Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Adieu, ceintures sous-abdominales!

Par Catherine Mainville-M.
Adieu ceintures sous-abdominales

D’ici septembre 2015, toutes les automobiles fabriquées au pays devront être munies d’une ceinture diagonale pour la place centrale de la banquette arrière. L'objectif: diminuer les risques de blessure, en cas d’accidents.

Cette modification au Règlement sur la sécurité des véhicules automobiles, apportée par Transports Canada en février 2013, permettra d’améliorer la protection des passagers lors des collisions frontales et de réduire ainsi le nombre de décès et de blessures graves sur nos routes. Il ne sera toutefois pas nécessaire de modifier les véhicules plus anciens.

«Dans l’un de ses rapports, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) des États-Unis indique que les ceintures épaulières améliorent la protection des occupants de la banquette arrière par rapport à l’utilisation de la ceinture sous-abdominale», rapporte Karine Martel, porte-parole de Transports Canada.

Risques de blessure

«Le désavantage avec la ceinture sous-abdominale, c’est que le passager a tendance à porter la ceinture sur l’abdomen plutôt que sur les hanches ou à faire du sous-marinage, c’est-à-dire de glisser sous la ceinture lors d’une collision, explique Julien Dufort, ingénieur et associé de recherche pour l’Équipe de sécurité routière de l’école Polytechnique de Montréal. Des blessures internes peuvent alors être infligées, entraînant des hémorragies qui peuvent s’avérer fatales.» Des blessures ou fractures de la colonne vertébrale peuvent également survenir.

Selon Julien Dufort, les enfants seraient les plus susceptibles de subir des blessures associées au port de la ceinture de sécurité au moment d’une collision. «Comme ils sont plus petits, ils ont davantage tendance à glisser sous la ceinture ou à s’avachir, avec pour conséquence de se retrouver avec la ceinture sur le ventre.»

L’expression «syndrome de la ceinture de sécurité» est d’ailleurs utilisée en médecine pour désigner ce genre de blessure. Selon une étude canadienne publiée dans le journal Paediatrics and Child Health, entre septembre 2003 et août 2005, 28 enfants de 2 à 16 ans ont subi à la suite d’une collision des lésions qui pourraient être dues à ce syndrome. Sept d’entre eux sont devenus paraplégiques.

Aussi appelée ceinture-baudrier, la ceinture épaulière a l’avantage de mieux stabiliser le corps lors d’une collision. «Elle permet d’éviter la projection du haut du corps vers l’avant et, par conséquent, empêche la tête d’aller heurter un siège ou tout autre objet de l’habitacle, explique Julien Dufort. Elle assure également une meilleure répartition de la force de l’impact entre les hanches, le thorax, le sternum et l’épaule.» Si la ceinture diagonale peut renforcer la sécurité des adultes comme celle des enfants, il demeure primordial que les passagers aient la taille requise et que la ceinture soit portée de façon adéquate.

À l’instar des États-Unis

En imposant l’installation de la ceinture épaulière pour la place centrale de la banquette arrière, le Canada uniformise ses normes de sécurité à celles des États-Unis, où cette mesure est en place depuis 2005. «Cette décision est conforme aux objectifs du Conseil Canada-États-Unis de coopération en matière de réglementation annoncés en février 2011», précise Karine Martel. Cette mesure permettra notamment de faciliter le commerce transfrontalier de véhicules neufs.

Julien Dufort n’y voit pas une grande nouveauté. «Nous savons depuis longtemps que la ceinture-baudrier est plus sécuritaire. D’ailleurs, depuis le début des années 2000, la plupart des véhicules fabriqués au Canada sont munis d’un tel dispositif. Toutefois, conclut-il, comme cette mesure est enchâssée dans la loi, les fabricants ne pourront plus faire marche arrière.»

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.