Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Subaru Legacy et Outback 2013: premier essai

Par Jesse Caron
Subaru Legacy Outback 2013

Retouches esthétiques, moteur renouvelé, conduite resserrée et système de prévention des collisions: voilà le menu des Subaru Legacy et Outback 2013, dévoilées au Québec cette semaine.

Protégez-Vous avait passé au peigne fin les actuelles Legacy et Outback au moment de leur plus récente refonte complète, en 2010. Nous avions alors grandement apprécié leur habitacle spacieux, leur roulement confortable, leur excellente visibilité et leur consommation d'essence somme toute raisonnable pour des voitures à quatre roues motrices. Leur comportement routier plutôt mou nous avait cependant laissé sur notre faim. Qu’en est-il des modèles 2013?

Tenue de route plus précise
Visiblement sensible à cette critique fréquente, Subaru a retouché la suspension, la direction et la structure des modèles 2013 dans l'objectif de rehausser leur maniabilité. Le constructeur fait d'ailleurs état d'une réduction du roulis en virage allant jusqu'à 40 %, ainsi que d'une diminution des vibrations perçues dans l'habitacle.

Les changements apportés nous ont semblé avoir porté fruit, du moins au terme d'un court essai mené dans l'ouest des îles de Montréal et de Laval. La caisse penche réellement moins qu'avant dans les courbes serrées, tandis qu'elle est plus stable sur les crevasses rencontrées au milieu d'un virage.

Le constructeur a raffermi la direction de manière évidente, au point de la rendre presque trop lourde à basse vitesse dans le cas de la Legacy 3.6R Limited à 6 cyl. Elle est mieux dosée dans l'Outback 2.5i Commodité à 4 cyl., mais elle demeure avare de sensations de la route dans les deux autos. Sa précision ne peut toutefois pas être prise en défaut.

Comme en 2010, la Legacy nous a paru plus adroite et «plantée» sur la chaussée que l'Outback. La carrosserie plus haute de celle-ci, sa garde au sol surélevée et ses pneus à profil plus haut continuent à la rendre moins agile que la Legacy. La familiale reste plaisante à conduire au quotidien, mais son comportement rappelle davantage celui d'un utilitaire sport que d'une berline intermédiaire.

Chose certaine, les deux autos continuent d'exceller sur l’autoroute grâce à leur roulement à la fois souple et stable et à leur insonorisation généreuse. Seuls quelques bruits de vent autour des montants du pare-brise troublent la quiétude de l'habitacle à vitesse de croisière.

Moteur revisité, performances similaires


Si le 6 cyl. des versions 3.6R n'a pas changé d'un iota, le 4 cyl. de base a subi plusieurs modifications. À l'instar de celui qui propulse le Subaru Forester depuis 2011, il présente maintenant une chaîne de distribution sans entretien plutôt qu'une courroie très coûteuse à remplacer. Des améliorations internes et l'adoption d'un double arbre à cames en tête ont fait passer la puissance à 173 ch, et le couple maximal, à 174 lb-pi (plutôt que 170 dans les deux cas jusqu'à l'année-modèle 2012).

Ces gains paraissent faibles sur papier, et ils sont difficiles à remarquer en conduite normale. Tout de même, la meilleure répartition de la puissance se traduit par une légère amélioration de l'économie d'essence annoncée. De plus, le silence de fonctionnement y gagne puisque le moteur force un peu moins qu'avant pour fournir des performances équivalentes.

Par ailleurs, la transmission à variation continue qui équipe la plupart des modèles à 4 cyl. a été rendue plus discrète cette année, ce que nous avons effectivement noté durant notre boucle d'essai. Selon le constructeur, elle est également mieux intégrée au rouage intégral pour favoriser la réaction aux impulsions du pied droit. Nous n'avions rien contre le fonctionnement de l'ancienne version, et celle-ci nous a semblé tout aussi prompte et fluide.

EyeSight: l'assistance par les caméras


Subaru profite du renouvellement partiel de 2013 pour introduire son système d'aide à la conduite EyeSight dans la gamme canadienne des Legacy et Outback. Pour 2013, il n'est proposé que dans les modèles 3.6R Limited au sommet de la gamme, au coût de 1 500 $. Il pourrait migrer vers des versions plus abordables selon la réaction des clients; au Japon, pas moins de 90 % des Legacy et Outback sont commandées avec le dispositif.

