Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Les «assurances inondations», oui, ça existe

Par Catherine Crépeau

Des milliers de sinistrés devront payer une partie des dommages causés par la montée des eaux. Pourtant, il existe une assurance contre les inondations entraînées par des cours d’eau qui débordent, comme c'est le cas en ce moment au Québec et en Ontario.

Les polices d’assurance de base couvrent généralement les dommages liés à des dégâts d’eau, comme le bris d’une conduite d’eau publique, mais excluent ceux associés aux inondations provoquées par le débordement d’un cours d’eau, comme celles qui sévissent dans plusieurs régions de la province en ce moment. Les propriétaires touchés par la montée des eaux des derniers jours risquent donc d’avoir à défrayer une bonne partie de la facture des travaux visant à réparer les ravages causés à leur résidence et à leur terrain. À moins d’être parmi les rares à posséder une «assurance inondation».

Protection contre la crue des eaux

Ces «assurances inondations» couvrent les dommages causés par les eaux de surface. On parle ici d’un cours d’eau – rivière, fleuve, lac – qui déborde et qui s’infiltre par la porte ou la fenêtre d’une résidence. Elles ont vu le jour au Canada à la suite des inondations qui ont ravagé l’Alberta et Toronto à l’été 2013. Depuis la mi-mars 2017, quelques assureurs, dont Desjardins, permettent aux Québécois d’ajouter un avenant à la protection couvrant les infiltrations et les dégâts d’eau.

Pour évaluer le risque qu’une inondation touche votre maison, les assureurs utilisent, entre autres choses, la cartographie des zones inondables réalisée par les gouvernements. Si vous habitez près d’un cours d’eau, mais hors des zones régulièrement touchées par la montée des eaux, vous devriez pouvoir profiter d’une telle assurance. Par contre, si votre demeure est construite dans une zone jugée critique ou si l’eau y est déjà entrée à plusieurs reprises, vous pourriez ne pas être assurable. Reste à voir comment les assureurs appliqueront cette règle, notamment pour les sinistrés de cette année!

>> À lire aussi: Inondation, dégât d’eau, débordement… Vérifiez si vous êtes couvert!

Un coup de pouce du gouvernement *

Les propriétaires qui ne sont pas assurés contre les inondations ne sont pas totalement livrés à eux-mêmes. Ils peuvent profiter des programmes d’aide mis sur pied par Québec. Le montant qu’ils recevront sera probablement moins élevé que celui qu’ils auraient reçu d’un assureur, puisque ce dernier vise à rétablir la situation telle qu’elle était avant l’inondation, alors que le gouvernement compense les pertes pour assurer un retour à la vie normale. Voici les grandes lignes du programme.

Une partie de l’aide gouvernementale est allouée pour remplacer les biens meubles, comme les électroménagers et le mobilier. Un autre montant est accordé pour les travaux qui doivent être exécutés rapidement pour rendre la résidence sécuritaire pour ses habitants, comme l’aspiration de l’eau et le nettoyage. 

Le gouvernement rembourse ensuite 90 % des dommages qui sont admissibles, comme les dommages aux fondations, à l’isolation, aux fenêtres, à la plomberie, au réseau électrique ou à la finition de la maison, pour un maximum de 200 000 $, incluant un maximum de 5 000 $ pour l'aménagement paysager. Un plafond de 200 000 $ est fixé pour le remboursement aux propriétaires de maisons considérées comme une perte totale. Une somme à laquelle peut s'ajouter jusqu'à 50 000 $ pour la valeur du terrain si le propriétaire décide de s'installer ailleurs. Pour les entreprises, le plafond pour les biens essentiels est de 265 000 $. Et une allocation pouvant atteindre 60 000 $ peut être versée pour la démolition de l'entreprise ou le rachat du terrain en cas de relocalisation.

À noter que les propriétaires qui ont mis temps et argent pour protéger eux-mêmes leur maison sont en partie récompensés. Le gouvernement rembourse les matériaux achetés pour cet usage jusqu’à concurrence de 5 000 $. Pour les entreprises, le plafond est de 8 000 $. 

>> À lire aussi: Tous nos articles sur les assurances

Voiture et autres frais

Même sans assurance inondations, vous pourriez avoir droit à des indemnités pour vos frais de logement et de subsistance en cas d’évacuation de votre domicile. Ces frais peuvent être pris en charge pour une période de 15 ou 30 jours, selon votre police. Prenez le temps de consulter votre assureur ou votre courtier. Vous pourriez ainsi recevoir davantage qu’avec le programme d’aide gouvernemental, qui verse 20 $ par jour pour chaque personne évacuée, à compter du quatrième jour.

Vous serez aussi couvert pour votre voiture inondée si vous avez un de ces trois types de polices: tous risques, avec protection accident sans collision ni versement, avec protection pour risques spécifiés.

Inondations du printemps 2017
 
Les autorités donnent des séances d’information publique pour présenter aux sinistrés les sommes auxquelles ils ont droit pour leur domicile. Les prochaines ont lieu à Laval le jeudi 11 mai 2017, à Boisbriand le 13 mai, à Pontiac le 15 mai et à Deux-Montagnes le 17 mai. Le lendemain de ces rencontres, des agents du gouvernement pourront les aider à remplir leur déclaration d’aide financière.

* MISE À JOUR: cinq jours après la publication de notre article, des changements ont été apportés au programme. Nous avons donc modifié le texte pour y ajouter les nouveaux montants.

Lire l'article
La RBQ veut mieux protéger les Québécois : trop peu trop tard ?

Avec les nombreuses histoires d’horreur liées à la construction et à la rénovation et les critiques de la vérificatrice générale du Québec envers la Régie du bâtiment (RBQ), vous êtes en droit d’être méfiant si vous vous apprêtez à acheter une maison neuve ou à faire des travaux. Et ce, malgré les promesses de l’organisme d’améliorer sa gestion des licences d’entrepreneurs et le soutien aux propriétaires.

Lire l'article
Construction : doit-on imposer des inspections de chantier ?

Imposer la surveillance de tous les chantiers de construction et de rénovation est-elle la réponse aux histoires d’horreur qui laissent les propriétaires devant des travaux mal exécutés, des maisons inachevées ou des entrepreneurs en faillite ? Pour plusieurs, la réponse est oui. Et il faudrait agir dès maintenant.

Lire l'article
Les garages manquent de main d’œuvre et de pneus d’hiver

Si vous n’avez pas encore pris rendez-vous pour chausser votre véhicule de ses pneus d’hiver en prévision de la date limite du 1er décembre, faites vite : les garages manquent d’installateurs et les stocks de pneus sont en baisse.

Lire l'article
Québec se prépare pour la saison de la grippe

Le virus de l’influenza a été très peu présent au Québec en 2020. Est-ce que ce sera encore le cas cette année ? Les autorités de santé publique demeurent à l’affût et préparent la campagne de vaccination annuelle pour le 1er novembre.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.