Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

Déménagement: 3 mauvaises surprises courantes

Par Mise en ligne : 30 juin 2011

Shutterstock

Déménagement: 3 mauvaises surprises courantes Shutterstock

Un déménagement se passe rarement comme on l’imaginait. Quelques conseils pour bien réagir, dans trois cas que l’on revoit d’année en année.

1. Les anciens locataires sont encore là

Votre bail entre en vigueur dès minuit, le jour prévu. Comme peu de gens déménagent la nuit, vous risquez fort de croiser les anciens locataires sur le pas de la porte. L'attente qui en résulte est de courte durée, en règle générale. Si toutefois vous avez affaire à des gens qui refusent de quitter l’immeuble, ne tentez pas de les évincer vous-même. Confiez les négociations au propriétaire.

Rien à faire, les intrus ne bougent pas d’un poil? Avant de les expulser, le propriétaire devra obtenir un jugement de la Régie du logement. La Régie répondra d'ailleurs aux appels des locataires et des locateurs le 1er juillet. Il est donc inutile d’appeler la police. Si vous ne pouvez intégrer le logement le jour-même, vous devrez vous reloger, puis réclamer au propriétaire le remboursement de vos dépenses. 


2. La table n’a plus que trois pattes


En consommateur averti, vous avez choisi un déménageur ayant pignon sur rue… et des assurances. Prenez quand même le temps d’inspecter vos biens avec lui, et deux fois plutôt qu’une: d’abord avant de les charger dans le camion, puis à l’arrivée, avant de payer.

Si le déménageur a brisé un meuble ou un lampe, par exemple, demandez-lui de l’inscrire sur la facture. Vous pourrez ensuite adresser votre réclamation à l’entreprise, par écrit.

3. Les coquerelles s’invitent pour la pizza


Il faut en aviser le propriétaire immédiatement. S’il n’agit pas, ou si sa solution ne règle pas le problème dans un délai raisonnable, envoyez-lui une mise en demeure. Et s’il ne vous répond pas, déposez une demande à la Régie du logement, avec preuves à l’appui: avis d’experts, photos des insectes et des dommages, s’il y en a.

Un dossier convaincant pourrait vous donner le droit d’appeler un exterminateur vous-même, ou de résilier votre bail si la Régie conclut que la situation vous cause un préjudice important. 


Régie du logement


À Montréal: 514 873-2245
Ailleurs au Québec: 1 800 683-2245



Sources: Guide pratique du locataire et Guide pratique du consommateur publiés par Protégez-Vous

À lire aussi sur notre site:Choisir un déménageur sans se tromper

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Pour suivre toutes les mises à jour et nouveautés sur cet article, vous devez être connecté.

Nouvelle