Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Le test de collision frontale partielle fait la vie dure aux VUS et fourgonnettes

Par Julien Amado
Le test de collision frontale partielle fait la vie dure aux VUS et fourgonnettes

Futurs propriétaires de VUS ou de fourgonnettes, si la sécurité constitue le critère d’achat le plus important pour vous, optez pour le Nissan Murano 2015 et oubliez le Dodge Journey.

ALT

Photo: IIHS

L’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), organisme qui regroupe des assureurs américains, a évalué la sécurité de sept VUS et fourgonnettes intermédiaires. Il s’est penché en particulier sur le test de collision frontale partielle, tant redouté des constructeurs. Celui-ci, à la différence du test de collision frontale «standard», fait en sorte que l’absorption du choc n’est pas répartie sur la totalité de la partie avant, mais sur 25 % seulement.

Les cotes de l’IIHS vont de «bonne» à «acceptable», puis de «médiocre» à «mauvaise».

Le Nissan Murano se démarque
C’est le Nissan Murano 2015 qui a réalisé la meilleure performance, avec la cote «bonne». La structure a très bien résisté au test et le conducteur a été bien protégé. Le VUS de Nissan obtient également la mention «Premier Choix Sécurité+», en particulier grâce à son système de freinage d’urgence et de détection des collisions, qui a été jugé très efficace.

Fait surprenant, le Jeep Wrangler a lui aussi obtenu la cote «bonne»: le test a montré qu’il possède une bonne capacité d’absorption du choc malgré sa conception ancienne. Néanmoins, l’IIHS ne recommande pas l’achat de ce véhicule à cause de la faible résistance du toit et d’une cote «médiocre» aux tests de collisions latérale et arrière.

Quant au Ford Flex, il a obtenu la cote «acceptable» et, grâce à un bon résultat d’ensemble, il a reçu la mention «Premier Choix Sécurité». Derrière, on retrouve le Hyundai Santa Fe, le Dodge Durango et le Jeep Cherokee, qui ont obtenu la note «médiocre».

Le Dodge Journey obtient le pire score

Avec la seule cote «mauvaise» de ce comparatif, le Dodge Journey hérite de la pire note du groupe. Sa structure n’a pas suffisamment résisté à l’impact lors du test; le volant s’est déplacé vers la droite, ce qui a empêché le coussin gonflable de protéger convenablement la tête du conducteur. Plus grave encore: le coussin gonflable latéral ne s’est pas déployé. Aussi, la pédale du frein de stationnement est venue heurter profondément la jambe du mannequin. C’est donc dire qu’en cas d’accident, un vrai conducteur aurait été blessé au niveau de la hanche et du genou.

L’IIHS précise que cette mauvaise note est aussi valable pour tous les Journey actuellement en circulation. Avec un recul de 25,8 % en 2014, c’est le véhicule dont les ventes ont le plus baissé au Québec l’an dernier.