Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les «cash mobs» prennent d’assaut les commerces locaux

Par Stéphanie Perron
Les cash mobs prennent dassaut les commerces locaux

Inspirées par les «flash mobs», voici maintenant les «cash mobs»: une nouvelle façon de magasiner qui se répand à travers le pays.

On connaissait les flash mobs, ces événements qui rassemblent un groupe de personnes effectuant une action convenue à l’avance dans un lieu public (cesser de bouger pendant une minute, par exemple), pour ensuite se disperser rapidement.

Une cash mob, c’est la version «magasinage» de ces mobilisations éclair. Le principe est simple: les participants se donnent rendez-vous à une date et à une heure précises afin de dépenser dans un commerce indépendant choisi à l’avance. Le but? Encourager les commerçants locaux et soutenir les entreprises indépendantes. Ce faisant, trois règles s’imposent: dépenser 20 $ dans le magasin choisi, faire la rencontre de trois nouvelles personnes et, évidemment, avoir du plaisir.

De Buffalo à Victoria

La première cash mob a eu lieu à Buffalo, aux États-Unis, en août 2011, mais la mobilisation ayant propulsé le phénomène est celle de Cleveland, où 40 personnes, en novembre 2011, ont pris d’assaut une librairie locale.

«Nous organisons de tels événements parce que nous croyons fermement que les établissements locaux sont la colonne vertébrale de notre communauté et de notre économie. Nous voulons soutenir les magasins dont les propriétaires vivent dans nos communautés, qui emploient des gens de nos communautés et qui font circuler l’argent dans nos communautés», a expliqué à Protégez-Vous l’organisateur de la cash mob de Cleveland, Andrew Samtoy.

Ce dernier évalue qu’environ 200 cash mobs ont eu lieu depuis qu’est né le phénomène, surtout aux États-Unis, mais aussi dans quelques villes canadiennes dont Calgary, Victoria et Regina.

«Une dizaine de personnes seulement se sont présentées à la nôtre – le commerçant serait probablement surpris d’apprendre qu’une cash mob a eu lieu dans son magasin! –, mais nous organisons un autre événement le 19 avril prochain», ajoute l’organisateur de la mobilisation de Calgary, Jocelyn Campbell, en précisant que celles de Victoria connaissent quant à elles un véritable succès.

Des groupes se forment ailleurs au Canada, notamment à Winnipeg, Edmonton, Toronto et Saint John, au Nouveau-Brunswick. Les cash mobs se propagent également au Royaume-Uni, en Australie, en Suède et en Corée du Sud. Le phénomène a d’ailleurs fait l’objet d’un reportage sur la chaîne de télévision américaine CNN en février 2011.

Dépenser et s’amuser

Les mobilisations sont autonomes, mais le blogue Cash Mobs d’Andrew Samtoy en regroupe un grand nombre. M. Samtoy recommande de respecter quelques règles de base lorsqu’on organise un rassemblement éclair, par exemple choisir un établissement local et obtenir l’autorisation du commerçant, déterminer un lieu de rencontre sans mentionner le nom du magasin, annoncer l’événement une semaine à l’avance sur Twitter et – bien sûr! – inviter les «cash mobbers» à se réunir pour prendre un verre après l’événement.

Sur Twitter, les groupes canadiens comme @CashMobsSJNB, @cmtdot et @CashMobsYYC se multiplient, de même que sur Facebook par le biais des pages comme Cash Mob Winnipeg, Cash Mob Edmonton, Regina Cash Mob et 12 Days of Christmas – CASH MOB!

Pour en savoir plus: entrevue radio avec l’organisateur de la cash mob de Cleveland (en anglais) et entrevue télé avec l’organisatrice de la cash mob de Victoria (en anglais, voir à 1:40)

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

  • Par Robert Bourgault
    15 Mars 2012

    Quel est le risque de vol à l'étalage lors d'évènements du genre?
    Vingt personnes se présentent, au même moment, dans un petit commerce avec peu d'employés. Les conditions idéales pour une série de vols à l'étalage. L'idée originale est bonne mais!
    Robert

     5
    Par Dario Iezzoni
    04 Janvier 2013

    La vie est pleine de risques. Toutefois, ce risque spécifique, s'il se réalise, sera amplement compensé par l'impact positif sur les ventes du commerce indépendant et par le fait que la petite communauté qui se sera déplacée en parlera autour d'elle.

    C'est une idée formidable autant pour sensibiliser à l'appui aux détaillants indépendants qu'à l'achat de produits responsables !

     21
    journalist
    Par Stéphanie Perron de Protégez-Vous
    03 Janvier 2013

    Le point soulevé par M. Bourgault est intéressant, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle les règles suggérées sur le blogue Cash Mobs recommandent d'obtenir le consentement du commerçant avant d'annoncer l'événement. Celui-ci peut alors décider s'il désire accueillir ou non l'événement et, si nécessaire, prévoir davantage d'employés cette journée-là.

     18
  • Par BRYAN BENOIT
    03 Janvier 2013

    Voici un article en lien avec le commentaire de Mr Robert Bourgault: http://www.journalmetro.com/monde/article/1113796--le-cote-sombre-des-flash-mobs

    Aussi, je me demande bien c'est quoi le but de se retrouver 20-30 personnes tous en même temps dans un commerce : Faire la file tous ensemble à la caisse pour payer ?!?!

     3