EyeSight comporte sept éléments d'assistance, dont le freinage précollision, un régulateur de vitesse adaptatif et un dispositif de suivi de voie. Il peut aller jusqu'à aviser un conducteur distrait du démarrage du véhicule qui le précède, ou encore réduire la force d'accélération initiale lorsqu'un obstacle se trouve devant l'auto.

Les trois premières fonctions n'ont rien de nouveau: elles existent déjà dans plusieurs véhicules de luxe, et elles ont même commencé à «descendre» dans des modèles plus abordables. Qu'est-ce qui distingue le système de Subaru? Il fonctionne entièrement grâce à un duo de caméras plutôt que par l'entremise de radars ou de rayons laser, comme les dispositifs offerts par la concurrence.

Montées derrière le pare-brise, à la jonction avec le plafond, les caméras sont en mesure de reconnaître des objets comme une voiture ou un muret; elles peuvent même distinguer un piéton qui déambule devant l'auto. D'après le constructeur, cette capacité de reconnaissance distingue son dispositif de ceux de la concurrence, qui ne font que détecter la présence d'un obstacle. Subaru prétend aussi que ses caméras ont un «champ de vision» supérieur de 25 % à celui des systèmes à radar. Autre avantage mis de l'avant: le système est plus à l'abri d'un éventuel impact que des radars montés dans le pare-chocs ou la calandre.

Difficile de vérifier ces affirmations sans comparer les deux types de systèmes côte à côte. Cela dit, la fonction de freinage précollision de Subaru fonctionne bien, comme une petite expérimentation derrière le bureau régional du constructeur nous a permis de le constater. À l'approche d'une barrière à 30 km/h, nous avons simplement relâché l'accélérateur dès le premier avertissement sonore du système, et la voiture s'est immobilisée sans heurter le panneau. Nous n'avons jamais touché les freins, même si la tentation était forte!

Sur une autoroute assez achalandée, le régulateur de vitesse adaptatif s'est avéré précis: il ne ralentissait pas la cadence trop vite à l'approche d'une voiture devant nous, comme certains dispositifs concurrents ont tendance à le faire. Heureusement, car il est impossible de désactiver la fonction adaptative pour accéder à un régulateur classique. D'après Subaru, le dispositif a la capacité d'amener la voiture jusqu'à un arrêt complet, par exemple à un poste de péage.

Enfin, le système de suivi de voie est également efficace, et pas trop intrusif lui non plus: il faut carrément chevaucher la ligne (sans clignoter, bien sûr) avant que l'alerte se déclenche. Comme pour le régulateur adaptatif, le volume de cet avertissement sonore est réglable; bonne chose, puisque ce concert de bips finit par devenir irritant!



Verdict
Les Legacy et Outback ne remporteront certes pas la palme du design en dépit des retouches apportées pour 2013. Mais sous leur robe anonyme se cachent deux voitures mieux équipées (une connexion Bluetooth est maintenant de série), mieux finies (du plastique souple recouvre dorénavant le dessus des panneaux de portières et les accoudoirs), un peu plus adroites et toujours aussi confortables. Elles restent donc des choix très attrayants parmi les intermédiaires, d'autant plus qu'elles conservent l'avantage de la traction intégrale de série… et que leur prix de détail a baissé de 400 à 1 000 $ selon les versions.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Raynald Breton
    21 Juillet 2013

    La consommation d'essence s'est-elle améliorée?

     35
  • Par GILBERT BOUTIN
    02 Mars 2013

    est ce que la forester 2013 a le même 4 cylindre avec plus de couple ?

     3
    Par Annick Gravel
    11 Juillet 2013

    Oui, depuis 2011. Ca été le premier véhicule de Subaru à avoir ce moteur révisé. C'est même écrit dans cet article: "Moteur revisité, performances similaires
    Si le 6 cyl. des versions 3.6R n'a pas changé d'un iota, le 4 cyl. de base a subi plusieurs modifications. À l'instar de celui qui propulse le Subaru Forester depuis 2011, ..."

     3
    journalist
    Par JESSE CARON de Protégez-Vous
    06 Décembre 2012

    Bonjour M. Boutin,

    Le Forester a été le premier véhicule Subaru à obtenir la version à double arbre à cames en tête du 4 cyl. de 2,5 L, en 2011. Comme dans les Legacy et Outback, il fournit un couple maximal de 174 lb-pi à 4 100 tr/min. Sa puissance est de 170 ch dans le Forester plutôt que 173 ch dans le duo Legacy/Outback, mais l'écart de 3 ch est invisible en conduite normale.

     1