Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Autos neuves: c'est le moment des rabais

Par Charles-Éric Blais-Poulin Mise en ligne : 21 mai 2020 Shutterstock.com

concessionnaire-auto Shutterstock.com

La fermeture des concessionnaires du Québec pendant près de deux mois en raison de la COVID-19 crée un contexte favorable pour l’achat d’un véhicule, selon des acteurs de l’industrie consultés par Protégez-Vous.

Les concessionnaires ont accumulé d’importants inventaires ce printemps, saison où ils génèrent environ la moitié de leurs ventes annuelles. Résultat: des voitures à écouler, des revenus à rattraper et, à la clé, des rabais et des programmes de financement avantageux.

«Dès maintenant, il y a des occasions intéressantes à saisir parce que les inventaires sont là depuis quelques mois, indique Robert Poëti, président-directeur de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec (CCAQ). Les constructeurs ont élaboré des programmes spéciaux et le choix de véhicules ne manque pas chez les concessionnaires. Il y a davantage de bonnes affaires, comme des périodes de cinq, six ou sept ans sans intérêt et des garanties de dix ans.»

Les clients ont pu renouer avec les salles d’exposition le 4 mai à l’extérieur du Grand Montréal. Les concessionnaires de la métropole pourront quant à eux reprendre l’ensemble de leurs activités le 25 mai.

Or, le mal est fait: la vente de véhicules légers a chuté de 74,6 % en avril par rapport à la même période l’an dernier, selon la firme DesRosiers Automotive. «C’est pourquoi il est important pour les concessionnaires, en ce moment, de faire rouler leurs véhicules, souligne Robert Poëti. Il y a tous les modèles, options et couleurs que vous voulez.»

Ironie du sort, la CCAQ, qui fête ses 75 ans, affirme que ces tristes chiffres de vente ressemblent étrangement à ceux qui prévalaient à l’époque de sa création, dans l’après-guerre.

 

Un été avantageux?

À l’opposé des concessionnaires, le courtier automobile Patrick Lalande, habitué du télétravail, assure ne jamais avoir autant besogné que dans les dernières semaines. Depuis la réouverture des garages, jugés essentiels le 15 avril, son équipe négocie sur Internet et se déplace chez les clients pour les essais routiers. «C’est très difficile au niveau des opérations, admet-il. Le processus est lourd avec les concessionnaires, qui ne sont pas habitués aux demandes internet. On n’a accès à aucune salle d’exposition. Les gens veulent toucher le véhicule, alors il faut chaque fois le décontaminer, quand on va le chercher chez le concessionnaire et avant de le laisser au client. À ce qui exige normalement de trois à cinq heures, il faut rajouter un bon deux heures.»

Selon lui, les aubaines ne sont pas encore au rendez-vous, mais viendront probablement avec la reprise «normale» des activités, en juin ou en juillet. «Certains constructeurs ont enlevé des rabais aux clients pour soutenir leurs concessionnaires. Ce qu’il donnait à la main droite, la main gauche le perdait.»

Chaque transaction mérite d’être analysée, selon Patrick Lalande. «Il n’y a pas de potion magique. Par exemple, chez Hyundai, à l’achat, le prix est le même, mais on offre du financement à 0 %, ce qui est intéressant. En revanche, en location, les prix étaient moins élevés au mois de mars.»

De nombreux constructeurs tentent de stimuler la vente de véhicules neufs en offrant un peu de répit aux consommateurs touchés par la crise. Honda et Mazda misent sur des reports de paiement. Pour sa part, Ford paie trois mensualités de financement et en reporte trois autres sur certains véhicules.

>> Pour comparer près de 170 voitures neuves entre elles, consultez le guide Autos neuves de Protégez-Vous

Endettement et équité négative

«Attention à l’endettement et à l’équité négative!, lance George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA). Si les paiements sont reportés de six mois, le terme du prêt passera de 84 à 90 mois. Vous serez lié à une auto qui se dépréciera plus rapidement que le solde sur l’emprunt.»

Le constructeur sud-coréen Kia annule les six premiers paiements pour certains modèles 2020 — dont la Forte et le Sorento — livrés du 1er mai au 1er juin 2020. «Il faut bien comprendre que ce n’est pas un report, explique Frédéric Tremblay, directeur relations publiques et marketing de détail – région de l’Est. On veut donner une pause aux consommateurs en ces temps de crise et de relance économique. Ça peut représenter jusqu’à 4500 $.»

«Les promotions post-COVID pour les autos neuves seront intéressantes jusqu’à ce que les inventaires baissent un peu, probablement jusqu’au mois d’août 2020», croit George Iny. Le retour des véhicules loués, qui devaient être ramenés chez les concessionnaires dans les derniers mois, pourrait toutefois créer un goulot d’étranglement de la demande.

Les acteurs de l’industrie prévoient en outre des retards dans le calendrier de livraison de certains modèles 2020-2021. «Il faudra du temps pour que la chaîne d’approvisionnement reparte, selon les restrictions dans les pays de fabrication», note Patrick Lalande. C’est aussi pourquoi l’APA «recommande de choisir un véhicule en stock, au lieu d’en commander un».

Même à court terme, le courtier automobile souligne que des catégories de véhicules se laisseront désirer. «Je crains vraiment un manque d’approvisionnement. Dans le cas des pick-ups, par exemple, ça sera catastrophique cet été. On n’aura rien avant trois à quatre mois.»

Les voitures d’occasion, les décapotables, les tentes-roulottes et les véhicules récréatifs risquent aussi d’être fort prisés, selon l’APA, qui croit que de nombreux Québécois voudront voyager au Québec et éviter les transports en commun cet été. «Il ne faut pas négliger les inspections, même en contexte de forte demande», avertit George Iny.

Chose certaine, constructeurs et concessionnaires attendent avec impatience le redémarrage des voitures… et par le fait même de leur industrie.

Des mesures sanitaires revues et corrigées

Mise en quarantaine des arrivages, désinfection des véhicules, distanciation physique, échange d’informations sur Internet: la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec, de concert avec la CNESST, a adopté un protocole strict pour faire face à la COVID-19. «L’Ontario et la National Automobile Dealers Association, qui représente 16 000 concessionnaires aux États-Unis, ont fait un copier-coller de notre document, se réjouit Robert Poëti. Depuis trois semaines, le Mexique nous suit aussi.»

À noter que la plupart des concessionnaires permettent les essais routiers, avec un nettoyage complet entre chaque client. Les représentants prennent place à l’arrière du véhicule ou sont simplement absents du trajet. Certains détaillants exigent le port du masque. Les 13 concessions régionales du groupe L'ami Junior vont plus loin : des conseillers munis d'un téléphone intelligent peuvent présenter dans le détail l'intérieur et l'extérieur des véhicules aux clients, avec qui ils échangent en direct. Des bornes en libre-service sont aussi mises à disposition pour que les essais routiers se fassent sans interactions humaines.

​​​​​

>> À lire aussi: Prêt d’auto à long terme: plus cher et plus risqué et 8 trucs de vendeurs d’autos décryptés

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle