Votre navigateur n'est plus à jour et il se peut que notre site ne s'affiche pas correctement sur celui-ci.

Pour une meilleure expérience web, nous vous invitons à mettre à jour votre navigateur.

COVID-19: un employé sur quatre autorisé à retourner au bureau

Par Protégez-Vous
bureau

Le gouvernement du Québec autorise un retour progressif des entreprises du secteur privé dans leurs locaux à compter du 18 juillet prochain, mais limite le taux d’occupation à 25 % des effectifs.

Ce ne sera pas encore la bousculade autour de la machine à café, mais certains employés du secteur privé peuvent commencer à entrevoir la fin du télétravail à temps plein. En effet, le gouvernement a annoncé cette semaine que les entreprises étaient autorisées à réinvestir les immeubles de bureaux à compter du samedi 18 juillet.

Toutefois, le taux d’occupation maximal des locaux a été fixé à 25 % des effectifs, soit un employé sur quatre. En conférence de presse, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a précisé que ce taux était «un maximum et non un objectif à atteindre».

Il est suggéré aux entreprises de privilégier le retour au travail «des employés qui doivent offrir un service direct à la clientèle ou qui ne disposent pas des conditions favorables au télétravail». Pour les activités qui peuvent se poursuivre à distance, le télétravail est toujours encouragé, affirme encore le ministre du Travail.

Distanciation physique et hygiène des mains

Certaines mesures sanitaires devront être mises en œuvre par les directions d’entreprise. La distanciation physique de 2 mètres devra être respectée entre collègues de travail et le port du couvre-visage sera obligatoire dans «toutes les aires communes des immeubles de bureaux», ascenseurs compris.

Les entreprises devront par ailleurs faire la promotion de l’hygiène des mains, assurer le nettoyage et la désinfection des surfaces et des objets partagés par les employés et s’assurer du bon fonctionnement de la ventilation des lieux.

Cette nouvelle étape de déconfinement pourrait en appeler d’autres dans les prochains mois, a fait valoir le ministre Boulet: «Le taux plafond de 25 % pourra être augmenté en fonction de l’évolution de la pandémie», a-t-il précisé..

>> À lire également: Tous nos articles sur les enjeux liés à la crise de la COVID-19

  Ajouter un commentaire

L'envoi de commentaires est un privilège réservé à nos abonnés.

Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier à commenter.