Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Partis fédéraux : achetez maintenant… payez plus tard ?

Par Jean-François Gazaille
elections-federales

La campagne électorale fédérale a donné lieu jusqu’ici à des débats musclés et à quelques controverses, parfois au détriment de bonnes idées susceptibles d’affecter directement votre pouvoir d’achat et vos choix de consommation. Voyons quelques-unes de ces promesses vaguement évoquées ou sagement assoupies dans les programmes politiques.

Habitation

Tous les partis¹ courtisent l’électorat échaudé par la crise immobilière. Et tous militent, à quelques nuances près, pour un financement massif des logements sociaux. Mais plusieurs souhaitent également faciliter l’emprunt hypothécaire, surtout pour les acheteurs d’une première propriété.

« Dans le contexte nord-américain, c’est l’accès à la propriété qui fait rêver. On n’a pas cette tradition de logement social comme en Europe, déplore Paul Morin, professeur à la Faculté de travail social de l’Université de Sherbrooke. Ici, on considère que les HLM et les coops, c’est pour les ménages pauvres. »

S’il était porté au pouvoir, le Nouveau Parti démocratique (NPD) réinstaurerait une période d’amortissement de 30 ans sur les prêts assurés par la SCHL. Le Parti conservateur (PC) préconiserait des termes de sept à dix ans et rehausserait le seuil d’admissibilité à l’assurance hypothécaire de la SCHL.

L’équipe libérale de Justin Trudeau qui, à l’instar de celle de Jagmeet Singh (NPD), promet d’augmenter le crédit d’impôt pour l’achat d’une première maison, permettrait aussi l’ouverture d’un compte d’épargne habitation libre d’impôt (plafonné à 40 000 $). Pour endiguer la spéculation, le Parti libéral (PLC) envisage une taxe sur la revente dans un délai de 12 mois.

Toutes les mesures visant à faciliter l’achat d’une résidence peuvent avoir un effet pervers, prévient cependant Jean-François Rouillard, professeur d’économie à l’Université de Sherbrooke. « C’est une bonne chose d’aider les acheteurs d’une première maison, mais, si ce n’est pas ciblé, ça peut relancer les prix à la hausse. » 

En outre, ces programmes qui font miroiter la construction à grande échelle de logements sociaux et de maisons neuves font abstraction de la pénurie de main-d’œuvre actuelle qui crée une pression sur les coûts. « Ça ne changerait rien, même si l’offre de travailleurs augmentait de 2 ou 3 %. »

Soutien au revenu

L’autre champ d’intervention qui intéresse à peu près également les quatre grands partis est celui du soutien au revenu. 

Tous appellent une réforme, légère ou profonde, du programme d’assurance-emploi, notamment en faveur des travailleurs autonomes, saisonniers ou gravement malades. Le PC songe même à une sorte de « super assurance-emploi » en cas de récession. 

Un gouvernement dirigé par Erin O’Toole (PC) doublerait le Supplément pour invalidité (de 713 à 1 500 $), de même que l’Allocation canadienne pour les travailleurs (maximum de 2 800 $ pour les particuliers et de 5 000 $ pour les familles).

Les retraités ne sont pas en reste. Le Bloc québécois (BQ) veut bonifier de 110 $ par mois la Pension de la sécurité de vieillesse, tandis que le PLC ferait passer de 500 à 750 $ le montant du Supplément de revenu garanti tout en ramenant l’âge de la retraite de 67 à 65 ans.

Environnement

Dans sa lutte aux changements climatiques, le Parti vert manie la carotte et le bâton : il s’engage à subventionner l’achat de véhicules écoénergétiques et à interdire l’achat de véhicules équipés d’un moteur à combustion d’ici 10 ans.

Le PC exigerait que 30 % des véhicules légers vendus au Canada soient à émission nulle d’ici 2030. Le PLC veut plutôt que ce soit la moitié de tous les véhicules vendus au Canada d’ici 2030, puis la totalité d’ici 2035. Quant au NPD, il faciliterait l’achat d’un véhicule zéro émission en l’exonérant de la TPS et en le subventionnant s’il a été construit au pays. 

Jesse Caron, expert automobile chez CAA-Québec, accueille favorablement ces propositions, mais rappelle que le parc de véhicules au pays est encore constitué à 95 % de voitures et de camionnettes à essence. « L’échéance de 2035 est peut-être trop courte. C’est sans doute jouable si on met dans l’équation les véhicules hybrides rechargeables et les voitures électriques. »

La lutte aux déchets en plastique, sur papier du moins, préoccupe le NPD, le PC et le PLC. Les deux premiers veulent en prohiber l’exportation, tandis que le PLC exigerait que tous les emballages en plastique soient fabriqués avec 50 % de plastique recyclé d’ici 2030. Les néo-démocrates interdiraient les plastiques à usage unique.

Enjeux marginalisés

Malgré la popularité accrue du télétravail, les plateformes des partis font peu de cas de l’accès à des services de télécommunications plus abordables. Le PC miserait simplement sur une concurrence accrue en ouvrant le marché canadien aux opérateurs étrangers. Le NPD, plus interventionniste, voudrait plafonner les tarifs au niveau de la moyenne mondiale.

L’obsolescence programmée, enjeu de taille pour les consommateurs, ne semble intéresser que le NPD et le Bloc, lequel entend déposer un projet de loi visant à endiguer cette stratégie commerciale.

Enfin, le programme du Bloc est le seul à vouloir raviver le débat sur l’agroalimentaire : il réclame l’étiquetage des aliments transgéniques et un plan de traçabilité des produits de la mer.

 

¹ Puisque certains programmes proposés par l’un ou l’autre des partis fédéraux pancanadiens, comme l’assurance médicament et le réseau de services de garde à 10 $, existent déjà au Québec, nous n’avons pas jugé utile de les évoquer. Par ailleurs, la plupart des propositions inscrites dans le programme du Parti vert sont d’ordre général ; nous n’avons donc retenu que celles qui étaient vraiment ciblées. 

>> À lire aussi : Poissons toujours mal identifiés : à quand une meilleure traçabilité ?

 

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par DANIEL RATTÉ
    16 Septembre 2021

    J'aime ce que le Bloc ⚜️ propose et, dans un contexte de gouvernement probablement minoritaire, il aura la balance du pouvoir 💪🏼💪🏽 nécessaire pour les faire intégrer dans les lois.