Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Zellers corrige une promotion trompeuse

Par Stéphanie Perron
Zellers corrige une promotion trompeuse

Les magasins Zellers ont fait miroiter à leurs clients des cartes-rabais de 10 $ dont les conditions d’utilisation n’étaient pas clairement mentionnées dans les publicités.

Photo: Zellers

Zellers a séduit ses clients en leur offrant une carte-rabais de 10 $ à l’achat du film Avatar en format DVD ou Blu-Ray. Les modalités d’utilisation de cette carte exigeaient un achat supplémentaire d’au moins 50 $.


Or, cette condition ne figurait nulle part dans les dépliants promotionnels de la compagnie; les consommateurs en prenaient connaissance lorsqu’ils passaient à la caisse pour payer le film.

Non seulement cette façon de faire ne permet pas aux gens de prendre une décision éclairée, mais elle constitue un «désavantage concurrentiel injuste» pour les autres entreprises, croit le Bureau de la concurrence.

En réponse aux réprimandes de l’organisme fédéral, les magasins Zellers ont reporté au 6 août 2010 la date d’expiration de la carte-rabais. Cette modification demeure néanmoins incommodante, car cette date était initialement fixée au 9 mai dernier, soit il y a un mois et demi.

C’est donc dire que plusieurs consommateurs ont déjà utilisé leur carte. Bon nombre d’entre eux ont probablement dépensé plus que prévu pour s’en prévaloir.

Quoi qu’il en soit, les personnes qui présenteront la carte OU un reçu de caisse du film Avatar acheté entre le 22 et le 24 avril recevront un bon-rabais de 10 $ applicable en magasin, et ce, sans achat minimum requis. Or, combien d’entre eux auront conservé leur reçu de caisse?

Des avis correctifs seront diffusés dans les magasins Zellers, sur le site Web de l’entreprise, dans ses dépliants publicitaires et dans les grands quotidiens.

Pas la première infraction

Ajoutons à cela le fait que la succursale de Saint-Antoine-des-Laurentides a récemment écopé d’une amende de 16 010 $ pour avoir enfreint la Loi sur la protection du consommateur en 2008.

Rappelons que les commerçants ont deux options pour indiquer le prix de leur marchandise: soit ils apposent une étiquette sur tous leurs produits, soit ils indiquent les prix sur les tablettes. Or, le Zellers de Saint-Antoine-des-Laurentides n’avait pas respecté cette règle.

Enfin, de nouvelles règles pour les cartes prépayées

Dès aujourd’hui, la Loi sur la protection du consommateur impose de nouvelles règles entourant les conditions d’utilisation des cartes prépayées.

Avantageuses pour les consommateurs, ces règles concernent notamment les cartes-cadeaux de magasins, les cartes qui permettent d’acheter de la musique en ligne, les cartes de centres commerciaux, les cartes qui permettent d’obtenir un bien ou un service déterminé (massage, etc.), les cartes prépayées pour les cellulaires, les cartes d’appels interurbains et les cartes prépayées de type «Carte-cadeau Vanilla MasterCard».

Attention: les nouvelles règles concernent uniquement les cartes prépayées achetées par les consommateurs, et non les cartes offertes «en prime», comme c’est le cas de la carte-rabais de Zellers.

Dorénavant, aucune date d’expiration ne sera permise, sauf dans le cas des cartes pour les cellulaires. Si vous possédez déjà une carte-cadeau dont la date d’expiration est le 30 juin 2010 ou plus tard, cette date de péremption ne s’applique plus! Si toutefois vous possédez une carte prépayée pour cellulaire, la date d’expiration continuera de s’appliquer.

Auparavant, les consommateurs devaient parfois faire un achat supérieur au montant de leur carte prépayée, car certains commerçants ne leur remboursaient pas le solde qui restait sur la carte. Désormais, il devront le faire lorsque ce montant sera de 5 $ ou moins. Exception: les cartes prépayées pour les cellulaires et celles de type «Carte-cadeau Vanilla MasterCard».

Pour savoir de quelle façon les modifications à la loi vous toucheront, consultez notre article sur la réforme de la Loi sur la protection du consommateur.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Jean-Guy Larocque
    05 Janvier 2012

    L'abus ou "présentation trompeuse" (par excès ou par omission) est pratique courante en marketing. Les champions toutes catégories étant probablement les bières et les jeux. L'omniprésence de cette pratique permet d'accorder à Zeller's le bénéfice du doute ; ça peut tout aussi bien être une erreur qu'une omission volontaire ou, plus probablement, un peu des deux. Généralement, je suis très satisfait quand je magazine chez Zeller's.
    On peut voir un erreur ou présentation semblable dans l'article ci-dessus. Le titre parle de "Les magasins Zeller's" puis intitule un paragraphe "Pas la première infraction". Ce qui laisse à penser que "Les magasins Zeller's" n'en sont pas à leur première infraction. Or ce paragraphe parle de UN magasin Zeller's (la succursale de Saint-Antoine-des-Laurentides) a commis UNE infraction en 2008. Ici aussi il y a présentation quantitativement faussée.

     1
    journalist
    Par Stéphanie Perron de Protégez-Vous
    05 Janvier 2012

    En fait, l'infraction du magasin de Saint-Antoine-des-Laurentides est la plus récente. Le Zellers situé sur le chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal a lui aussi déjà enfreint la Loi sur la protection du consommateur, de même que celui de Saint-Eustache et celui de Place Longueuil à Longueuil (amendes respectives de 16 010 $, 2 620 $ et 2 010 $).

     1
  • Par ANDRÉ LORTIE
    05 Janvier 2012

    ZELLERS - Ce n'est d'ailleurs pas la seule façon dont Zellers trompe les clients. Par exemple, lorsque je me suis présenté pour acheter un article (fer à repasser) annoncé par dépliant à ±50% de rabais, la préposée a simplement dit qu'ils en avaient reçu 4 dans leur succursale... Ce n'est à mon sens qu'une forme bénigne de malhonnêteté mais c'en est.