Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Retours, échanges et remboursements : renseignez-vous avant d’acheter en ligne

Par Alain McKenna
achat-en-ligne

Forcés de fermer, de vendre leurs produits uniquement en ligne ou de fonctionner à effectifs réduits, les commerçants québécois ont dû revoir leurs politiques sur les échanges, les retours et les remboursements de marchandises. Assurez-vous de les consulter avant d’acheter un produit susceptible de ne pas faire l’affaire!

Si vous n’êtes pas certain que les produits que vous souhaitez acheter vont vous satisfaire, la meilleure solution est de vous informer sur la politique du détaillant concernant les retours avant de payer votre panier. On trouve généralement la politique des détaillants en quelques clics sur leur site web, ou on peut la demander au service de soutien à la clientèle, soit par clavardage sur le site web, soit sur une page Facebook du détaillant; sinon, décrochez le téléphone.

Cette démarche est nécessaire, car la politique des détaillants a changé depuis le début de la pandémie.

Walmart Canada, par exemple, a sévèrement resserré ses règles sur les retours de marchandise. Le nombre d’articles qui peuvent être retournés a été limité et tout ce qui a été acheté après le 1er juin 2020 ne sera pas repris si le client ne présente pas le reçu de son achat. Walmart a carrément cessé d’accepter le retour de certains articles, comme les vêtements d’hiver, les matelas, les casques d’écoute et divers appareils électroniques.

Quels sont vos recours?

Dans certains cas, vous avez tout de même des recours, mais il faudra être patient, indique l’Office de la protection du consommateur.

«Le consommateur pourrait se trouver dans l’impossibilité d’effectuer le retour ou l’échange d’un bien dans le délai prévu par la politique d’un commerçant en raison des mesures adoptées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie. Dans ce cas, il pourrait invoquer qu’il s’agit d’une situation de force majeure pour faire valoir le droit d’effectuer ce retour ou cet échange lorsque cela sera à nouveau possible, si l’achat a été effectué avant l’annonce de ces mesures», explique Charles Tanguay, porte-parole de l’organisme.

Vous pourrez aussi invoquer l’exigence de bonne foi et faire valoir au commerçant qui prévoit une politique de retour ou d’échange qu’il doit permettre au consommateur d’en bénéficier, ajoute M. Tanguay.

Cela dit, si le délai pour effectuer le retour ou l’échange arrive à échéance après la réouverture des magasins, il risque de ne pas être prolongé du nombre de jours équivalant à la durée de la fermeture une fois l’échéance atteinte. Pour un bien acheté en ligne qui peut être retourné par service postal ou de livraison, les délais demeurent également inchangés, indique l’OPC. 

Dans le cas d’un bien défectueux, si les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie rendaient impossible l’exécution de la garantie applicable à ce bien, le consommateur pourrait invoquer qu’il s’agit d’une force majeure pour faire valoir ses droits. L’OPC conseille d’aviser le commerçant ou le fabricant de la défectuosité dès qu’elle survient, pour éviter les problèmes une fois qu’il sera possible d’effectuer le retour.

>> À lire aussi: Tout savoir sur le retour, l’échange ou le remboursement d’un produit et Comment prévenir les vols de colis

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.