Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les Québécois dépensent moins depuis le début de la pandémie

Par Marie-Eve Shaffer
magasinage

La pandémie de COVID-19 a freiné les ardeurs des consommateurs québécois. Près de la moitié d’entre eux ont fait moins d’achats depuis le début de la crise sanitaire, d’après le Baromètre 2020 de la consommation responsable publié cette semaine.

«Quand les magasins ont fermé et que les heures d’ouverture ont été réduites, il y a eu une réflexion chez les consommateurs. Ils ont reconfiguré leur mode de vie, ce qui a fait en sorte que des postes budgétaires sont devenus moins nécessaires», explique Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la consommation responsable qui est à l’origine du Baromètre.

Les Québécois ont eu moins envie de magasiner (77,4 %) et, quand ils l’ont fait, ils ont réalisé que plusieurs de leurs achats étaient superflus (53,8 %) ou ils ont décidé, par conviction, de réduire leur consommation (54,8 %), indique le Baromètre 2020 de la consommation responsable – Édition spéciale Vigie Conso COVID-19.

L’engouement pour le «fait maison»

Les consommateurs ont plutôt cuisiné (77,3 %), jardiné (40,6 %), appris à faire de nouvelles choses (38,2 %), en plus de réparer des objets (38,2 %), rénover (33,2 %) et bricoler (31,6 %).

«Depuis le déconfinement, les gens ont eu moins de temps, mais les pratiques ‘’fait maison’’, qui se sont installées pendant le confinement, ont continué de progresser. Ces pratiques augmentaient depuis quelques années, mais la pandémie a été un accélérateur», souligne M. Durif, qui est aussi professeur titulaire au département de marketing de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

L’Observatoire de la consommation responsable précise que les ménages ne se sont pas adonnés à ces activités DIY (Do It Yourself – Fais-le toi-même) parce qu’ils avaient plus de temps, mais pour des «motivations écologiques, économiques et hédoniques».

La consommation locale préconisée

En développant leurs habiletés, les consommateurs se sont davantage intéressés à l’origine des produits et aux entreprises qui les fabriquent, selon Fabien Durif. Résultat: l’achat local a gagné en popularité.

Les Québécois ont favorisé la consommation locale dans une proportion de 72,5 %, une augmentation de 2 % par rapport à l’an passé. Cette tendance à la hausse touche particulièrement l’industrie agroalimentaire: 66,8 % des répondants ont acheté régulièrement des produits locaux, soit 10 % de plus qu’en 2019.

Le site internet Le Panier Bleu, lancé au printemps par le gouvernement du Québec pour promouvoir les produits et les commerces de la province, a profité de cet engouement. Un Québécois sur cinq a consulté la plateforme web pour s’informer sur les entreprises locales (20,8 %) ou trouver un article fabriqué ici (19,1 %), rapporte le Baromètre de la consommation responsable.

«C’est rare d’avoir un outil qui atteint cette notoriété en si peu de temps», mentionne Fabien Durif.

Des achats réfléchis

Les Québécois ont aussi porté une attention particulière au montant de leurs achats. Ils ont comparé les prix des produits (73,3 %) et ceux affichés dans plusieurs commerces (65,9 %). Ils ont préféré attendre des rabais (64,4 %) ou se tourner vers des articles plus abordables (62,7 %). Les marques maison ont également eu la cote chez 59,9 % des consommateurs.

Les Québécois ont-ils ressenti davantage de nervosité en raison de leurs finances? En fait, 47,3 % des répondants ont affirmé que leur pouvoir d’achat avait diminué pendant la pandémie et 34,1 % se sont dits stressés par rapport à leurs finances. Une différence d’au plus 1,5 % par rapport à l’an dernier.

«La situation n’a pas bougé», s’étonne Fabien Durif, en soulignant que les études internationales démontrent au contraire une hausse de l’anxiété découlant de difficultés financières.

Des changements durables?

La pandémie de COVID-19 a bouleversé les habitudes de consommation des Québécois, mais ces changements se maintiendront-ils quand un retour à la normale sera envisageable?

«Après neuf ou dix mois, les habitudes commencent à s’ancrer et elles continuent à se développer, avance M. Durif. Quand on sortira de la pandémie, ça ne veut pas dire que 100 % des citoyens vont continuer, mais une bonne partie d’entre eux vont garder ces habitudes.

Palmarès des marques perçues comme étant responsables et authentiques pendant la pandémie de COVID-19 :
 

  1. Metro
  2. IGA
  3. Tim Hortons
  4. Cascades
  5. Desjardins
  6. Maxi
  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.