Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Non, vous ne pouvez pas demander la PCRE pendant la relâche

Par Marie-Eve Shaffer
relache-scolaire

Vous pensez réclamer la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) pour proches aidants pendant la semaine de relâche, histoire de ne pas faire souffrir votre compte en banque pendant que vous divertissez votre enfant? Sachez que vous n’y avez pas droit.

«Les fermetures régulières durant la semaine de relâche ne rendent pas les travailleurs admissibles à la Prestation de la relance économique pour proches aidants», indique la porte-parole d’Emploi et développement social Canada, Marie-Ève Sigouin-Campeau, dans un échange de courriels.

La PCRE pour les proches aidants est offerte aux parents qui doivent prendre soin de leur enfant âgé de moins de 12 ans à la suite de la fermeture de la classe, de l’école ou de la garderie en raison d’une éclosion de COVID-19, explique Mme Sigouin-Campeau. Ils reçoivent des prestations de 450 $ par semaine – après les retenues d’impôt – pendant 26 semaines tout au plus.

La seule raison pour laquelle un parent pourrait réclamer la PCRE pendant la semaine de relâche serait si l’enfant a attrapé le virus ou s’il doit demeurer confiné. Ceux dont l’enfant ne peut pas fréquenter la garderie ou l’école car il risque de développer des complications graves s’il contracte la COVID-19 peuvent aussi recevoir des prestations.

Pour être admissible à la PCRE pour proches aidants, vos revenus doivent avoir chuté d’au moins 50 % pendant la semaine où vous veillez sur votre enfant.

Une seule personne par ménage peut demander la PCRE pour proches aidants.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.