Amado

Alors que leurs performances sont proches lors d’un essai sur route, la Chevrolet Camaro, la Ford Mustang et la Dodge Challenger n’offrent pas toutes la même résistance à l’impact.

Quand on achète une sportive, on pense plus à son esthétique et à ses performances qu’à ses résultats aux tests de collision. C’est pourtant un élément essentiel à considérer, surtout après le test mené par l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), organisme indépendant qui regroupe des assureurs américains.

L’IIHS a évalué les trois sportives américaines les plus populaires: la Chevrolet Camaro, la Ford Mustang et la Dodge Challenger. Et au terme des tests de collision, les résultats sont contrastés. Si les tests d’impacts frontaux et latéraux sont satisfaisants, aucun des trois véhicules ne reçoit la mention globale «Top Safety Pick», la plus haute décernée par l’Institut.

Les cotes octroyées par l’IIHS vont de «bonne» à «acceptable», puis de «médiocre» à «mauvaise».

La Chevrolet Camaro au sommet

Des trois véhicules, la Camaro est la plus récente. C’est aussi celle qui a obtenu les meilleurs résultats au test de collision frontale partielle. À la différence du test de collision frontale standard, celui-ci fait en sorte que l’absorption du choc n’est pas répartie sur la totalité de la partie avant de l’auto, mais sur seulement 25 % de la surface avant. La Camaro 2016 est la seule auto à avoir obtenu la note «bonne» à ce test, mais, en contrepartie, elle n’a obtenu qu’une cote «acceptable» pour la résistance de son toit.

La Mustang, pourtant renouvelée en 2015, a obtenu la note «acceptable» au test de collision frontale partielle. En revanche, la sportive signée Ford est la seule à obtenir la note «bonne» pour la résistance du toit.

La Dodge Challenger déçoit

Sur la route, le caractère bien trempé et les performances remarquables de la Challenger nous avaient impressionnés lors de notre dernier essai routier.

C’est moins brillant lorsqu’on observe les résultats obtenus aux tests de collision. Lors du test d’impact frontal partiel, la Challenger a reçu la note «médiocre», la plus mauvaise du trio. Plus inquiétant: la déformation de la partie avant de l’auto a été telle que le pied du mannequin a été coincé et sa cheville déformée. Il a fallu démonter le mannequin pour réussir à le sortir de l’auto. Selon l’IIHS, un vrai conducteur aurait été gravement blessé à la jambe gauche lors de cet accident.

Quant au test de résistance du toit, la Challenger a mérité une note «acceptable».

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.