Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

La consommation responsable est-elle encore à la mode?

Par Rémi Leroux

Le Baromètre 2016 de l’Observatoire de la consommation responsable vient de paraître. Voici les principales tendances cette année.

Les milléniaux prennent la relève! C’est l’enseignement majeur à tirer du Baromètre de la consommation responsable 2016: les Québécois de 18-24 ans occupent désormais la première place «des groupes d’âge les plus responsables». Une première depuis la création du baromètre en 2010, selon Fabien Durif, directeur de l’Observatoire de la Consommation responsable (École des sciences de la gestion – UQAM).

«Les années précédentes, ce sont les consommateurs les plus âgés, ceux de 65 ans et plus, qui avaient l’indice de consommation responsable (ICR) le plus élevé. Désormais, les 18-24 ans occupent le haut du tableau», précise Fabien Durif. L’ICR mesure, année après année, la croissance de la consommation dans les pratiques des citoyens.

Déconsommation, transport durable et conso collaborative

Ce rajeunissement ne surprend pas le responsable de l’Observatoire. Plusieurs raisons pourraient expliquer ce phénomène, notamment «le fait que les efforts de sensibilisation face aux problèmes environnementaux effectués durant le parcours scolaire de ces jeunes commencent à porter leurs fruits», suggère-t-il. 

>> À lire aussi sur notre site : Plus de 180 façons d’échanger des biens ou des services

Fait intéressant: l’âge des individus influence le type de comportement responsable adopté par ceux-ci. Ainsi, les 65 ans et plus ont davantage tendance à consommer localement et à recycler leurs déchets. Du côté des milléniaux, les comportements responsables se manifestent surtout par une réduction volontaire de la consommation (la déconsommation), l’utilisation du transport durable et la consommation collaborative.

Faibles revenus et revenus élevés

Ces comportements sont également influencés par la situation financière et professionnelle des consommateurs, constate le chercheur: moins les revenus sont élevés, plus on cherche des solutions de rechange aux modes traditionnels de consommation.

Le Baromètre révèle que les ménages ayant les tranches de revenus extrêmes (les plus nantis et les moins bien nantis) présentent un niveau d’implication plus élevé que les autres en matière de consommation responsable.

Par ailleurs, «les 18-25 ans sont de plus en plus actifs dans certains comportements d’achat, notamment l’achat de produits écologiques et équitables, qui sont quand même des catégories de produits assez chères, constate Fabien Durif. Il y aurait ici une forme d’engagement, un choix indépendant des niveaux de revenus». Des tendances qui devront toutefois être confirmées dans les prochaines années.

Habitations écologiques: ce n’est pas gagné!

Le Baromètre 2016 de la consommation responsable s’est intéressé cette année aux critères les plus importants pris en compte par les consommateurs lorsque vient le temps de choisir leur prochaine demeure (achat ou location). Les critères tels le prix, l’état de la propriété, l’emplacement, le montant des taxes, la proximité des services et la superficie sont encore beaucoup plus importants que les caractéristiques écologiques comme la faible consommation énergétique, les matériaux à faible impact environnemental, les matériaux de construction locaux et la certification LEED.

«En théorie, les caractéristiques écologiques d’un logement intéressent quasiment tous les citoyens, mais elles demeurent largement secondaires au moment de faire un choix», analyse Fabien Durif. Qu’est-ce qui pourrait inciter les consommateurs à passer à l’action et à envisager ces options en priorité? «Cela prendrait probablement davantage d’incitatifs et des politiques publiques qui encouragent les consommateurs dans leurs choix», conclut le chercheur.

Les 9 comportements responsables les plus pratiqués en 2016
 
1. Recyclage
2. Déconsommation
3. Consommation locale
4. Protection des animaux
5. Protection de l’environnement
6. Consommation citoyenne
7. Compostage
8. Transport durable
9. Consommation collaborative

Lire l'article
Compostables et biodégradables : un casse-tête pour les consommateurs

Les produits dits compostables, biodégradables ou réutilisables semblaient la solution de remplacement pour les plastiques, mais un rapport coproduit par Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et la firme d’experts-conseils Solinov constate que, trop souvent, ces appellations ne remplissent pas leurs promesses et rendent complexe le tri des matières recyclables et compostables.

Lire l'article
Impôts 2020 : Québec accorde un délai, mais pas Ottawa

Revenu Québec vous accorde un mois de plus pour produire sans pénalité votre déclaration de revenus pour 2020. Une clémence qui n’a pas d’écho à l’Agence du revenu du Canada (ARC), qui imposera des pénalités pour les déclarations de revenus livrées après le 30 avril 2021.

Lire l'article
Comment limiter l’usage de vos données Facebook

Ce n’est plus un secret pour personne, les données personnelles sont une denrée recherchée. Les Facebook et Google de ce monde en ont fait leur empire. Pour eux, l’équation est simple : plus ils en savent sur vous, mieux c’est. Comment vous protéger? La réponse est double: limiter l’information partagée et limiter l’accès à cette information.

Lire l'article
Sans fil : le CRTC favorise la concurrence dans certaines régions

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) autorise certains fournisseurs régionaux à accéder aux réseaux sans fil mobiles de Bell Mobilité, Rogers, Telus et SaskTel afin d’offrir plus de choix et de meilleurs prix aux consommateurs.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.