Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

La compagnie Rogers poursuivie pour publicité trompeuse de Chatr

Par Stéphanie Perron
Chatr

Le Bureau de la concurrence désire mettre un terme aux publicités jugées trompeuses du service de téléphonie cellulaire Chatr offert par Rogers Communications.

La campagne publicitaire pancanadienne de Rogers affirme que les abonnés de Chatr subissent «moins d’appels interrompus que les autres nouveaux opérateurs sans fil» et que les abonnés peuvent «oublier les appels interrompus». Le Bureau de la concurrence a donc mené sa propre enquête afin de vérifier si ces allégations étaient fondées. Résultat? Selon les données analysées, il n’y a aucune différence considérable entre le nombre d’appels interrompus des nouveaux joueurs sur le marché et ceux de Chatr.

Le Bureau de la concurrence a donc intenté, la semaine dernière, une poursuite judiciaire contre Rogers Communications. La plainte à l’origine de la poursuite provient de la compagnie WIND, une division du géant des télécommunications Globalive Wireless. La procédure intentée devant la Cour supérieure de justice de l’Ontario demande:

  • Une sanction administrative de 10 millions de dollars et un dédommagement aux consommateurs touchés;
  • L’arrêt de la campagne publicitaire et des campagnes connexes;
  • La publication d’un avis correctif visant à renseigner le grand public de l’ordonnance rendue à l’égard de la compagnie.

«La campagne de Rogers était diffusée partout au Canada, en ligne et à la télévision. L’entreprise a légèrement modifié ses publicités il y a trois semaines, mais l’effet sur les consommateurs demeure présent, car il s’agit de publicités diffusées en continu, déplore Lisa Campbell, sous-commissaire à la Direction générale des pratiques loyales des affaires du Bureau de la concurrence. Cette pratique nuit non seulement aux consommateurs, mais aussi aux [nouveaux joueurs sur le marché] et aux prix offerts.» L’organisme fédéral mentionne également que les entreprises de télécommunications ne devraient pas être discréditées par les indications trompeuses données par leurs concurrents.

Rogers se défend

Le géant de la téléphonie sans fil se dit surpris des conclusions du Bureau de la concurrence, et affirme avoir fait appel à une tierce partie indépendante – l’entreprise américaine Score Technologies – afin de prouver les allégations de sa campagne publicitaire. «Nous défendrons avec vigueur notre position devant les tribunaux», a fait savoir Rogers Communications, par voie de communiqué. Chatr est la troisième marque des services sans fil de Rogers Communications, après Rogers Sans-fil et Fido. La marque Chatr offre des services de téléphonie sans fil et de messagerie texte à rabais.

Rappelons qu’en 2008, le gouvernement du Canada a élargi le marché de la téléphonie cellulaire en offrant de nouvelles fréquences aux nouveaux fournisseurs de services. Pour le Bureau de la concurrence, il s'agit du premier cas d'envergure mettant en cause une publicité trompeuse dans le marché de la téléphonie cellulaire et de la messagerie texte. L'organisme a toutefois déjà traité d'autres cas liés aux monde des télécommunications, par exemple les cartes d'appels Bravo! et Teleresolve, et le service Internet de Cogeco.

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.